Le jeu dangereux d’Erdogan dans le Caucase

Erdogan veut gagner toujours plus d’influence, Poutine est prudent et le traite d’une «main douce et légère»: la Turquie se tient «de tout cœur» aux côtés de l’Azerbaïdjan dans les batailles contre l’Arménie, et l’appel des dirigeants de la Russie, des États-Unis et de la France à un cessez-le-feu immédiat est accueilli avec mépris. Macron : « Ankara envoie des mercenaires dans le Caucase, nous en avons la preuve »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a vivement critiqué aujourd’hui (jeudi 1er octobre) l’annonce conjointe de la Russie, des États-Unis et de la France, appelant à un cessez-le-feu immédiat dans les batailles dans le Caucase du Sud, qui ont éclaté cette semaine entre les forces arméniennes et les forces azerbaïdjanaises.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Erdogan. Jeu dangereux
( Photo: AP )
 
Erdogan, dont le pays est venu en aide à l’Azerbaïdjan musulman, a déclaré dans un discours au parlement à Ankara que l’Arménie doit se retirer du Haut-Karabakh, la région qui est au centre d’un conflit de plusieurs décennies entre les deux pays. Il a déclaré que seul un tel retrait permettrait une paix durable.
« Étant donné que les États-Unis, la Russie et la France négligent ce problème depuis près de 30 ans, il est inconcevable qu’ils soient impliqués dans les efforts de cessez-le-feu », a déclaré Erdogan. Vladimir Poutine, Donald Trump et Emanuel Macron se sont prononcés pour une cessation immédiate des hostilités entre les parties et ont exhorté l’Arménie et l’Azerbaïdjan à « s’engager sans délai à une reprise de négociations importantes, à mener de manière décente et sans conditions ».
Les États-Unis, la Russie et la France dirigent conjointement le Groupe de Minsk, qui opère sous les auspices de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Après la désintégration de l’Union soviétique, dans cette région montagneuse, enclavée au sein de l’Azerbaïdjan, il y a une majorité de résidents chrétiens arméniens, et bien que depuis cette guerre, elle soit dirigée de manière autonome par les forces séparatistes arméniennes soutenues par l’Arménie, elle n’est pas reconnue par le monde comme un État indépendant. Excepté par l’Arménie elle-même.

Attaque d'un char arménien par l'armée azerbaïdjanaise du Haut-Karabakh

( Photo: EPA )

Attaque à la roquette de l'armée azerbaïdjanaise dans la région du Haut-Karabakh

( Photo: Reuters, ministère de la Défense d’Azerbaïdjan )

Forces arméniennes Haut-Karabakh Azerbaïdjan Arménie

( Photo: EPA )
Le conflit dans la région a éclaté à plusieurs reprises au fil des années en batailles sanglantes, mais la série de combats qui a commencé dimanche cette semaine est la pire depuis la guerre qui s’est terminée en 1994, une guerre au cours de laquelle environ 30 000 personnes ont été tuées. Jusqu’à présent, plus de 100 personnes ont été tuées dans des batailles dans le cycle actuel, mais le nombre exact de victimes est inconnu, car l’Azerbaïdjan ne révèle pas combien de ses soldats ont été tués, tandis que les forces arméniennes du Haut-Karabakh ne disent pas combien de civils ont été tués. Les deux parties s’accusent mutuellement du déclenchement des hostilités.
La déclaration féroce de la Turquie contre l’appel international à un cessez-le-feu dans le Caucase du Sud fait craindre dans le monde que la Russie, qui est considérée comme un allié de l’Arménie (malgré ses bonnes relations avec l’Azerbaïdjan), soit entraînée dans la guerre – exacerbant la situation dans une région stratégique où circulent oléoducs et gazoducs vers les marchés mondiaux.
Un soutien sincère
L’insistance turque symbolise également le renforcement de la position d’Ankara dans la région, tandis que la Russie a du mal à exercer son influence et à forcer la fin rapide des combats. En 2016, par exemple, Moscou a joué un rôle clé en mettant fin à une série de combats entre les parties, après seulement quatre jours. Mais depuis quatre ans, Ankara a resserré ses liens avec l’Azerbaïdjan, avec des investissements dans le pays et du gaz qu’elle lui a acheté. Avec le déclenchement des hostilités cette semaine, Erdogan a déclaré que la Turquie soutiendrait son allié «avec toutes les ressources et de tout son cœur», et son ferme soutien à Bakou semble renforcer la détermination – et la ténacité des Azéris.

De là, nous avons vécu à Karbach

Soldats arméniens Haut-Karabakh Azerbaïdjan Arménie

Soldats arméniens au Haut-Karabakh. La série de combats la plus difficile depuis la guerre des années 1990
( Photo: EPA )

Roquette tirée par les forces azerbaïdjanaises sur le Haut-Karabakh lors de batailles avec l'Arménie

( Photo: EPA )

Un drone azerbaïdjanais abattu lors de batailles dans la région du Haut-Karabakh sur une photo publiée par l'Arménie

UAV azéri que les Arméniens ont abattu sur le territoire contesté
( Photo: EPA )
Les experts de la région estiment que le soutien turc encourage les Azéris qui espèrent reprendre des territoires précédemment perdus au profit des forces arméniennes (environ 13% du territoire azéri). « L’Azerbaïdjan a plus ou moins le soutien explicite de la Turquie, et je pense qu’il se sent beaucoup plus en sécurité et capable de gérer un conflit prolongé », a déclaré Lawrence Brors, un expert de la région du Caucase au London Chatham House Research Institute. « L’Azerbaïdjan est moins enclin pour le moment, ou moins sensible, aux tentatives de la Russie d’imposer la paix« , a ajouté Burrs. «On a le sentiment que les services de la Russie ne sont pas nécessaires pour le moment à Bakou.
Dans un contexte de fort soutien turc à Bakou, l’Arménie a accusé cette semaine Ankara d’envoyer des mercenaires en Azerbaïdjan pour la rejoindre dans les batailles. L’Observatoire syrien des droits de l’homme, un groupe d’opposition dont les rapports sur la Syrie sont crédibles, a déclaré cette semaine qu’Ankara avait envoyé 300 rebelles du nord de la Syrie dans la région.
La Turquie le nie, mais aujourd’hui le président français Emmanuel Macron a rejoint la liste des accusateurs. Il a déclaré, avant de participer au sommet avec les dirigeants européens à Bruxelles, que Paris avait des « preuves » que des jihadistes syriens s’étaient rendus au Haut-Karabakh et avaient traversé la frontière du nord de la Syrie vers la Turquie par la ville de Gaziantep [ancien point de chute des djihadistes de l’EI]. « C’est un fait nouveau et très sérieux qui change la donne », a déclaré Macron.

Accord de Bruxelles sur l'aide économique de l'UE Épidémie de Corona Emanuel Macron

« La preuve qu’Ankara envoie des mercenaires, cela change la donne. » Macron blâme
( Photo: EPA )

Ruines d'un avion de chasse arménien Haut-Karabakh Azerbaïdjan Arménie

Les ruines d’un avion de combat arménien, que les Arméniens affirment qu’un avion de combat turc a abattu. Ankara a nié
( Photo: AP, ministère arménien des Affaires étrangères )

Affrontements entre les forces azerbaïdjanaises et arméniennes dans le différend du Haut-Karabakh entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie

Les batailles au Haut-Karabakh
( Photo: AFP )
L’intervention de la Turquie dans les batailles du Caucase est également frustrante à Moscou, où les Russes semblent s’être associés aujourd’hui, bien que prudemment et pas directement, aux accusations contre Ankara que la Turquie envoie des mercenaires combattre aux côtés des Azéris. Le ministère russe des Affaires étrangères a publié une déclaration condamnant la présence de combattants syriens et libyens dans la région et a exigé le retrait immédiat des «terroristes et mercenaires étrangers». La déclaration russe n’indiquait pas explicitement que la Turquie était celle qui avait envoyé ces combattants, mais les Russes semblent l’avoir pointée du doigt.
Le tango que dansent Poutine et Erdogan
Neil Melvin, chercheur sur la sécurité internationale au RUSI Research Institute de Londres, estime qu’il existe deux scénarios possibles pour le développement du conflit dans le Caucase. Alors qu’il dit que l’Azerbaïdjan a peu de chances d’infliger une défaite écrasante aux forces arméniennes, il peut accumuler suffisamment de réalisations tactiques pour lui permettre de déclarer la victoire et les utiliser comme monnaie d’échange dans les négociations futures.
L’autre possibilité, et pire encore, est que le conflit s’intensifie et mènera peut-être même à l’intervention d’autres pays. Dans un tel cas, il ne semble pas que, dans les semaines à venir au moins, les États-Unis seront disposés à intervenir seuls, à la lumière de l’élection présidentielle du 3 novembre. La Russie, en revanche, pourrait intervenir si ses tentatives de mettre fin aux combats par des moyens diplomatiques continuent d’échouer.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine se rencontrent à Sotchi

Danse Tango. Poutine et Erdogan
( Photo: AP )
Le cours des événements dans le Caucase du Sud sera influencé par la réponse de la Russie au comportement turc. La Russie et la Turquie, on le rappellera, se sont retrouvées dans le passé aux côtés des divers camps dans les conflits régionaux, comme ceux de la Syrie et de la Libye. Mais les dirigeants des deux puissances ont une relation pragmatique qui leur a permis de surmonter les crises précédentes, comme la chute d’un avion russe abattu par les Turcs à la frontière syrienne en 2015.
« Poutine a essayé ces dernières années de danser un tango avec Erdogan sur le terrain de la politique anti-américaine« , déclare l’analyste russe Dmitri Arushkin. « Il essaie de séparer la Turquie de l’OTAN, de lui vendre des armes, de lui vendre du gaz russe et ainsi de suite », ajoute-t-il. « En ce sens, Poutine est sensible quand il s’agit d’Erdogan, et le savoir échapper à sa main est problématique. »
Le chercheur Melvin estime que l’inclusion de la Turquie dans les pourparlers est le moyen le plus efficace d’un cessez-le-feu immédiat, mais une telle décision obligerait la Russie à reconnaître que son influence dans ce domaine stratégique s’est affaiblie, par rapport à l’influence croissante d’Ankara. « C’est peut-être le but ultime de la stratégie d’Erdogan: utiliser le conflit comme tremplin pour un rôle régional plus large pour la Turquie », déclare Melvin. « Mais c’est un jeu très dangereux. »

Les Arméniens d'Athènes en Grèce brûlent le drapeau de l'Azerbaïdjan après les batailles au Haut-Karabakh

Les Arméniens de Grèce brûlent le drapeau azerbaïdjanais
( Photo: AP )

Dommages causés par l'attaque de l'Azerbaïdjan contre les forces arméniennes au Haut-Karabakh

Dommages causés par les attaques au Haut-Karabakh
( Photo: AP )
Pendant ce temps, les combats entre Arméniens et Azéris se poursuivent sur le terrain, avec un incident international au cours duquel deux journalistes français ont été blessés lors d’un bombardement azéri du village de Bangorno Karbach. Les deux journalistes, du journal Le Monde, ont été grièvement blessés et ont reçu des soins médicaux locaux, alors qu’en France on s’emploie désormais à les renvoyer rapidement dans leur pays.
Un autre journaliste qui était avec eux, de France 24, a déclaré que le groupe avait photographié des maisons qui avaient été bombardées au début des combats dimanche: « C’est arrivé lorsque nous avons regardé les décombres des bombardements. Nous avons entendu la roquette et elle est tombée directement au sol. L’attaque a duré environ une minute. »
Un incident inhabituel dans les combats a été enregistré ce soir lorsque l’Arménie a signalé la chute de quatre drones près de sa capitale, Yarban, en dehors des zones de combat du Haut-Karabakh, « dans le ciel de la capitale ».

 

ynet.co.il

1 COMMENTAIRE

  1. ERDOGAN,LE NOUVEL HITLER MAIS HEUREUSEMENT QUE NOUS NE SOMMES PLUS EN 1939 ET IL SERA BEAUCOUP PLUS FACILE DE LUI CASSER LES REINS ET SURTOUT DE LE FAIRE SORTIR DE L’OTAN CAR C’EST VRAIMENT LE CHEVAL DE TROIE POUR LES OCCIDENTAUX !!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.