Le fossé s’est creusé entre la France et Israël par Michèle MAZEL

le 16 mai 2020

 

La France vient de prendre la tête d’une initiative européenne contre Israël. Ce n’est pas la première fois. Cela fait des dizaines d’années déjà que le courant ne passe plus entre Paris et Jérusalem.

Qui a vu la visite du président Chirac, puis celle de Macron dans les ruelles de la Vieille Ville a pu constater combien on est loin de ce jour de printemps de 1961, où le premier ministre israélien David Ben Gourion, reçu à déjeuner par le général de Gaulle, entendit son hôte déclarer «Israël est notre allié et ami».  Comment expliquer un tel revirement ?

Certains diront que de Gaulle n’avait pas demandé l’avis du Quai d’Orsay. De tous temps l’Orient a fasciné la France et inspiré ses romanciers.

Une affinité toute particulière s’était développée au siècle dernier entre les potentats arabes dans leurs longues tenues d’apparat et les diplomates français dont beaucoup étaient issus d’une certaine élite à particule. Rien de semblable ne s’est produit avec le jeune État d’Israël. Certes, nous vivons aujourd’hui à une autre époque et le ministère des Affaires étrangères s’est ouvert à un plus large public. Pourtant son attitude envers Israël n’a pas changé.

Ce n’est pas seulement que cet État ne peut rivaliser de munificence avec les riches monarchies pétrolières qui savent traiter ambassadeurs et délégations avec un faste – pour ne pas dire une générosité- d’un autre âge.

C’est que, comme tous les Français, la plupart de ces diplomates ont grandi dans une France où vit une importante population immigrée issue de pays traditionnellement hostiles tant aux Juifs qu’à leur État, et où un antisémitisme que l’on croyait à jamais disparu se manifeste désormais au grand jour.

Bien sûr il y a des lois mais que valent-elles quand il se trouve toujours un public pour rire et applaudir tel ou tel comique douteux et ses répugnantes plaisanteries sur la Shoah ?

Et puis on peut toujours couvrir la haine du Juif du manteau de l’antisionisme. C’est d’autant plus facile que toute une littérature s’attaque à démonétiser et délégitimer l’État juif tandis que les médias attisent les flammes. Il suffit de voir les commentaires que les quotidiens les plus sérieux laissent passer.

On y évoque «le lobby juif» tout puissant et son influence sur la politique européenne. Il n’y a pas si longtemps, Mélenchon attribuait la victoire de Boris Johnson à la pression des autorités communautaires juives à la solde d’Israël.

Dans de telles conditions, difficile de se faire une opinion éclairée d’autant que le système scolaire peine à évoquer des sujets dits «sensibles» et se garde bien d’évoquer l’histoire du conflit.

Les enquêtes faites par les instituts de recherche les plus réputés le démontrent bien : le narratif palestinien a remplacé la vérité historique, d’autant que l’UNESCO l’a adopté et a occulté tout lien entre le peuple juif et le judaïsme et ses Lieux saints, depuis le Mont Moriah et le Temple de Jérusalem jusqu’au tombeau des Patriarches à Hébron.

  Aujourd’hui on peut écrire tout et n’importe quoi sur Israël sans craindre de se voir contredire. Il est bien évident que le gouvernement français est à l’écoute de son opinion publique et que sa politique étrangère s’en ressent.

Source: https://benillouche.blogspot.com/2020/05/le-fosse-sest-creuse-entre-la-france-

16 Commentaires

  1. Plus les gouvernements français trahissent la République, ses valeurs et ses citoyens, et plus ils s’attaquent à Israel. Cela va de pair. Qui a trahi la France et la République s’attaque ou s’attaquera à Israel. Les médias français qui pratiquent la diabolisation mensongère d’Israël désinforment également au sujet de la société française ou d’autres pays, pratiquent la diffamation à la moindre occasion et servent de tribune aux plus dangereux extrémistes, racistes, antisémites (PIR etc…). Le Monde, par exemple, est devenu un authentique média d’extrême droite. Si Israel fédère contre lui à peu près tout ce qui existe de pire en France comme ailleurs, c’est bien parce que le droit est de son côté. A titre personnel je ne suis pas de confession juive (je suis agnostique), mais je sais que tous les antisionistes ont pour point commun d’être des racistes, des incultes et des envieux minables. Voilà pourquoi je soutiens ce beau et fier pays qu’est Israel.

  2. Comment expliquer les relations Franco-israélienne sans rentrer dans des digressions à n’en plus finir. Depuis le début entre admiration et méfiance. 2 cultures au antipodes, la France guidé par le cartésianisme rationnel n’arrive pas à intégrer Israël dans l’équation.
    Israël pays du peuple Israélite, peuple multimillénaire qui a réussit a gardé son identité et sa culture tout en s’intégrant dans les nations ou il a immigré. Là où en 3 ou 4 générations les immigrés ne savent plus parler leur langues d’origines et ont perdu leur culture.
    La France qui suite a l’effondrement de l’empire romain, a inspiré la construction de toutes les monarchies d’Europe. La France qui après une révolution sanglante, a inspiré les démocraties du monde, transformé les monarchies. Ce retrouve avec un Israël grand comme un département français qui en 70 ans transforme les désert en forêts, devient le pays le plus innovant du monde. Gagne tout les conflits de manière “quasi” miraculeuse, etc…
    Que faire avec une nation “qui fait voler les chameaux”, qui sait qui elle est (juive), et qui de “l’espoir” en son avenir.

  3. Il ne fait pas penser que les journalistes ont fini par influencer les politiques. Pour mémoire quand Enderlin s’est pointé au procès français de l’affaire Al Dura (procès contre des Lam pistes présumés afin d’avoir une victoire facilitée) il a présenté à la Cour rien de moins qu’une lettre de recommandation de Chirac, écrite spécialement pour la circonstance. C’est bien un choix politique pour lequel les gouvernements successifs ont préparé l’opinion publique.

  4. Ce fil (article + commentaires) illustre parfaitement toute la problématique du ‘fossé/gouffre’ qui nous sépare pour longtemps, si ce n’est à jamais, de la France ou de ce qu’il en reste.
    Merci pour ce grand bol de discernement et de bon-sens.
    Pour prolonger la question de Jean-Joseph Bensoussan, j’ajouterais qu’il devient urgent d’entendre la position (réponse) du gouvernement israélien, lequel serait bien inspiré de s’abonner à J-forum.

  5. Le gouffre, comme le dit justement Elie de Paris, a ete cree a mon avis par Giscard d’Estaing plus encore que par de Gaulle. Il s’agissait donc bien d’un antisemitisme “a particule” (authentique ou pas) d’ailleurs herite de son pere, qui fut le dernier auteur francais a ecrire un livre dans lequel il soutenait la culpabilite de Dreyfus. Il serait trop long de rappeler tous les mauvais coups faits par Giscard, mais ceux-ci me reviennent immediatement en memoire: organisation de la Conference europeenne de Venise qui fut l’acte fondateur de la haine de l’institution europeenne envers Israel; liberation en urgence et envoi en Algerie (aux frais de la France) du “cerveau” de l’attentat de Munich reclame par l’Allemagne et Interpol; seule “visite” d’Israel pendant son septennat, celle faite a la jumelle depuis la Jordanie; apres le massacre de la synagogue du 16eme arrondissement (celui dont son ministre deplorait les victimes “innocentes”), Monsieur ne se rendit pas a la ceremonie en hommage aux victimes (a laquelle Mitterrand, pas encore president, participa): il avait prefere aller chasser… que Monsieur soit vise aujourd’hui par un proces qui, s’il y etait condamne malgre les protections dont il dispose, ferait de lui la honte de la France, me consterne moins que s’il s’etait agi de tout autre ancien president.

  6. Bonjour les amis.Il faut que l’on m’explique pourquoi l’etat d’Israel persiste avec acharnement à vouloir créer et renforcer des liens étroits avec les acteurs du tissus industriel et culturel français?? Que nous apporte notamment ce grand centre europeen des cultures Juives edifié à grands frais à paris 17ème?nous perdons notre temps et notre energie, il ne sera frequenté que par nous Changer le regard que les français autres que Juifs ont sur nous?c’est une utopie Entre ceux qui propagent une desinformation permanente, ceux qui laissent faire et ceux qui y croient surtout en ce moment où il est de bon ton d’etre anti sioniste Que va-t-il se passer quand nous annexerons nos implantations et d’autres endroits de la Judée-Samarie?Que feront le quai d’orsay et l’elysee de depit car nous pas ecouté “la voix de la france”? joseph

  7. Chère Michèle,
    les mots ne sont pas anodins. Les Maximes de nos Pères que nous relisons, re-pratiquons chaque année nous montrent à quel point chaque adjectif, complement d’objet, pronom etc ont été choisis avec attention.
    Il ne s’agit pas de fossé…mais de gouffre, toujours présent, depuis que cette France catholique romaine est la fille aînée de l’église, quoiqu’en disent les papes…
    Les vents de la révolution ont certes balayé les poussières de la construction, mais les colonnes et les pierres massives sont toujours là.
    Des ponts ont été jetés au-dessus du gouffre, et de temps en temps, ils vascillent, voilà tout. C’est uniquement nous, les Juifs, ou ceux d’Ysraël, qui ne veulent point regarder vers le “bas”, pendant la traversée des ouvrages, vertigo dont la seule allusion nous en dissuade. La France est la même, elle n’a pas changé.
    C’est nous, ré-implantés, dont le “rameau” est rempoté, dans sa propre Terre, seul “greffon” authentique et donc sans rejet, qui avons germé, et poussé, grandi, bourgeonné, fleuri, qui voulons voir dans cette patrie des “droits de lhomme” son impartialité, voire sa loyauté, malgré tous les signes évidents des flagrants contraires, dès qu’il s’agit des Juifs. Merci Afflelou, mais il nous faudrait soigner la vue de l’esprit.
    Quant à Jean-Jacques (Rousseau), un réel ami, d’où il est, il peut réaliser ce qu’il avait perçu, déjà…
    Mais il n’avait point anticipe…la jalousie. Et même les Juifs de Cour. Bien avant la Revolution.
    Voici… :

    “… Nos Catholiques font grand bruit de l’autorité de l’Eglise ; mais que gagnent-ils à cela, s’il leur faut un aussi grand appareil de preuves pour établir cette autorité, qu’aux autres sectes pour établir directement leur doctrine ? L’Eglise décide que l’Eglise a droit de décider. Ne voilà-t-il pas une autorité bien prouvée ? Sortez de là, vous rentrez dans toutes nos discussions.

    Connaissez-vous beaucoup de Chrétiens qui aient pris la peine d’examiner avec soin ce que le judaïsme allègue contre eux ? Si quelques-uns en ont vu quelque chose, c’est dans les livres des Chrétiens. Bonne manière de s’instruire des raisons de leurs adversaires !
    Mais comment faire ? Si quelqu’un osait publier parmi nous des livres où l’on favoriserait ouvertement le judaïsme, nous punirions l’auteur, l’éditeur, le libraire . Cette police est commode et sûre, pour avoir toujours raison.
    Il y a plaisir à réfuter des gens qui n’osent parler.
    Ceux d’entre nous qui sont à portée de converser avec des Juifs ne sont guère plus avancés. Les malheureux se sentent à notre discrétion ; la tyrannie qu’on exerce envers eux les rend craintifs ; ils savent combien peu l’injustice et la cruauté coûtent à la charité chrétienne : qu’oseront-ils dire sans s’exposer à nous faire crier au blasphème ? L’avidité nous donne du zèle, et ils sont trop riches pour n’avoir pas tort. Les plus savants, les plus éclairés sont toujours les plus circonspects.
    Vous convertirez quelque misérable, payé pour calomnier sa secte ; vous ferez parler quelques vils fripiers, qui céderont pour vous flatter ; vous triompherez de leur ignorance ou de leur lâcheté, tandis que leurs docteurs souriront en silence de votre ineptie.
    Mais croyez-vous que dans des lieux où ils se sentiraient en sûreté l’on eût aussi bon marché d’eux ? En Sorbonne, il est clair comme le jour que les prédictions du Messie se rapportent à Jésus-Christ. Chez les rabbins d’Amsterdam, il est tout aussi clair qu’elles n’y ont pas le moindre rapport.
    Je ne croirai jamais avoir bien entendu les raisons des Juifs, qu’ils n’aient un Etat libre, des écoles, des universités, où ils puissent parler et disputer sans risque. Alors seulement nous pourrons savoir ce qu’ils ont à dire.:. ”
    Voilà, Jean-Jacques.
    Merci pour ta confiance, elle n’aura point été déçue.

  8. Il ne y a plus de place pour le narratif Israélien .
    L’ éducation ,l’ information ,la politique sont des éléments essentiels qui ont Forges les opinions de tout un peuple ,dont le sentiment anti Israélien est désormais acquis pour la très grande majorité des Français .
    Avec les immigration “choisie ” la boucle est bouclée , c Elle d une politique définitivement et ouvertement hostile à l’ état Juif.
    Les Juifs se feront plus discrets ,et n oseront plus saisir la justice pour des “incivilités ” qu ils devront subir au quotidien .
    C est la triste réalité ,souvent occultée par les Juifs “officiels “

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.