L’année prochaine à Jérusalem

Par Rabbin Leo Dee

Un certain nombre d’amis du monde entier m’ont demandé sur quoi ils devraient se concentrer cette année lors de leur Seder. Il me semble clair que la chose la plus importante à discuter avec tous nos amis les plus proches et notre famille autour de la table cette année est nos projets pour l’Aliya . Laisse-moi expliquer.

Mon rosh yeshiva, le rabbin Shlomo Riskin, pose une question fascinante sur la raison pour laquelle l’histoire de Rabbi Eliezer, Rabbi Yehoshua, Rabbi Elazar ben Azariah, Rabbi Akiva et Rabbi Tarfon est racontée au début de la Haggadah. Ils parlent toute la nuit de « quitter l’Egypte » et puis leurs étudiants viennent leur dire qu’il est temps de dire le Shema .

Toute la prémisse de cette histoire est bizarre. Shema est dit au lever du soleil ; comment auraient-ils pu ne pas remarquer l’heure ? Si tout l’intérêt de l’histoire est qu’ils étaient tellement absorbés par leur discussion qu’ils ne l’ont pas remarqué, alors quel est le message ? Que la mitsva biblique de dire le Shema est moins importante que le Seder ? De plus, le rabbin Eliezer déclare ailleurs dans le Talmud qu’il faut passer des fêtes avec sa famille, auquel cas, que faisait-il en passant la nuit du Seder avec le rabbin Akiva et ses collègues à Bnei Brak ?

Le rabbin Riskin explique que c’était l’année de la révolte de Bar Kochba et que « quitter l’Égypte » est en fait un mot de passe pour retourner à Jérusalem et construire le Troisième Temple. Lorsque la Haggadah a été (ré)écrite pendant les années d’exil, les rabbins voulaient que la nuit du Seder soit le moment de se rassembler et de planifier notre retour à Sion. Parce qu’ils étaient nerveux quant à la réaction des Gentils dans les pays desquels nous vivions, ils ont codé ce message de manière à ce que seuls les Juifs puissent le comprendre.

Nous savons que les quatre coupes, les quatre questions et les quatre fils sont liés aux quatre expressions de rédemption : « Je te ferai sortir », « Je te sauverai », je te rachèterai » et « Je te prendrai ». » ( Chemot 6 :6-7). Cela semble très symétrique. Cependant, il y a en réalité cinq expressions de rédemption dans la Torah, la cinquième étant « Je vous amènerai dans le pays » ( Shemot 6 : 8). Donc, bien sûr, il y a en fait cinq coupes de vin le soir du Seder, la cinquième étant la coupe d’Élie qui n’est pas bue jusqu’à notre retour à Sion (le rabbin Riskin et d’autres boivent cette coupe de vin au Seder chaque année, pour célébrer notre retour à Sion).

De même, il y a une cinquième question mentionnée dans le Talmud : « Pourquoi la viande est-elle consommée rôtie ? Il s’agit de l’agneau pascal ( Pessa’h ) symbolisé sur notre plateau du Seder par l’os du jarret, mais représentant tous les sacrifices apportés dans le Temple, lors de sa reconstruction.

Le Rabbi Loubavitch a expliqué qu’il y a en réalité cinq fils; le cinquième est tellement détaché de son héritage qu’il n’est même pas présent au Seder, mais lui aussi sera racheté à la fin.

Soyons réalistes, si le thème du Seder était réellement l’Exode d’Egypte, alors il nous suffirait de lire les passages pertinents de la Torah – Vaeira , Bo et Beshalach – qui racontent l’histoire des dix plaies et de la traversée de la Mer Rouge. , et nous pourrions ensuite passer aux choses sérieuses : manger un délicieux repas ! Au lieu de cela, le texte principal de la Haggadah est la déclaration sur les prémices que les agriculteurs disent dans Sefer Devarim (26 : 5-8), qui décrit les souffrances que nous avons endurées en Égypte et comment D.ieu nous en a fait sortir.

En fait, la Haggadah s’arrête sur un verset – Devarim 26 :9 – manquant la fin de l’histoire : « Et Il nous a amenés jusqu’ici, et Il nous a donné ce pays, un pays où coulent le lait et le miel. » Il est intéressant de noter que le Rambam nous recommande de lire jusqu’à la fin de la section, car il souhaite probablement que nous incluions cette finale.

Bien sûr, le véritable thème de la nuit du Seder devient clair lorsque nous atteignons la dernière ligne de la Haggadah : « L’année prochaine à Jérusalem ! »

Ainsi, avec tout cela à l’esprit, il ne pourrait y avoir de meilleure activité pendant la nuit du Seder cette année que d’avoir une discussion sérieuse avec tous ses proches réunis autour de la table. Si nous devions faire notre alyah cette année (ou l’année prochaine), où choisirions-nous de vivre ? De combien de logements aurions-nous besoin ? Comment pourrions-nous accueillir nos grands-parents, nos enfants d’âge universitaire, nos lycéens et nos nourrissons ? Quels emplois rechercherions-nous ?

Le 7 octobre a tout changé pour les Juifs en Israël et dans le monde. Il est devenu plus clair que jamais que la vie en exil n’est pas ce qu’on prétendait être. L’antisémitisme est à nouveau manifeste et dangereux.

S’il vous plaît, D.ieu, la guerre contre le Hamas sera gagnée rapidement et de manière décisive, et la paix reviendra à nos frontières. Le « pays où coulent le lait et le miel » sera encore une fois bien plus attrayant que le « pays dont les rues sont pavées d’or ». Alors que le monde universitaire enseigne à la prochaine génération de dirigeants occidentaux que l’antisémitisme a un contexte légitime, nos enfants devraient réfléchir à la société à laquelle ils veulent faire partie. Alors que le monde est confus entre le bien et le mal, et semble condamné par son manque d’éducation morale, il existe un endroit qui sera toujours un centre de bon sens et de valeurs juives.

Parallèlement à nos prières pour les otages et nos vaillants soldats, nous prions pour la paix et la tranquillité pour tout Israël. Cette année, puissions-nous tous dire, avec une intention et une sincérité totales : « L’année prochaine à Jérusalem ! »

JForum.fr avec www.jewishpress.com

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires