Le Liban un an après l’explosion du port de Beyrouth « s’enfonce dans un marécage de corruption »

Un an s’est écoulé depuis l’explosion qui a frappé le port de Beyrouth, qui a secoué la ville et transformé de nombreux quartiers en décombres. Malgré cela, les résultats des enquêtes sur l’explosion ne sont toujours pas clairs et la situation économique et la vie se détériorent toujours.

L’explosion du port de Beyrouth s’est produite à 18h08 le 4 août 2020. Selon le  journal The Guardian, le Liban, à l’anniversaire de l’explosion, est toujours « paralysé et dévasté », tandis que les enquêtes sur la question ne sont toujours pas claires et que les personnes impliquées ne sont « plus responsables » que jamais.

Le journal dit que la pire chose pour les Libanais a été la négligence des dirigeants libanais sur la question de l’aide internationale qu’ils se sont engagées à sauver le Liban de la destruction, et que l’accès à celle-ci implique des conditions claires.

Le journal a décrit les dirigeants locaux comme « préférant leur intérêt étroit, c’est-à-dire un régime paralysé, à un sauvetage global qui pourrait sauver le pays ».

Au cours de l’année écoulée, la valeur de la livre libanaise a chuté de 15 fois, rendant l’accès aux aliments de base inaccessible pour beaucoup.

Même des médicaments essentiels manquent, selon le journal, qui a pointé du doigt la mort d’une fillette de quatre ans, vendredi, en raison de l’épuisement de l’approvisionnement en sérum qui était censé la sauver d’une morsure de scorpion.

Selon le journal, le Liban a connu une pénurie de quantités suffisantes de carburant pour alimenter le secteur électrique déjà défaillant, voire approvisionner en carburant des mafieux parmi les propriétaires de générateurs privés qui vendent de l’énergie à des prix exorbitants.

Le journal dit que l’explosion est venue « pour montrer le dysfonctionnement total d’un pays qui a échoué dans tous ses buts et objectifs ». L’échelon politique n’est pas encore en mesure de former un gouvernement et se bat pour des récompenses aux ministères juste pour améliorer son image.

Le Liban a également connu, selon le journal, la dernière année de l’effondrement des réserves de la banque centrale, qui sont tombées en deçà des exigences minimales fixées, et ont conduit à l’arrêt des subventions destinées à protéger la classe moyenne du pays.

Le journal note que les Libanais ont rejoint leurs voisins syriens et d’autres peuples de la région en descendant dans les eaux méditerranéennes et en embarquant sur des bateaux qui pourraient les éloigner de leur situation difficile.

Selon le journal, « il n’y a pas de solution mais un plan de sauvetage international massif qui implique de perturber le système qui prévaut depuis 30 ans depuis la fin de la guerre civile ».

« Les gens doivent comprendre que le système ici est corrompu », a déclaré l’analyste libanais Khaledon Sharif dans une interview au journal.

Il a ajouté que « tous les travaux (…), l’électricité, l’eau, la collecte des déchets et le recyclage (…) coûtent tous au peuple libanais beaucoup plus que ce dont il a besoin ».

Il a ajouté que l’accès des gens à des services de base à coût élevé a été rendu « en raison des remises énormes accordées aux acteurs politiques. Maintenant, ils admettent la corruption ? Qu’est-ce qui a changé ? Le Hezbollah est devenu l’acteur le plus puissant du pays ».

Vendredi, l’Union européenne a approuvé une politique de sanctions aux dirigeants libanais responsables des troubles politiques dans le pays, dans un effort délibéré de Bruxelles pour accélérer la formation d’un gouvernement libanais et mettre en œuvre des réformes structurelles pour sortir le pays de sa détresse.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont appelé à un cadre juridique pour les sanctions lors d’une récente réunion le 12 juillet, qui a été approuvée vendredi, selon un communiqué publié par l’UE.

Le cadre juridique prévoit « la possibilité d’imposer des sanctions aux individus et entités responsables de violations de la démocratie ou de l’État de droit au Liban ».

Les États-Unis ont rapidement salué la décision de l’UE d’« utiliser cet outil important pour demander des comptes aux hauts fonctionnaires du monde entier ».

L’approbation européenne du cadre juridique des sanctions est intervenue quelques jours après que le président libanais Michel Aoun a ordonné au milliardaire Najib Mikati de former un nouveau gouvernement à la suite des excuses de Saad Hariri, au milieu de profondes divisions politiques et d’un effondrement économique et financier accéléré.

: لبنان الفساد

Crédit photo : Voix de Beyrouth

1 COMMENTAIRE

  1. la vrai raison de cet effondrement c’est le hezbollah qui dirige le pays; ils le savent tres bien.
    si une aide est accordée , elle tombera dans les poches de ce dernier.
    cela aussi ils le savent tres bien. se sont eux les vrais maitres du liban aujourd’hui
    « LE HEZBOLLAH « 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.