La CPI et l’ONU accusent Israël d’une famine qui n’a jamais eu lieu à Gaza

La Cour pénale internationale (CPI) et l’ONU ont récemment accusé Israël de provoquer une famine à Gaza, une affirmation qui, selon des professeurs de l’Université de Columbia, ne repose sur aucune réalité. Les professeurs Awi Federgruen et Ran Kivetz, experts en logistique et en prise de décision, ont mené une analyse approfondie des données disponibles et ont conclu que l’approvisionnement alimentaire à Gaza est plus que suffisant pour ses 2,2 millions d’habitants.

Les recherches de Federgruen et Kivetz, présentées dans un résumé au Jerusalem Post, montrent que les accusations de famine sont infondées. « C’est un mythe qu’Israël est responsable de la famine à Gaza, » affirment-ils, ajoutant que la CPI et l’ONU se sont jointes au Hamas pour propager cette fausse information dans le but de stopper la guerre à Gaza.

Les professeurs ont examiné des données concrètes provenant de sources telles que le COGAT (Coordination des Activités Gouvernementales dans les Territoires) et l’ONU, et ont trouvé que les quantités de nourriture fournies à Gaza étaient adéquates. En particulier, ils ont noté que 250 camions de nourriture par jour suffiraient pour nourrir toute la population de Gaza, correspondant à un régime alimentaire standard en Amérique du Nord.

Malgré un approvisionnement suffisant, la distribution de la nourriture à l’intérieur de Gaza reste problématique. Les professeurs pointent du doigt le Hamas, accusé de détourner les camions d’aide et de saboter la distribution, aggravant ainsi la situation humanitaire. Le passage de Kerem Shalom, par exemple, a été ciblé par des roquettes du Hamas, interrompant temporairement les approvisionnements.

La CPI a demandé des mandats d’arrêt contre des hauts responsables israéliens, accusant Israël d’utiliser la famine comme méthode de guerre en bloquant l’aide humanitaire et en ciblant délibérément les civils. Cependant, les professeurs contestent ces allégations, arguant que les données disponibles contredisent ces accusations. Ils soulignent que la plupart de la nourriture acheminée à Gaza provient d’Israël et que l’Égypte a également fermé son passage de Rafah, laissant Israël comme principale source d’approvisionnement.

Les professeurs concluent que si des cas de malnutrition existent à Gaza, ils ne sont pas dus à un blocus israélien mais à la mauvaise gestion et aux actions du Hamas. Leur analyse, corroborée par des chercheurs de plusieurs universités israéliennes, indique que chaque Gazaoui reçoit en moyenne plus de calories que nécessaire pour une alimentation saine.

Federgruen et Kivetz appellent la communauté internationale à reconnaître la responsabilité du Hamas dans cette crise et à cesser de blâmer Israël sans preuve. Ils exhortent également les médias à rapporter de manière plus équilibrée et factuelle la situation à Gaza.

En somme, leur travail remet en question les récits dominants sur la famine à Gaza et appelle à une réévaluation des responsabilités dans cette crise humanitaire.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires