Le Hamas contre Hussein al-Sheikh.  Le mouvement Hamas a lancé une virulente campagne d’incitation contre Hussein al-Sheikh, le secrétaire général du comité de travail de l’OLP, qui a annoncé dans un entretien à la presse qu’il méritait d’être le successeur d’Abou Mazen.
En Israël et dans l’administration Biden, on craint des assassinats dans le cadre de la bataille de succession. Hussein al-Sheikh, secrétaire général du comité de travail de l’OLP, est plein de confiance en lui.  La semaine dernière, le président de l’Autorité palestinienne, Abou Mazen, l’a présenté au président Biden qui s’est rendu à Bethléem et il a reçu sa bénédiction en tant que successeur possible du président de l’Autorité palestinienne dans le contexte qu’il quittera la scène politique juste après la tenue d’élections générales dans les territoires. En début de semaine, Hussein al-Sheikh s’est rendu à Doha, la capitale du Qatar, il a rencontré le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Mohammed bin Abdel Rahman et l’a informé des développements politiques suite à la visite du président Biden à Jérusalem-Est et à Bethléem.
Hussein al-Sheikh bénéficie du soutien d’Israël, de l’Égypte, de la Jordanie, de l’Arabie saoudite et du Qatar pour le poste de président de l’Autorité palestinienne
Hussein al-Sheikh bénéficie du soutien d’Israël, de l’Égypte, de la Jordanie, de l’Arabie saoudite et du Qatar pour le poste de président de l’Autorité palestinienne, il est considéré comme la continuation de la ligne politique d’Abou Mazen et le maintien des relations avec Israël, le renforcement la coordination de la sécurité et la stabilité de l’Autorité palestinienne.
Un risque de chaos sécuritaire
Cependant, il a beaucoup d’opposants parmi la direction du Fatah et aussi de toutes les factions palestiniennes en raison de la mauvaise réputation qu’il a dans la rue palestinienne en raison de soupçons d’actes de corruption et d’harcèlement sexuel.
Israël, les États-Unis et les Arabes des pays modérés craignent que le départ d’Abu Mazen n’entraîne un chaos sécuritaire en Cisjordanie ( Judee Samarie) et des combats Un héritage sanglant, donc, pour eux, Hussein al-Sheikh est le candidat temporaire au poste de président de l’AP après Abou Mazen afin de stabiliser la situation sécuritaire jusqu’à ce que des élections générales aient lieu et qu’un nouveau président de l’AP soit choisi. Hussein al-Sheikh a une alliance politique avec le général Majed Faraj, le chef des renseignements palestiniens qui bénéficie du soutien de l’establishment sécuritaire israélien et de la CIA et de la protection du régime temporaire d’Hussein al-Sheikh avec l’aide des forces de sécurité israéliennes. Une venimeuse campagne d’incitation contre Hussein al-Sheikh
 Il y a quelques jours, Hussein al-Sheikh a accordé une interview au journal « New York Times » dans laquelle il a évoqué la visite du président Biden au Moyen-Orient et s’est déclaré comme quelqu’un qui se considère comme le successeur d’Abu Mazen.
Jforum – Groupe Israël Eternel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.