Tensions entre les États-Unis et Israël sur les plans d’offensive à Rafah

Des désaccords émergent entre les États-Unis et Israël concernant les projets d’offensive terrestre à Rafah. Selon des sources, une source diplomatique égyptienne a averti le Hamas de l’urgence de parvenir à un accord de cessez-le-feu avec Israël sous peine d’une escalade militaire imminente. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, aurait approuvé des plans opérationnels pour une offensive terrestre, suscitant des inquiétudes quant à la possibilité de mettre fin aux négociations en cours.

Une source anonyme au sein du Hamas a accusé Netanyahu de chercher à contourner les accords par le biais de manœuvres militaires, soulignant les conséquences désastreuses qu’une offensive à Rafah pourrait entraîner sur le plan humanitaire. Toutefois, le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, a préféré rester discret sur les détails des plans, affirmant que la divulgation d’informations compromettrait les opérations envisagées.

Parallèlement, les tensions entre les États-Unis et Israël s’intensifient, notamment en raison des divergences d’opinions sur la situation à Rafah. Des responsables de l’administration Biden ont exprimé leur frustration face à Netanyahu, le qualifiant de partenaire peu coopératif et difficile à influencer en privé. Bien que le président Biden ait jusqu’ici évité de rendre publiques ses critiques à l’égard de Netanyahu, des sources proches du gouvernement américain indiquent qu’il pourrait reconsidérer cette approche.

Cette impasse diplomatique souligne les défis persistants auxquels sont confrontés les efforts de médiation pour parvenir à une résolution pacifique du conflit entre Israël et le Hamas. Alors que les tensions continuent de s’accumuler, il est impératif pour les parties concernées de rechercher des solutions diplomatiques pour éviter une escalade qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices pour la région tout entière.

Israël reste ouvert aux négociations sous conditions

Israël se montre prêt à s’engager dans des pourparlers au Caire pour un échange d’accords, mais à une condition : que le Hamas abandonne ses demandes jugées excessives. Deux sources officielles basées à Jérusalem ont partagé cette information exclusive avec Wallanews.

L’annonce d’Israël intervient après sa décision de ne pas participer au deuxième cycle de négociations, programmé pour mardi prochain au Caire. Lors du premier tour, un accord avait été approuvé, mais le Hamas l’avait rejeté. Au lieu de cela, les dirigeants de l’organisation, qu’ils soient basés à Gaza ou à Doha, ont présenté des conditions jugées irréalistes, notamment la levée du blocus de Gaza, la question d’Al-Aqsa et la libération de prisonniers qualifiés de terroristes par Israël.

Israël a fermement répondu qu’il n’envisagerait pas de lever le blocus et a qualifié de déraisonnable la demande de libération de prisonniers impliqués dans des activités terroristes. Selon des informations de la Douzième chaîne, Israël préférerait reporter la libération de ces prisonniers à la dernière étape de l’accord, lorsque seuls les soldats capturés et les corps des personnes décédées resteraient entre les mains du Hamas.

Une source israélienne a souligné : « Si le Hamas revoit ses exigences, nous sommes disposés à négocier ». Cette même source a également affirmé que Jérusalem maintient un contact étroit avec les médiateurs égyptiens et qataris pour discuter de la position du Hamas.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Damran

Le Qatar-Hamas ont fait « tapis » avec une paire de cinq.
Israël-Tsahal ont touché une quinte floche à l’as de pique.
Quelles que soient les sommes que le Qatar-Terroriste mettra sur la table, il n’a aucune chance de l’emporter, et encore moins le pouvoir de changer le jeu.
Quant à Biden, il nage en pleine confusion, sans parler de la désinformation qui entoure chacune de ses déclarations.
De plus, certains ex officiers de Tsahal n’arrêtent pas de ramener leur science et provoquent encore plus de troubles : s’ils se taisaient, ce serait formidable…