Le Drian n’aime pas Hamon (et penche pour Macron )

09/03/2017 – 06H45 Rennes (Breizh-info.com) – C’est connu, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense et président du conseil régional de Bretagne, n’apprécie guère le « petit Ben » de Saint-Renan. A tel point qu’il n’a pas cherché à sanctionner les sept élus régionaux de gauche qui ont fait allégeance à Emmanuel Macron : Richard Ferrand, député de Carhaix ; Pierre Karleskind ; Karim Ghachem ; Corine Erhel, député de Lannion ; Olivier Allain ; Nicole Le Peih et Raymond Le Brazidec. Notons que  Karleskind et Allain sont vice-présidents du conseil régional tandis que Ferrand est secrétaire général du mouvement « En marche ! ». On peut donc parler d’une certaine bienveillance de la part du « patron ».

Autres exemples du désamour : à la primaire de la « Belle alliance populaire » , Le Drian soutenait Valls. Mercredi 1er mars, au parc des expos à Brest, meeting de soutien à Benoît Hamon : tous les ténors du PS sont présents. Mais celui ci compte un grand absent : Jean-Yves Le Drian.

Dans les sphères parisiennes, on parle de plus en plus du soutien de Le Drian à Macron. Les proches du ministre « ne cachent plus l’envie de leur patron de rallier la candidature d’Emmanuel Macron. Le fondateur d’En marche ! rêve de cette prise de guerre. Il ferait coup double en enrôlant un poids lourd du gouvernement et un symbole régalien. Un domaine dans lequel Macron est peu armé » (Paris Match, 2 mars 2017).

Reste à mettre en scène le ralliement et à en fixer les conditions et le timing. Car Le Drian ne pèse pas le même poids que de Rugy ! Dans Le Point (2 mars 2017), Emmanuel Berretta fournit quelques explications sur le rapprochement entre les deux hommes : « Entre les deux, le téléphone sonne souvent. Jean-Yves Le Drian et Emmanuel Macron discutent les conditions d’un soutien du premier à la candidature du second. Pour le ministre de la défense, soutenir la candidature de Benoît Hamon est exclu, eu égard à son programme militaire. Macron, qui se sait faible sur les sujets régaliens, a besoin du crédit du Breton. Naturellement, si Macron est élu, Le Drian se verrait offrir de rester ministre de la Défense. Le président du conseil régional de Bretagne, à bientôt 70 ans, se voyait bien finir sa carrière sur ses terres. Mais la menace d’une victoire de Marine Le Pen pourrait entraîner son ralliement au leader d’En Marche ! Réponse à la mi-mars, quand Macron présentera son programme sur la défense. »

Bernard Morvan

Photo : via Flickr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.