L’évolution du renseignement israélien: 1973 à 2023

Les menaces ennemies actuelles ont évolué depuis les grandes formations de chars et d’infanterie jusqu’aux attaques de projectiles à grande échelle contre les villes.

Dans leur plus grande publication de documents sur la guerre du Kippour de 1973 à ce jour, les Archives d’État d’Israël ont fourni un nouveau et douloureux rappel de l’échec désastreux des services de renseignement qui a précédé l’invasion combinée d’Israël par l’Égypte et la Syrie.

La guerre, ses pertes et la capacité des adversaires d’Israël à l’époque à surprendre l’État juif ont laissé une cicatrice multigénérationnelle sur la psyché nationale israélienne. D’un autre côté, la capacité des Forces de défense israéliennes à finalement repousser la double attaque, à surmonter le choc, à appeler des réserves sur les fronts et à passer à l’offensive, mettant fin à la guerre à environ 60 milles du Caire et 25 milles de Damas, est un témoignage de l’étonnante résilience et du courage des soldats et des commandants de cette époque.

À la veille de la guerre, les renseignements israéliens n’ont pas réussi à évaluer avec précision les intentions de l’ennemi malgré de multiples signes avant-coureurs, et ont également sous-estimé l’évolution des capacités de l’Égypte et de la Syrie, comme leur capacité à utiliser des missiles antiaériens et antiblindés fournis par les Soviétiques pour la destruction des forces israéliennes. Ces tactiques ont empêché Israël de se déplacer librement dans les airs et au sol, ce qui représente les leçons tirées par les adversaires d’Israël de leur défaite lors de la guerre des Six Jours en 1967.

Comme le montrent les documents d’archives récemment publiés, dans les heures précédant Yom Kippour, le 5 octobre 1973, une discussion sur la sécurité a eu lieu dans le bureau du Premier ministre Golda Meir. Les principales questions abordées ont été l’évacuation des familles soviétiques de Syrie et d’Égypte et les exercices militaires conjoints menés par les deux pays. Il y avait un quasi consensus parmi les personnes présentes sur le fait que la guerre n’était pas imminente.

Eli Zeira, chef du renseignement militaire, qui a présenté un aperçu de l’Égypte et de la Syrie, a résumé les conclusions en déclarant que « l’évaluation selon laquelle la préparation [de l’ennemi] découle principalement de la peur de nous demeure ». Il a en outre souligné l’incertitude quant à l’exercice russe en cours, s’interrogeant sur son objectif. Le chef d’état-major de Tsahal David Elazar, connu sous le nom de « Dado », partageait un sentiment similaire. « Je crois toujours qu’ils ne vont pas attaquer ; nous n’en avons aucune preuve concrète. Techniquement, ils sont capables d’agir. Je suppose que s’ils attaquaient, nous recevrions de meilleurs indicateurs », a-t-il déclaré.

Une semaine et demie avant le déclenchement de la guerre, Meir rencontra le roi Hussein de Jordanie. Il l’a informée que « d’une source très sensible, il a été fait savoir que tous les préparatifs et plans liés à une opération syrienne étaient terminés. Les unités sont en position depuis deux jours, y compris l’armée de l’air et les missiles.»

Le chef du Mossad, Zvi Zamir, était particulièrement absent de la réunion. Selon Zeira, Zamir s’est rendu d’urgence à Londres pour rencontrer « son ami », faisant apparemment référence à Ashraf Marwan, un proche collaborateur du président égyptien Anwar Sadat.

Le ministre israélien de la Défense, Moshe Dayan, a informé les participants à la réunion que des photographies aériennes avaient identifié l’équipement des forces égyptiennes pour le passage. Dayan a suggéré d’informer les Américains que les Syriens prévoyaient d’attaquer Israël, leur conseillant de faire savoir aux Russes qu’Israël n’avait aucune intention offensive.

Plus tard dans la journée, une autre consultation a eu lieu dans le bureau de Golda. Zeira a donné un autre aperçu, mais est resté ferme dans sa conviction que la guerre n’était pas imminente. « Nous pensons toujours qu’il est fort probable que la préparation syrienne et égyptienne vienne de la peur de nous, et qu’il est fort probable que la véritable intention de l’Égypte et de la Syrie soit de mener des opérations offensives limitées », a-t-il déclaré.

Hier et aujourd’hui

En 2023, la nature de la menace qui pèse sur Israël a radicalement changé. Le danger n’est plus centré sur les formations de chars et d’infanterie ennemis visant à pénétrer les frontières d’Israël. La menace actuelle tourne plutôt autour des armées terroristes.

Ces factions terroristes quasi militaires possèdent une énorme puissance de feu et peuvent lancer des attaques massives au projectile sur les villes israéliennes, après avoir identifié le front civil comme le ventre vulnérable d’Israël. Le Hezbollah au Liban et, dans une moindre mesure, les factions terroristes de Gaza et les milices soutenues par l’Iran en Syrie, en Irak et au Yémen, ont tous la capacité de cibler le front intérieur israélien et des emplacements stratégiques cruciaux. L’Iran possède également une telle capacité.

L’arsenal sans précédent du Hezbollah, composé de quelque 200 000 roquettes, et son utilisation de bunkers et de lanceurs intégrés dans des zones civiles, représentent une menace totalement différente. Sa force d’élite Radwan menace les communautés du nord avec des raids transfrontaliers, mais son principal élément de surprise, à savoir les tunnels d’assaut transfrontaliers, a été éliminé par Israël ces dernières années, tout comme le réseau de tunnels du Hamas.

Le système de défense aérienne multicouche d’Israël, alimenté par des radars avancés, est sur ses gardes 24 heures sur 24 pour toute attaque.

Même si évaluer les intentions de l’ennemi reste une entreprise difficile en 2023, les capacités technologiques et l’étendue du réseau de renseignement moderne d’Israël signifient qu’il est aujourd’hui beaucoup plus difficile pour les ennemis de le surprendre.

Dans les années qui ont suivi la guerre du Kippour, Israël s’est lancé dans une révolution sans précédent en matière de renseignement. Aujourd’hui, Tsahal s’appuie sur un réseau de capteurs de pointe, dotés de vastes capacités de collecte d’informations dans l’espace, dans les airs, sur terre et en mer.

Tsahal utilise l’intelligence artificielle et l’analyse des mégadonnées pour détecter les anomalies et les changements dans les mouvements et le comportement de l’ennemi, et reçoit des alertes automatiques lorsque celles-ci apparaissent.

L’annonce du 28 août par le ministère israélien de la Défense concernant les progrès de l’avion de collecte de renseignements Oron – le système le plus avancé de ce type – en est un bon exemple. Alimenté par l’intelligence artificielle, l’Oron peut recueillir des renseignements sur des milliers de cibles ennemies, s’étendant sur des milliers de kilomètres, en quelques secondes.

Néanmoins, le potentiel de surprises n’a pas été éliminé, et l’une des principales leçons de la guerre de 1973 est de ne jamais présumer que toutes les menaces sont connues et de ne jamais se laisser aller à l’autosatisfaction.

Les adversaires évoluent et leur capacité à développer de nouvelles façons de menacer Israël, sa population et ses villes ne devrait jamais être banalisée. Dans le même temps, l’évolution des capacités de renseignement d’Israël, combinée à sa capacité à fournir une puissance de feu massive et précise basée sur ces renseignements, représente un grand pas en avant et réduit les risques d’une surprise stratégique catastrophique.

Les ombres de 1973 nous rappellent avec humilité des intentions mal jugées, mais les progrès réalisés aujourd’hui par les renseignements et la puissance de feu israéliens offrent un bouclier solide.

JForum avec jns
Yaakov Lappin
YAAKOV LAPPIN
Yaakov Lappin est un correspondant et analyste des affaires militaires basé en Israël. Il est analyste interne à l’Institut Miryam, associé de recherche au Centre de recherche et d’éducation d’Alma et associé de recherche au Centre Begin-Sadat d’études stratégiques de l’Université Bar-Ilan. Il est fréquemment commentateur invité sur les réseaux d’information télévisés internationaux, notamment Sky News et I-24. Yaakov est l’auteur de Virtual Califat – Exposer l’État islamiste sur Internet. Suivez Yaakov Lappin sur sa page Patron : https://www.patreon.com/yaakovlappin

 

Les troupes des Forces de défense israéliennes tirent sur des cibles syriennes sur le front nord pendant la guerre du Kippour en 1973. Crédit : GPO.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires