La Menorah fait rayonner la Torah

1
276

Voici comment devait être confectionné le chandelier : tout d’une pièce, en or. jusqu’à sa base, jusqu’à ses fleurs, une seule pièce.”(Nombres, 8, 4)

La section de la Torah de ce Chabbat ( Bé Halotetekha) est introduite par un passage qui insiste sur l’importance particulière que devait revêtir la MENORAH, le chandelier du Tabernacle, qu’Aaron avait pour fonction d’allumer et dont il lui fallait entretenir les flammes. Cet objet de culte était appelé, plus à symboliser la présence éternelle de Dieu au milieu des Hébreux que d’éclairer véritablement le MICHKANE .

Aaron devait, nous dit la Torah, allumer chaque flamme autant de fois et aussi longtemps que nécessaire pour que celle-ci monte dans tout son éclat.

De surcroît, il nous est répété ici, sans que l’on sache pourquoi à première vue, que le chandelier devait être fait d’une seule pièce, sans soudure ni rivet, de la base jusqu’au sommet. Comme si cette condition était absolument indispensable pour que la MENORAH puisse brûler convenablement et sa flamme assurer tout son rayonnement.
Si l’on ne voit peut-être pas le rapport qu’il y a entre l’éclat des flammes de la MENORAH et le fait qu’elle soit confectionnée toute d’une seule pièce, on peut, par ailleurs en tirer une leçon pour chacun de nous, dans la vie courante.

Nous avons tous le devoir d’éclairer, de rayonner. Nul ne doit se contenter de nourrir en lui seulement une flamme intérieure; il lui faut, aussi et surtout, à l’instar d’Aaron, allumer la flamme dans le cœur d’autrui et l’alimenter. Toujours comme le grand-prêtre, il nous faut faire tous les efforts nécessaires et répéter notre geste sans désespérer aussi souvent qu’il le faut, jusqu’à ce que cette flamme s’allume et brûle aussi chez autrui de tout son éclat.

Mais si nous voulons réussir dans cet effort répété, si nous voulons que notre propre flamme soit communicative, il faut que nous soyons – tels la MENORAH – d’une seule pièce, que nous n’acceptions aucun compromis, ni dans notre fidélité envers Dieu, ni dans notre amour envers les hommes. Alors seulement, nous serons à même d’enflammer ceux qui nous côtoient, pour qu’ils brûlent de la même ardeur que nous.

Ld

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.