Le Candidat Démocrate à la Vice-Présidence des Etats-Unis Tim Kaine « déforme grossièrement » la vision du Chef d’Etat-Major de Tsahal sur l’Iran. A quelles fins? 

b-lieberman-eisenkot-080916-1470735772

Le Candidat Démocrate Tim Kaine  » a grossièrement caricaturé et déformé » la vision du Chef d’Etat-Major de Tsahal sur l’accord nucléaire passé avec l’Iran, au cours du débat des futurs Vice-Présidents, mardi soir », déclare à Algemeiner une experte du Moyent-Orient.

S’exprimant dans  The Algemeiner mercredi, le Dr. Emily B. Landau, Chercheure principale au sein de l’Institut Israélien d’Etudes sur la Sécurité Nationale (INSS), a tenu à démentir de manière très claire les assertions de Kaine – dispensées au cours d’une vive discussion avec son homologue Républicain Mike Pence – lorsqu’il prétend que le chef de l’armée israélienne, le Lieutenant Général Gadi Einsenkot aurait dit que l’accord nucléaire avec l’Iran a empêché la République Islamiste d’Iran d’obtenir la bombe nucléaire. 

En fait, reprend Landau, la déclaration en question d’Einsenkot – qui a été formulée lors d’un discours pour une Conférence à l’INSS en janvier dernier – était bien plus nuancée qu’il ne l’a présentée.

feecc27b62

Dr. Emily B. Landau

« Alors que le message du Général Einsenkot était bien différent des choses que nous avons entendues de la part du Premier Ministre Binyamin Netanyahu, en mettant moins l’accent sur les scénarios du pire, ce qu’Einsenkot a dit était bien éloigné d’une conclusion disant que l’accord avec l’Iran aurait « empêché l’Iran d’acquérir la bombe atomique », souligne Landau, cheffe du Programme sur le Contrôle des Armes et la Sécurité Régionale à l’INSS. « Ce n’est absolument pas ce qu’il a pu dire ».

Eisenkot, insiste Landau, n’a, en aucun cas, désigné cet accord nucléaire comme un »virage historique », malgré les reportages médiatiques affirmant exactement le contraire.

« Il l’a plutôt décrit comme un « virage stratégique » et c’est quelque chose de très différent », déclare Landau. « Alors qu’il a reconnu que cet accord fournissait à Israël un espace de cinq ans pour respirer, puisque l’Iran veut obtenir les bénéfices totaux de la levée des sanctions, il a aussi déclaré qu’Israël demeure très préoccupé par le calendrier sur 15 ans, du fait que les ambitions de l’Iran en matière d’armement nucléaire – qui sont liées étroitement à ses intérêts régionaux – n’ont pas changé ».

En outre, déclare Landau, Einsenkot n’est jamais que le dernier en date des responsables de la Défense israélienne dont les propos sont délibérément mal interprétés par les promoteurs américains de ce mauvais accord avec l’Iran.

« Nombreuses sont les déclarations des responsables israéliens qui sont sorties de leur contexte pour servir les thèses illustrées dans le débat au sein de l’Administration comme s’il s’agissait de déclarations tranchées en faveur de l’accord – quand, en fait, elles étaient bien plus ambivalentes et destinées à la consommation interne israélienne », rappelle Landau. « Je ne peux pas penser que c’est totalement innocent. C’est chargé de mobiles politiques ».

C’est un message que nous ne cessons d’entendre de la part de l’Administration Obama – ils essaient d’entraîner l’appareil de la Défense israélienne dans le giron des partisans de l’accord iranien, comme pour dire au public américain :  » Regardez, l’appareil de la Défense israélienne est derrière cet accord, donc comment quiconque peut-il encore se permettre de le critiquer? » Et ces façons de faire se poursuivent depuis très longtemps ». .

Dans une conversation avec The Algemeiner mercredi, un responsable important au sein d’une organisation juive américaine a fait écho au sentiment de Landau.

« Les gens qui défendent l’accord avec l’Iran n’ont rien de factuel à raconter, aussi, au lieu de ça, ils soulignent des bribes de conversation qui ne sont que la moitié de la vérité ou carrément des mensonges fabriqués », a déclaré ce responsable. « Cela en dit long : l’accord réel, comme il existe vraiment ne peut être défendu en tant que tel, alors les gens qui tentent d’en finir avec le sujet, doivent mentir sur ce qu’il en est et qui le soutient encore ».

Il y a à peine un mois, l’ancien Ministre israélien de la Défense, Moshe Ya’alon a déclaré, lors d’un forum à l’Institut de Washington sur la politique au Proche-Orient (WINEP) qu’il n’était au courant d’aucun des responsables israéliens de la sécurité qui puisse prendre faits et cause pour l’accord nucléaire avec l’Iran.

Pendant ce temps, mercredi,  un examen des faits réalisé pour ABC News au sujet de ce débat vice-présidentiel a déterminé que Kaine a menti, quand il a prétendu que la candidate présidentielle des Démocrates, Hillary Clinton avait, au cours de son mandat en tant que Secrétaire d’Etat, contribué à « éliminer le programme de fabrication d’armes nucléaires iranien sans même avoir besoin de tirer un seul coup de feu ».

« L’accord nucléaire obtenu entre six puissances nucléaires mondiales et l’Iran, l’an dernier, n’élimine pas complètement le programme nucléaire iranien », rappelle cet examen des faits.

algemeiner.com

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.