FILE PHOTO: Turkish President Tayyip Erdogan attends a joint news conference with German Chancellor Angela Merkel in Istanbul, Turkey, January 24, 2020. REUTERS/Umit Bektas/File Photo *** Local Caption *** 03.06.20

Le président turc Erdogan // Photo: AP

Erdogan sous pression: Le boycott de la Turquie s’étend dans le monde arabe..

L’Arabie saoudite intensifie la pression sur Ankara et augmente les tarifs sur les produits turcs • La Tunisie, l’Égypte et le Maroc se joignent également à une initiative qui suscite des inquiétudes au sommet de la Turquie

Neta Bar Publié dans
Alors que l’État d’Israël est de plus en plus reconnu par plusieurs pays arabes, un boycott arabe se forme autour de la Turquie, sous la direction islamiste du président Recep Tayyip Erdogan. 
À la tête du processus de boycott, qui comprend principalement l’augmentation des tarifs et des prélèvements sur les produits fabriqués en Turquie, se trouve l’Arabie saoudite, qui est dans une guerre diplomatique d’influence au Moyen-Orient contre Ankara et son allié le Qatar.
L’enjeu est le contrôle des ressources méditerranéennes, ce qui se passe en Libye et en Syrie, et l’influence dans d’autres pays arabes.
Les Saoudiens ne prennent même pas la peine de cacher le boycott.
Les grandes chaînes de supermarchés du pays, avec une population de 34 millions d’habitants, ont remplacé presque du jour au lendemain la gamme de produits turcs dans le panier Gado par des produits de consommation de Grèce, rivale de la Turquie en conflit avec elle à la suite d’un différend sur les frontières maritimes en Méditerranée.
Les grands supermarchés de Riyad ont présenté des drapeaux grecs aux côtés des nouveaux produits et ont même augmenté pour fabriquer la chaîne de restauration rapide « Harpi Burger » en remplaçant le plat de hamburger turc par un hamburger grec qui comprend un pain bleu aux couleurs du drapeau grec.
Mais à la consternation d’Ankara, le boycott naissant ne s’est pas arrêté en Arabie saoudite.
Le Maroc a annoncé cette semaine une augmentation soudaine et significative des droits de douane et des prélèvements sur les marchandises et les marchandises en provenance de Turquie.
Le Maroc affirme que les nouvelles restrictions sur les biens et réseaux turcs font partie d’un « réexamen du déséquilibre dans les accords commerciaux du pays », mais pour la communauté diplomatique la direction est claire.
La Tunisie, autrefois un allié important de la Turquie en Afrique du Nord, a également commencé à promulguer des réglementations similaires et l’Algérie a commencé des contrôles stricts sur les marchandises et les marchandises en provenance de Turquie, entraînant d’énormes retards dans l’expédition des marchandises.

On craint maintenant de plus en plus à Ankara que l’Égypte et les Émirats arabes unis envisagent également une action similaire contre les produits turcs.

Les pays arabes sont l’un des plus grands marchés pour les produits fabriqués en Turquie, un pays dont l’économie dépend fortement de la production de biens de consommation vers les pays qui l’entourent et les données indiquent de graves dommages à la vente de produits de la Turquie au monde arabe.
Selon les données du Conseil turc des exportations, les exportations vers l’Arabie saoudite ont chuté de 16% de janvier à août de cette année par rapport à l’année dernière.
Les chiffres sont similaires dans d’autres pays arabes. Le taux d’achat de produits turcs en Algérie a baissé de près de 30%, au Bahreïn de 17%  au Maroc de 13%.
Dans certains pays arabes, il y a eu une baisse significative du volume des achats en raison de la crise corona et du prix économique qu’elle a facturé, mais le Conseil turc des exportations estime qu’une grande partie des dommages est le résultat de la politique de Riyad.
Il s’agit d’un grand dommage à l’économie turque, qui est toujours aux prises avec une crise et une inflation telles que l’État n’a pas connu depuis plus de trois décennies.
La critique du règne d’Erdogan en Turquie même à la suite de la crise ne s’est pas fait attendre.
 Randa Matah, ancienne ambassadrice de Turquie auprès de l’OCDE, a déclaré au journal économique Dunia que la Turquie doit changer de direction par rapport aux pays qui l’entourent.
« Nos canaux de commandement doivent rester ouverts dans n’importe quelle situation. Nous ne pouvons pas arriver à une situation où nous ne pouvons parler qu’avec le Qatar dans le monde arabe », a déclaré le diplomate et économiste.

12 Commentaires

  1. On ne peut être et avoir été…
    Cet intrigant, non satisfait de piller tout ce qui se présente _toute sa famille et affilié est en place dans l’économie turque_ se veut depuis une dizaine d’années le dépositaire hégémonique que le « ciel musulman » aurait élu.
    Toutes les dictatures assistées et/ou applaudies par l’occident finissent par rendre frappadingue leur leader.
    Qui se voient roi du monde…
    Ça détraque, c’est connu !
    Et tous ceux-là finissent dans un « cul de basses fosses », qui jugés par une révolution, qui lynchés _avec leurs affiliés _ par des foules délirantes, assistés de putschistes.
    Un classique.
    C’en est plein les histoires de royaumes, d’empires, dans les livres d’histoire…
    Que sont devenus les tyrans, creveurs d’yeux, coupeurs de membres, de têtes, éventreurs, « disparaisseurs » d’oppositions?
    Comme un fruit desséché, ils finissent, pendouillants, par tomber.
    Ça vient…

  2. Un fou, l’ami des terroristes, un cinglé qui rêve d’un nouvel empire Ottoman… un danger autant pour l’Europe que le Moyen-Orient ! Première chose : dégager la Turquie de l’OTAN. Comme toujours en France, rien dans les médias sur les pays arabes qui boycottent les produits turcs, la seule info qui est relayée c’est qu’Erdogan a traité Macron de “malade mental“. L’idée d’une ambassade du Qatar, c’est une pure folie… ça sera un centre pour abriter les Frères musulmans et leur faciliter le travail : délirant !

  3. Mr Herrdogan !!!!
    Si Hitler avait été « neutralisé » alors qu il était encore temps, nous aurions évité qu un fou mette le feu au monde libre…..
    Qu en pense vous Mr Herrdogan…????

  4. PREMIERE CHOSE A FAIRE,SORTIR LA TURQUIE DE L’OTAN QUI EST TOUT SIMPLEMENT UNE CINQUIEME COLONNE OU UN CHEVAL DE TROIE.AVEC ERDOGAN,LE PIRE PEUT ARRIVER,C’EST LE NOUVEL HITLER !!!!!!

  5. De même, Israël développe des relations diplomatiques avec le Qatar et envisage une ambassade du Qatar en Israel. C’est faire entrer le loup dans la bergerie. La Qatar pourra alors aider aux actions subversives du Hamas à partir d’une excellente position sans avoir besoin d’avoir des espions cachés

  6. Bibi et sa diplomatie de Bisounours,comment Israel continue à avoir des relations diplomatiques avec la Turquie qui est devenu un état antiterroriste et pro Hamas. Comment notre gouvernement soutient et approvisionne l’Azerbaïdjan dans ses agressions contre l’Armenie. Et enfin une constatation, Israel n’a toujours pas reconnu le génocide arménien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.