Le Hezbollah sous dissuasion israélienne depuis 13 ans

1
1280

POLICYWATCH 3150

Treize ans après la guerre Hezbollah-Israël

Gadi Eisenkot

8 juillet 2019

À la date-anniversaire du conflit de 2006, un ancien chef d’état-major de Tsahal a évalué la dynamique des forces, les risques et les opportunités le long des frontières du nord d’Israël.

Le 12 juillet marquera les treize ans du début d’une guerre qui a éclaté lorsque le Hezbollah libanais a enlevé deux soldats sur le territoire israélien et en a tué trois autres. Après trente-trois jours de combats, l’équilibre des forces sur la frontière nord d’Israël a été irrévocablement modifié, tandis qu’était suscité un discours pénétrant au sujet de la gestion du conflit par le gouvernement et de la performance des Forces de défense israéliennes (Tsahal).

Cet article d’observation politique évaluera l’héritage stratégique de cette guerre sous deux angles. Premièrement, il examinera comment les hostilités et leurs conséquences ont affecté les capacités militaires et la position stratégique du Hezbollah et du Corps des gardiens de la révolution islamique iraniens – et sa Force Qods dans le cadre de leur mission contre Israël. Deuxièmement, il traitera des réalisations stratégiques et des défis d’Israël depuis la guerre et de la manière dont le pays devrait procéder, à la lumière de ces progrès.

L’EQUILIBRE DES POUVOIRS APRÈS LA GUERRE

Peu de temps après la guerre, le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a dit franchement à un intervieweur: «Nous ne pensions pas, même pas à un pour cent, que la capture entraînerait une guerre de cette ampleur à ce moment-là… Si je l’avais su le 11 juillet. ..que l’opération conduirait à une telle guerre, l’aurais-je lancée? Je dis non, absolument pas. ». Pourtant, alors que la frontière a connu treize années de calme relatif et de stabilité, le groupe a continué à étendre son solide arsenal et à développer ce qu’il considère comme trois multiplicateurs de puissance cruciaux :

  1. La Capacité de précision pour ses missiles.
  2. Un deuxième front contre Israël depuis la Syrie.
  3. Un plan offensif pour pénétrer en territoire israélien, à la fois par le sol et par des tunnels.

Tsahal a activement relevé ces défis au cours des dernières années, endommageant les capacités du groupe et entravant considérablement ses plans. Pour contrer l’amélioration de la précision des roquettes du Hezbollah, Tsahal a attaqué des usines de fabrication de missiles et des stocks, tout en prenant des mesures ouvertes et dissimulées contre les transferts d’armes du principal responsable du groupe, l’Iran. Et tandis que le Hezbollah et Téhéran cherchaient à établir un deuxième front contre Israël sur le plateau du Golan, Tsahal a frappé le long de cette frontière, établissant des mécanismes de résolution des conflits avec les forces russes en Syrie et permettant à Israël de réduire considérablement les capacités de ses ennemis. Plus récemment, Tsahal a contré les plans du Hezbollah concernant des incursions clandestines en Israël en lançant l’opération Northern Shield.

NEUTRALISER LA MENACE DES TUNNELS

À la fin de 2014, les premières allusions à un projet secret Qods Force / Hezbollah sont apparues – un projet phare pour la mise en place d’un système massif de tunnels d’attaque souterrains. Dans le cadre d’une offensive potentielle plus large, ce réseau aurait pu permettre à des milliers de soldats de sortir des tunnels en se lançant du Liban sur les communautés israéliennes, aidant ainsi l’Iran et le Hezbollah à réaliser un exploit militaire stratégique et à réaliser leur objectif commun, consistant à nuire à Etat d’Israël.

Pendant des années, Tsahal a travaillé pour évaluer avec précision le nombre et l’emplacement de ces tunnels en utilisant des capacités de renseignement combinées ainsi que des ressources technologiques, opérationnelles et d’ingénierie de combat. Le fruit de ce travail a été l’opération Northern Shield, qui a débuté le 4 décembre 2018. À la fin de l’opération, le 13 janvier, les tunnels ont été détruits et la menace souterraine pesant sur la frontière nord d’Israël a été neutralisée.

Après avoir perdu un système de tunnel sur lequel ils travaillaient depuis plus de dix ans, la force Qods et le Hezbollah étaient clairement en état de choc – une réaction qui se manifestait par la dénégation totale exprimée au sujet de l’existence du projet et leurs tentatives de minimiser l’importance d’un programme qui avait été au centre de leur stratégie. Il est raisonnable de supposer que l’exposition et la destruction de ce projet confidentiel-défense ont montré aux deux groupes à quel point Israël avait infiltré leurs secrets essentiels, renforçant probablement la dissuasion israélienne aux yeux des décideurs iraniens et du Hezbollah.

LE HEZBOLLAH DEPUIS 2006

Dans les années qui ont suivi la guerre au Liban, le Hezbollah s’est concentré sur la reconstruction du district chiite de Dahiya à Beyrouth et sur les villages du sud du Liban, ainsi que sur le renforcement de ses propres capacités militaires et sur le traitement des leçons tirées du conflit. En 2011, les troubles dans le monde arabe et la détérioration de la situation en Syrie ont amené l’Iran à demander aux forces du Hezbollah d’aider le régime de Bachar al-Assad et de soutenir les séides iraniens dans d’autres luttes régionales. Un rôle de combat actif en Syrie a aidé le groupe à acquérir une précieuse expérience de terrain dans le déploiement de formations au niveau de la compagnie et du bataillon (fonctionnement d’une armée).

Les interventions étrangères ont toutefois eu des conséquences néfastes. Après cinq ans de combats en Syrie, quelque 2 000 membres du Hezbollah ont été tués et 8 000 blessés. Contrairement à sa pratique antérieure, le groupe a eu recours à des combattants dès l’âge de seize ans et nombre de ces recrues manquant de maturité sont décédées au combat. Au début de 2018, le Hezbollah a commencé à retirer ses forces de la Syrie et à en rapatrier la majorité à la fin de l’année. Le groupe a rapidement connu des divisions internes et de graves problèmes économiques qui l’ont amené à réduire considérablement le nombre d’unités qu’il exploite, les programmes de protection sociale qu’il sponsorise au Liban et les salaires versés à son personnel.

Même dans ce cas, la coopération du groupe avec l’Iran, en particulier avec la force Qods, ne fait que s’intensifier. La meilleure illustration de cette fusion est peut-être celle de 2016, lorsque le commandant des forces du Hezbollah en Syrie, Mustafa Badreddine, a été exécuté peu après avoir rencontré le commandant de la force Qods, Qasem Soleimani, dans une base iranienne près de Damas. La décision semblait correspondre aux souhaits de Soleimani et de Nasrallah ; depuis lors, l’organisation fonctionne sans chef militaire indépendant.

ISRAEL A ATTEINT LA PLUPART DE SES OBJECTIFS STRATÉGIQUES

Le dilemme central auquel était confronté le cabinet de sécurité israélien à la veille de la guerre de 2006 était la définition de la cible principale de la campagne : était-ce l’état du Liban, le Hezbollah ou les deux? Finalement, Tsahal a recommandé six objectifs de campagne et le cabinet les a approuvés :

  1. Renforcer la dissuasion israélienne dans la région.
  2. Halte au terrorisme depuis le territoire souverain du Liban.
  3. Forcer le gouvernement libanais à assumer la responsabilité du sud.
  4. Faire pression sur le Hezbollah pour qu’il ramène les soldats enlevés.
  5. Causer des dommages importants au Hezbollah et à ses capacités militaires.
  6. Conserver la Syrie et les territoires palestiniens en dehors de cette guerre.

Treize ans plus tard, on peut dire que la plupart de ces objectifs ont été atteints. La dissuasion israélienne est toujours forte, comme en témoignent les années de calme relatif sur la frontière nord d’Israël. Le gouvernement libanais et la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) ont assumé certaines responsabilités pour le sud. Plus généralement, le Hezbollah a été durement touché, après des années passées où Téhéran a fait du groupe un modèle pour étendre l’hégémonie iranienne au Moyen-Orient.

Dans le même temps, le Hezbollah a considérablement accru sa force militaire, malgré le revers subi, même au sud du fleuve Litani – un espace qu’il devait évacuer conformément à la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU. Beyrouth et les Forces armées libanaises (FAL) n’ont pas pleinement établi la souveraineté qu’elles sont censées exercer en vertu de cette résolution et le contrôle exercé par la FINUL est également limité. Sur le front politique, l’influence du Hezbollah continue de croître au Liban.

JETER LE REGARD VERS L’AVANT

Même face aux réalisations majeures de l’armée israélienne pendant la guerre, le fait que le Hezbollah ait pu tirer environ 4 000 roquettes et missiles sur les communautés du nord a provoqué une onde de choc dans la société israélienne, soulevant des questions difficiles sur le niveau de préparation de l’armée. Comme indiqué dans un document de stratégie de 2015, cela a abouti à une réorganisation de l’armée israélienne et à un recentrage des ressources de renseignement, ainsi qu’à une préparation accrue aux actions futures contre le Hezbollah et à la protection du front intérieur.

Aujourd’hui, le Hezbollah est capable de lancer des missiles sur Israël à une échelle encore plus grande que celle de 2006. Pourtant, les capacités israéliennes de défense et d’attaque contre le groupe se sont considérablement améliorées et Tsahal jouit d’une grande supériorité en matière de renseignement, aérienne et terrestre, suffisante pour assurer la victoire dans un conflit futur et faire payer à l’Iran et au Hezbollah un lourd tribut.

Entre-temps, les récents développements régionaux et les pressions accrues sur l’Iran ont créé une opportunité de réduire la menace que représentent les milices chiites au Moyen-Orient et de renforcer l’état du Liban. En particulier, Israël estime que les étapes suivantes sont cruciales :

  • Renforcer les efforts internationaux de maintien de la paix existants. L’extension prévue du mandat de la FINUL en août, conjuguée aux efforts accrus en vue de l’application opérationnelle de la résolution 1701 dans le sud du Liban, améliorerait la stabilité régionale et restreindrait l’influence du Hezbollah. En conséquence, l’ONU devrait revitaliser le mandat de ses forces de maintien de la paix en Syrie et au Liban en augmentant le nombre de soldats, en renforçant leur autorité sur le terrain et en leur imposant des exigences plus strictes en matière de respect de la loi.
  • Faire pression sur LAF et Beyrouth pour qu’ils assument leurs responsabilités. Étant donné que l’armée libanaise dépend de l’aide étrangère, les pays donateurs peuvent subordonner leurs contributions au fait que les forces armées libanaises soient plus actives sur deux fronts : l’interception d’armes transférées via la Syrie et l’intensification des opérations dans les forteresses du Hezbollah au sud du fleuve Litani. Parallèlement, la communauté internationale devrait faire pression sur le gouvernement civil pour renforcer sa souveraineté dans le sud et assumer l’entière responsabilité de ce qui s’y passe.
  • Faire pression sur l’Iran pour qu’il se retire. La pression internationale croissante sur Téhéran a créé une opportunité de pousser le régime à retirer ses forces de Syrie et ses “conseillers” du Liban. L’augmentation de l’effort mené par les États-Unis contre l’Iran affaiblirait également la position stratégique du Hezbollah, en partie en limitant l’influence que le groupe et son patron peuvent avoir sur le Liban.
  • Surveiller la frontière Liban-Syrie. Dans l’intérêt de la stabilité régionale, les acteurs internationaux devraient surveiller de près cette frontière afin d’empêcher le transfert d’armes iraniennes au Hezbollah. Cette tâche est particulièrement pertinente à la lumière du sommet trilatéral qui s’est tenu le mois dernier à Jérusalem entre les conseillers nationaux pour la sécurité d’Israël, de la Russie et des États-Unis.
  • Encourager l’engagement israélo-libanais. Le gouvernement israélien devrait intensifier ses efforts pour promouvoir des intérêts communs avec Beyrouth, tels que le forage de gaz dans les eaux libanaises et la réglementation des frontières terrestres et maritimes (à l’exception des fermes controversées de Shebaa).

En bref, la guerre de 2006 a apporté d’importants progrès stratégiques à Israël et, tant que ces acquis sont maintenus, la stabilité de la frontière nord d’Israël est probable. En outre, la situation actuelle à laquelle sont confrontés le Hezbollah, l’Iran et la Force Qods pourrait offrir une occasion stratégique d’affaiblir davantage leur influence au Liban. Quoi qu’il en soit, Israël doit rester prêt et clair sur sa supériorité militaire, à la fois en tant que moyens de dissuasion pour retarder le prochain conflit et en tant qu’instruments de victoire décisive en cas de conflit.

Le lieutenant-général Gadi Eisenkot, membre militaire de l’Institut de Washington, a pris sa retraite de l’armée israélienne en janvier après avoir été chef de l’état-major général.

washingtoninstitute.org

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.