Accueil Torah Lag Baomer: la Hiloula de Rabbi Chimon Bar Yohai (vidéos)

Lag Baomer: la Hiloula de Rabbi Chimon Bar Yohai (vidéos)

691
1

Lag Baomer: la Hiloula de Rabbi Chimon Bar Yohai (vidéos)

Mai 2019 Adaptation Jforum 31e jour du Ômer

Demain soir, lundi 12 Mai 2020, nous célébrerons Lag Baomer, cette année de façon discrète tant en Israël et hors d’Israël à cause des ravages de l’épidémie du Covid-19.

L’année dernière plus de 500 000 personnes avaient participé à la Hiloula de Rabbi Shimon Bar Yohaï autour de sa tombe à Meron en Haute Galilée (fondée en 1949). 

 

Il est indispensable de relater la vie et l’oeuvre du grand et saint Tanna, Rabbi Chimon bar Yo’haï, qui mourut à cette date, il y a plus de 1800 ans.

Jeune garçon, Rabbi Chimon fit ses études à l’Académie de Yavneh fondée par Rabbi Yo’hanan ben Zackaï, dont la mort coïncidait à peu près avec la naissance de Rabbi Chimon.

Le maître principal de Rabbi Chimon fut le célèbre Rabbi Akiba dont l’Académie était à Bnei Brak. Rabbi Chimon s’était tellement attaché à lui, que ce dernier l’appelait ” mon fils “.

Pendant les persécutions atroces faites sur l’ordre de l’empereur romain Hadrien, lorsque les académies talmudiques furent fermées, et l’étude du Talmud interdite sous peine de mort, Rabbi Akiba continua à enseigner publiquement le Talmud, et son disciple dévoué, Rabbi Chimon, resta à son côté, jusqu’à ce que Rabbi Akiba fut arrêté.

Rabbi Chimon rendit visite à son maître dans la prison, et celui-ci lui donna des instructions.

Mais la mort les sépara, car Rabbi Akiba fut condamné à mourir en martyr, pour la sanctification du Nom de Dieu.

C’étaient des temps difficiles pour les Juifs en Israël qui devaient subir les persécutions atroces de l’Empereur romain Hadrien. Les savants avaient des difficultés énormes pour étudier le Talmud et diriger les écoles.

L’enseignement était interdit sous peine de mort, car s’ils étaient pris, professeur et étudiant étaient mis à mort.

Toute la vie religieuses juive était en danger, jusqu’à ce que le grand Rabbi Yéhoudah ben Bava, publiquement, nomma cinq grands savants, défiant ainsi la loi cruelle de Hadrien.

Parmi ces cinq savants, se trouvait Rabbi Chimon ben Yo’hai (et aussi Rabbi Meir).

Les autorités romaines étaient sur les dents et cherchaient ces héros juifs. Les savants désignés réussirent à se sauver, mais Rabbi Yehoudah ben Bava fut arrêté et exécuté.

Enfin, le cruel Hadrien mourut à la suite d’une maladie très douloureuse, et ses décrets ne furent plus suivis avec la même sauvagerie que pendant sa vie.

Ce fut alors que les chefs spirituels de cette époque se réunirent pour délibérer sur les moyens à prendre afin de restaurer la vie religieuse des Juifs. Parmi les chefs assemblés à Oucha, nous trouvons aussi Rabbi Chimon.

Pour raison de sécurité, les savants se rendirent à Yavné où ils conférèrent dans un vignoble. Parmi eux se trouvaient Rabbi Judah, Rabbi José le Galilite et Rabbi Chimon bar Yo’haï.

Condamné à mort

Discutant sur l’attitude à prendre vis-à-vis du gouvernement romain, Rabbi Judah proposa des méthodes amicales, tandis que Rabbi José n’émit aucune opinion. Mais Rabbi Chimon parla avec beaucoup d’amertume de la tyrannie romaine et conseilla de résister aux ordres des Romains par tous les moyens.

Les hommes ne se rendaient pas compte que leur conversation était surprise par un jeune homme du nom de Judah ben Guérime.

Celui-ci avait été l’élève de Rabbi Chimon, mais plus tard il s’était engagé comme espion au service des Romains.

Ce traître apporta aux autorités romaines les délibérations des Sages, de sorte que l’administration romaine combla d’honneur Rabbi Judah qui avait parlé en sa faveur, ordonna d’exiler Rabbi José pour ne pas avoir suivi l’exemple de Rabbi Judah, mais choisit la mort pour Rabbi Chimon qui avait osé défier l’autorité de l’Etat.

Rabbi Chimon prit la fuite avec son fils Eleazar. Pendant quelques temps ils se cachèrent dans une Maison d’études, où l’épouse de Rabbi Chimon leur apportait tous les jours du pain et de l’eau.

Mais lorsque les recherches furent intensifiées, ils décidèrent de chercher une meilleure cachette. Ignorés de tout le monde, ils vécurent retirés dans une caverne. A l’entrée de celle-ci, Dieu fit pousser un caroubier et fit jaillir également une source d’eau fraîche.

Pendant douze ans Rabbi Chimon bar Yo’haï et son fils restèrent dans la grotte, se nourrissant de caroubes et d’eau.

Ils profitèrent de ce séjour pour étudier et prier, si bien qu’ils devinrent les hommes les plus saints et les plus sages de leur temps.

Douze ans s’étaient écoulées lorsque le prophète Elijah leur apporta la bonne nouvelle d’un changement dans le gouvernement, ainsi que de leur amnistie. Le père et le fils quittèrent leur cachette et en traversant un champ où un fermier juif labourait le sol, ils firent la remarque suivante : “

Voilà les hommes qui abandonnent l’étude sacrée de la Torah pour des choses matérielles “. A peine eurent-ils prononcé ces mots, que tout le champ fut enveloppé d’un nuage de fumée et une voix céleste se fit entendre : ” Etes-vous venus pour détruire ma terre ? Retournez à votre caverne “.

Ils retournèrent donc à la grotte et y restèrent encore douze mois. Ils ne la quittèrent que lorsqu’ils entendirent à nouveau la même voix céleste leur ordonnant de s’en aller.

 

www.lamed.fr

JUDITH ET JUDITH ET HOLOPHERNE

 

Lag ba’Omer est un jour où règne l’opacité des réponses, une tradition qui nous laisse blême si ce n’est blafard.

C’est peut être précisément du fait qu’il n’y avait aucun événement constitutif porteur d’une signification métahistorique que le jeûne, la joie, l’eau ou le feu y seront mêlés. Mais il est raisonnable de supposer que chacun d’entre eux reflète une vérité plus sourde.

Comment est-ce possible? Eh bien répondons: «La vérité est multiple, la raison, ouverte d’esprit! »

Le mythe a bien une fonction, il occupe un rôle spécifique dans la conscience collective. Il est là pour tramer dans l’imaginaire des certitudes et se substituer au néant des craintes infinies; il est là pour accorder des solutions péremptoires à des interrogations qui demeurent sans explications Il cède la parole à des croyances pour répondre aux demandes les plus pénibles la présence du mal, de la souffrance, la mort, le destin de l’âme, le sens de la vie, l’existence et la nature de D.ieu….

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai entendu une version un peu différente sur le vie du Rabbi Chimon bar Yo’haï et son fils.
    Celle-ci dit ; qu’après les 12 ans passé a étudier dans cette grotte, leur niveau de sainteté et leur comprehension des écritures. Faisait qu’il n’était plus en capacité de communiqué la sagesse de D… au commun des mortels. Et qu’en rencontrant ce fermier, ils voulurent l’enseigné. Le fermier ne comprenant rien, contredit le Rabbi Chimon bar Yo’haï , la discussion s’envenima au point que des éclairs de feu jaillirent des yeux du Rabbi Chimon qui mirent le feu au champs. Ensuite ils entendirent la voix de D… leur donnant l’ordre de retourner dans leur grotte pour méditer et prier sur comment enseigné les écritures aux peuple. Cela prit douze mois, jusqu’à ce que la voix de D… leur dise qu’ils était prêt.
    Pendant le reste de leur vie le Rabbi Chimon bar Yo’haï et son fils furent les grands enseignants dont la réputation remonte à nos jours.
    Je pense qu’une des leçons que peut tirer de cette histoire ; c’est que : Ce n’est pas parce ce que l’on maitrise quelque chose, que l’on peut l’enseigner.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.