L’AIPAC ET L’AJC PUBLIENT UNE RARE RÉPRIMANDE A L’ENCONTRE DE NETANYAHU POUR AVOIR COUTISÉ DES EXTRÉMISTES

Le geste pourrait faire entrer Otzma Yehudit au Parlement pour la première fois et, éventuellement, au sein d’une coalition gouvernementale.

Netanyahu assiste à la réunion du cabinet à Jérusalem

Netanyahu assiste à la réunion du cabinet à Jérusalem. (crédit photo: REUTERS)

Les principales organisations américaines de défense des droits de l’homme en Israël ont publié vendredi une réprimande extraordinaire contre le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, en réponse à sa volonté de s’allier à un parti extrémiste, car soumis à une pression politique intense en prévision des élections d’avril.

Mercredi, Netanyahu a soutenu un accord entre le parti Foyer Juif -Union Nationale- un parti d’extrême droite selon les normes politiques israéliennes – et le parti Otzma Yehudit “Pouvoir Juif”, émanation d’un mouvement politique raciste qui a été qualifié d’organisation terroriste à l’étranger et banni des listes de la Knesset depuis les années 1980.

Ce geste pourrait voir Otzma Yehudit entrer au Parlement pour la première fois et, éventuellement, au sein d’une coalition gouvernementale.

Le Comité Juif américain (AJC) a hésité sur la question de savoir s’il fallait commenter ce développement inhabituel, mais a finalement choisi de s’exprimer vendredi après-midi. “Les opinions d’Otzma Yehudit sont répréhensibles”, a déclaré l’organisation. “Elles ne reflètent pas les valeurs fondamentales qui constituent le fondement même de l’État d’Israël.” Dans la perspective des élections, a poursuivi le groupe, “l’AJC réaffirme notre engagement envers le caractère démocratique et juif d’Israël, dont nous espérons qu’il sera le vainqueur final dans chaque cycle électoral. »

Toute aussi inhabituelle a été la décision prise par le Comité américano-israélien des affaires publiques, ou AIPAC, d’approuver la déclaration de l’AJC en totalité en la retweetant.

«Nous sommes d’accord avec AJC», a déclaré le puissant lobby. «L’AIPAC a depuis longtemps pour politique de ne pas rencontrer les membres de ce parti raciste et répréhensible

Le mouvement kahaniste, fondé par feu le rabbin Meir Kahane, considère les Arabes et autres non-juifs d’Israël comme des ennemis de l’État et soutient le projet de remplacer le gouvernement démocratique d’Israël par une structure théocratique.

Plusieurs groupes différents sont issus de l’idéologie raciste de Kahane. Certains ont ouvertement promu la violence, tandis que d’autres se sont abstenus de proclamer publiquement des orientations ou méthodes politiques leur interdisant officiellement de siéger au Parlement.

Otzma appartient à cette dernière catégorie. Les groupes néo-fascistes ont navigué aux États-Unis et en Europe en adoptant une approche stratégique répondant à la stigmatisation de l’histoire kahaniste. Ils ont changé de nom pour devenir un mouvement politique “tout à fait à droite”, adoptant une position distincte et subtile, à l’égard de leurs prédécesseurs (stratégie de quête de respectabilité)

Kahane a siégé à la Knesset pendant un seul mandat, mais son influence a perduré bien après son mandat et son assassinat en 1990. Il a préconisé l’annexion de Gaza et de la Judée-Samarie, rétablissant la “souveraineté” juive sur le mont du Temple, limitant les droits des non-juifs pour qu’ils ne soient qu’une sous-catégorie – ou même préconisant de les chasser de force du pays – et d’employer la violence contre ses ennemis politiques.

Aujourd’hui, Otzma Yehudit soutient plusieurs de ces actions politiques, notamment le contrôle total exercé par Israël sur le bassin du Jourdain jusqu’à la mer Méditerranée et l’annulation des accords d’Oslo. Les chefs de parti ont évité les appels à la violence et aux déportations massives, mais soutiennent l’expulsion forcée “d’extrémistes arabes”, évitant de donner des détails sur leurs critères.

Kahane a été personnellement accusé d’avoir planifié diverses attaques terroristes au cours des années 1970 et ses partisans continuent de faire face à des accusations de soutien au terrorisme intérieur et d’incitation au racisme. Un massacre de musulmans palestiniens priant à Hébron en 1994, perpétré par Baruch Goldstein, un partisan de Kahane, a conduit Israël, les États-Unis, le Canada et l’UE à désigner le groupe Kach de Kahane comme une entité terroriste.

Netanyahu, qui prendra la parole lors de la conférence politique de l’AIPAC le mois prochain, a tenu à ne pas répondre aux critiques des dirigeants juifs américains. Mais il a répondu aux critiques du parti bleu et blanc et d’autres opposants politiques, qu’il a accusés de “norme à deux vitesses hypocrite”.

“Il est absurde qu’ils excluent les incitations à la fusion à droite, mais considèrent qu’il est légitime de faire en sorte que les incitateurs et les espions contre Israël entrent au Knesset”, a déclaré Netanyahu.

Il faisait allusion aux votes du Parti Travailliste et Meretz au sein de la commission électorale centrale pour permettre à Azmi Bishara, alors dirigeant du parti Balad, de se présenter à la Knesset. Il a ensuite été reconnu coupable d’espionnage pour le Hezbollah.

Il a également noté qu’en 1999, le candidat d’alors au poste de Premier ministre Ehud Barak avait participé au même rassemblement que le chef du Mouvement islamique du Nord, Sheikh Raed Salah, qui avait par la suite été reconnu coupable d’incitation à la haine.

Benny Gantz, candidat au poste de Premier ministre de Bleu et Blanc, a déclaré : “La déclaration inédite de l’AIPAC, organisation qui traite rarement de la politique intérieure israélienne, prouve que Netanyahu a de nouveau franchi une frontière éthique pour tenter de conserver son siège tout en endommageant gravement l’esprit israélien, la morale juive et notre relation importante avec le judaïsme américain. ”

Le partenaire de Gantz au sein de Bleu et Blanc, Yair Lapid, a écrit sur Twitter : “Netanyahu a causé d’énormes dégâts à l’image d’Israël dans le monde et il est prêt à mettre en danger notre démocratie.” Il a ajouté que “lorsque nos amis les plus proches sentent qu’ils doivent nous condamner, il est clair pour tout le monde qu’une ligne rouge a été franchie”.

Le président du parti travailliste, Itzik Shmuli, a remercié l’AIPAC et l’AJC pour s’être opposés à Otzma Yehudi et avoir “déclaré à Netanyahu qu’il ne pouvait pas se permettre de faire tout ce qui l’aiderait à survivre sur le plan politique et juridique, mais nuirait à nos intérêts nationaux”.

Otzma Yehudi a répondu que les membres de l’AIPAC devraient s’installer en Israël et “rentrer à la maison avant de s’immiscer dans les élections”.

“Ils ne vivent pas ici et ils nous critiquent, comme s’ils se trouvaient sur le mont Olympe”, a déclaré au diffuseur Kan, le porte-parole du parti candidat à la Knesset, Otzma Yehudit, disant que les organisations juives n’avaient aucune raison de critiquer Netanyahu. Il a présenté l’accord avec Bayit Yehudi comme étant simplement technique, et précisé qu’après l’élection, ils se diviseront à nouveau en deux factions séparées.

“Je ne ferai pas partie du gouvernement de Netanyahu s’il poursuit sur sa lancée ‘

 23 FÉVRIER 2019 21:05
Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. L’Aipac est une organisation peu recommandable et anti-démocratique qui veut imposer de l’extérieur des idées proches de l’extrême-gauche ultra minoritaire d’Israël. Elle ne recule devant rien, et se particularise par ses tentatives d’intimidation et de diabolisation de toute personne qui ne pense pas comme elle ou qui ose ne pas baisser les yeux devant elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.