Les Etats-Unis ont dénoncé mercredi l’interception «dangereuse» d’un avion de patrouille maritime américain par un chasseur russe au-dessus de la Mer noire. Moscou a rejeté ces accusations, affirmant que l’interception s’est faite «dans les règles».

La procédure d’interception a duré environ 19 minutes. L’avion de chasse russe s’est approché à quelque trois mètres de l’appareil américain, «ce qui est considéré comme dangereux et non professionnel», a indiqué un responsable américain de la Défense ayant requis l’anonymat.

De son côté la Russie, qui parle de plusieurs avions américains contrairement à Washington, affirme que l’interception s’est faite «en stricte application des règles internationales».

Le Poseidon P-8 américain est un avion de patrouille maritime à très long rayon d’action spécialisé dans la lutte anti-sous-marine, anti-navires de surface et le renseignement électronique. Il a été intercepté par un chasseur Soukhoï 27 Flanker.

Selon le responsable américain, l’avion russe a suivi le Poséidon pendant un temps à une distance d’une dizaine de mètres avant de se rapprocher.

Transpondeurs éteints

Dans un communiqué, le ministère russe de la Défense explique avoir dépêché des Su-27 en direction des appareils américains P-8 Poseidon qui ont «à deux reprises essayé de s’approcher de la frontière russe au-dessus de la Mer Noire sans que leurs transpondeurs soient branchés». Un transpondeur est un dispositif électronique qui permet d’identifier un appareil à son signal et de le suivre au radar.

«Après que les avions de combat russes sont arrivés à proximité des avions espions pour une confirmation visuelle et pour déterminer les numéros (d’immatriculation) figurant sur leurs ailes, les appareils américains ont brusquement changé de cap et sont partis», poursuit le ministère russe.

«Les avions et navires de l’US Navy interagissent régulièrement avec des unités russes dans cette région et la plupart de ces rencontres sont sans danger et professionnelles», a souligné pour sa part le responsable américain. «Toutefois, ces manoeuvres dangereuses nous inquiètent profondément» parce qu’elles peuvent faire monter «inutilement» la tension et même provoquer un accident, a-t-il dit.

Plusieurs incidents similaires

Dans un contexte de tensions accrues entre les Etats-Unis et la Russie depuis l’annexion par Moscou de la Crimée il y a deux ans, plusieurs incidents aériens similaires entre les deux puissances ont déjà été rapportés cette année.

A la mi-avril en mer Baltique, deux avions de combat Soukhoï-24 ont ainsi simulé des manoeuvres d’attaque près du destroyer lance-missiles américain Donald Cook. En pleine Guerre froide, les Etats-Unis et l’Union soviétique avaient signé en 1972 un accord bilatéral destiné à éviter la multiplication d’incidents de ce genre. (afp/nxp)

(Créé: 07.09.2016, 20h45)

tribune de genève

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.