La Haye: Israël a révélé combien de tunnels du Hamas vont de Rafah à l’Egypte.

Le Médiateur adjoint a présenté les arguments d’Israël à la Cour internationale de Justice – et a révélé : « Environ 700 puits de tunnel ont été identifiés à Rafah, dont environ 50 traversent vers l’Égypte ».

Il a répondu à l’affirmation de l’Afrique du Sud : « Appeler quelque chose encore et encore » génocide’ Cela n’en fait pas un génocide » . Plus tard, il a présenté une photo d’une vidéo des personnes enlevées publiée par le Hamas. « Le sens de mettre fin à la guerre – laisser sortir les personnes enlevées à Gaza », a-t-il précisé. Un manifestant a traité sèchement au représentant israélien : « de menteur »

Israël a répondu aujourd’hui (vendredi) devant la Cour internationale de Justice de La Haye à la demande de l’Afrique du Sud d’ émettre des mandats supplémentaires dans sa plainte contre Israël. A la fin, il a été demandé à la délégation de répondre d’ici demain sur la situation dans les zones humanitaires, y compris dans la zone d’Al-Mawasi. Dr. Gil-ed Noam, représentant d’Israël au débat : « Appeler quelque chose encore et encore « génocide » n’en fait pas un génocide. Plus tard, il a présenté une photo d’une vidéo de personnes enlevées publiée par le Hamas : « Un acte cruel et intolérable. » « .

L’avocate Tamar Kaplan Turgeman, du conseil juridique du ministère des Affaires étrangères, a présenté aux personnes présentes l’histoire de la personne enlevée libérée, Amit Sosna : « Ils l’ont forcée sous la menace d’une arme à commettre un acte sexuel à son retour. » Une manifestante qui était présente à l’audience lui a crié : « Mensonges, mensonges » et a rapidement quitté la salle.

Présentation d'une vidéo du Hamas au tribunal de La HayeL’image montrée lors de la discussion

La crainte des ordonnances supplémentaires – et les enseignements que l’on peut tirer de la tenue de l’audience d’urgence questions et réponses

Noam, conseiller juridique adjoint du gouvernement pour les affaires de droit international, a critiqué au début de son discours le fait qu’Israël ait reçu une convocation pour l’audience il y a seulement quatre jours, en plein Memorial Day. Il a expliqué qu’Israël n’a pas eu l’opportunité d’être représenté de la manière la plus appropriée et qu’il ne reçoit pas la représentation de son équipe choisie. « La question de l’égalité devant la loi et la justice est ici mise à mal. Par respect pour le tribunal, dont Israël a fait preuve au cours des derniers mois, l’équipe israélienne est venue ici pour comparaître à l’audience. »

Dr Gil Ad Noam, Tribunal de La Haye (Photo : AP)Dr Gil Ad Noam, Tribunal de La Haye (Photo : AP)

Lors de la présentation de son argumentation, Noam a détaillé comment le Hamas utilise les espaces civils de Rafah à des fins terroristes. « Rafih en particulier est un point focal où se concentre une grande partie de l’activité terroriste, c’est le bastion terroriste du Hamas. Il y a là une infrastructure de tunnels, une infrastructure qui s’étend sous toute la ville. Près de 700 puits ont été identifiés dans Rafah et environ 50 tunnels qui pénètrent dans le territoire égyptien, le Hamas utilise ces tunnels pour s’occuper de l’approvisionnement en armes et en munitions et potentiellement également pour faire sortir clandestinement des otages de Gaza. plus de 1 400 roquettes ont été lancées depuis Rafih seulement. »

« Les otages israéliens sont détenus par leurs ravisseurs à Rafah. En fait, les forces israéliennes ont réussi à sauver deux otages israéliens de Rafah le 11 février », a-t-il poursuivi. « La réalité est que n’importe quel pays qui se serait retrouvé dans la situation difficile dans laquelle se trouve Israël aurait fait la même chose. » Il a souligné qu’Israël devrait être autorisé à combattre le Hamas « tout comme n’importe quel pays devrait être autorisé à le faire ».

Noam a commenté l’opération militaire dans la ville du sud de la bande de Gaza : « Israël est conscient des efforts du Hamas pour utiliser les civils de Rafah comme boucliers humains, et c’est pourquoi les bataillons du Hamas sont là, c’est pourquoi ils y retiennent des otages. Israël prend des mesures pour tenter de faire face à l’énorme complexité inhérente à une telle situation, c’est pourquoi jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’attaque de grande envergure contre Rafah, mais des opérations spécifiques, ciblées dans certaines zones, en plus de l’évacuation des civils et des activités humanitaires. « .

Selon lui, Israël a l’obligation et doit être obligé d’exercer ce droit conformément à la loi – et travaille donc continuellement pour assurer la sécurité de ses citoyens, même si le Hamas s’efforce de refuser à Israël ce droit fondamental. « Il y a ici une guerre tragique et difficile, mais il n’y a pas de génocide ici », a encore souligné Noam.

L’équipe de défense israélienne au Tribunal de La Haye (Photo : Reuters)L’équipe de défense israélienne au Tribunal de La Haye Photo : Reuters

« L’Afrique du Sud prétend apparaître ici encore comme le défenseur de l’humanité, mais en réalité elle a des motifs cachés lorsqu’elle demande à Israël de rester à l’écart de Rafah et de retirer ses forces de Gaza. Elle ne s’intéresse pas vraiment au droit ou à la justice. Elle utilise le tribunal et son pouvoir pour émettre des ordonnances provisoires.

Lors de l’audience d’hier, le procureur d’Afrique du Sud a affirmé qu’il existait des enregistrements de membres israéliens de la Knesset et de commandants de Tsahal appelant à la destruction du peuple palestinien dans la bande de Gaza. Noam a répondu à ces affirmations : « Depuis le début de la procédure, l’Afrique du Sud a délibérément choisi des déclarations très spécifiques, ou sorties de leur contexte, pour montrer qu’elle avait une intention de génocide, tout en profitant du seuil fixé dans la demande d’ordonnance provisoire.

Kaplan Turgeman a fait référence à une vidéo de soldats de Tsahal montrée par l’Afrique du Sud : « Les soldats que nous avons vus hier dans la vidéo n’ont pas dit de détruire, ils ont dit de démanteler. Il y a ici une référence claire aux capacités du Hamas, démanteler les capacités de Hamas. »

Faisant référence aux manifestations en Israël contre le transfert de l’aide humanitaire à Gaza, Noam a précisé : « Nous travaillons pour traiter ces manifestants. La Cour suprême examine actuellement une requête déposée par des organisations israéliennes pour vérifier l’étendue du respect par le gouvernement israélien des deux le droit international et le droit israélien. »

À la fin de son discours, Noam a clairement indiqué que si les personnes enlevées avaient été libérées et que le Hamas avait déposé les armes, la guerre aurait pris fin. « Si le tribunal ordonne d’arrêter la guerre, cela signifie que les 132 personnes kidnappées croupiront à jamais dans les tunnels du Hamas. »

Le ministre des Affaires étrangères Israel Katz a déclaré après l’audience : « Je félicite notre équipe juridique qui nous a représentés avec honneur et fierté devant la Cour internationale de Justice de La Haye contre le spectacle de l’hypocrisie de l’Afrique du Sud. Comme nos représentants l’ont dit à l’équipe juridique d’Afrique du Sud qui sert de bras légal aux meurtriers du Hamas Vannessi : répéter un mensonge mille fois n’en fera pas la vérité. »

Katz a ajouté : « Aucune force ne niera à Israël le droit de légitime défense. Nous continuerons à nous battre sur la scène juridique, politique et militaire, jusqu’à ce que les 132 personnes enlevées soient rendues à leurs proches. »

JForum.fr avec  N12
Juges du tribunal de La Haye dans l’affaire contre Israël Photo : AP

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires