Le Yom Kippour sans pollution d’Israël peut être un modèle mondial.

En s’abstenant de conduire ou d’acheter le Jour des Expiations, le peuple d’Israël transforme et se réapproprie l’environnement urbain.

Un jour par an, la pollution de l’air en terre d’Israël chute de façon spectaculaire.

La plupart du temps, Israël souffre d’une pollution atmosphérique particulaire 50 % plus élevée  que les pays d’Europe occidentale. Au-delà de Jérusalem, une épaisse couche de smog plane souvent sur la plaine côtière d’Ashkelon à Netanya, ternissant la beauté de la terre.

En Israël, comme dans tous les pays, de nombreuses politiques et pratiques doivent être modifiées et développées pour soutenir la durabilité dans la façon dont nous produisons, utilisons et sommes liés à l’énergie.

Nous avons un avant-goût de ce qui pourrait se passer une fois par an à Yom Kippour, le jour juif de l’expiation, lorsque tous les habitants de la Terre sainte sont bénis avec de l’air pur.

Le Dr Jeremy Benstein, un écologiste israélien de premier plan et auteur de The Way into Judaism and the Environment , explique le lien entre Yom Kippour et l’environnement, comme cité dans mon livre Eco Bible: An Ecological Commentary on the Torah .

« Yom Kippour en Israël est, selon la loi, un « jour sans achat ». Par choix populaire, c’est aussi une « journée sans voiture ». L’ensemble de l’environnement urbain est transformé et les rues normalement encombrées de voitures sont récupérées par les gens », écrit Benstein.

«Ce changement se traduit par 99% de pollution en moins, selon certains chercheurs, moins de bruit et des sentiments d’expansion et de communauté, comme l’ a rapporté Reuters . La ville redevient un village. Les gens marchent et les enfants font du vélo là où les voitures conduisent normalement, profitant les uns des autres et de leur environnement d’une manière impossible le reste de l’année.

Pas seulement des avantages secondaires

Benstein soutient que ces changements ne sont pas seulement des avantages secondaires périphériques à une journée consacrée à l’introspection et au repentir.

« Les péchés pour lesquels nous expions chacun à Yom Kippour ont meurtri nos propres relations avec les autres et, ce faisant, ont rompu notre lien personnel avec Dieu », écrit-il.

Pourtant, la pénitence personnelle et le pardon exigent également que nous « renforcions nos communautés, qui souffrent de l’égoïsme et du manque d’intégrité exprimés dans ce que nous expions comme notre propre ‘péché’. Cela signifie la responsabilité les uns envers les autres, à la fois individuellement et collectivement.

En plus de rendre collectivement les environnements locaux plus sains et plus conviviaux un jour de l’année – que ce soit à Yom Kippour ou le Jour de la Terre en Israël et dans d’autres pays, ajoute-t-il, « nous pouvons rendre le monde plus durable grâce à nos choix politiques et économiques tout au long de l’année. »

Le rôle de la foi dans l’écologie

Quelle est la singularité universelle de cet événement environnemental issu de l’approche des juifs israéliens envers une fête religieuse ?

Bien que s’abstenir de conduire pendant les vacances puisse être unique à la pratique juive traditionnelle, le lien écologique au sein des vacances existe dans de nombreuses religions.

Ces dernières années, le clergé a commencé à parler et à prêcher un Noël vert et un Ramadan vert. Alors que la crise climatique s’intensifie, s’appuyer sur la sagesse religieuse pour un avenir durable est certainement la voie à suivre.

Dans les semaines qui suivront Yom Kippour, la conférence de l’ONU sur le climat COP 27  aura lieu sur la péninsule du Sinaï, à Sharm El Sheikh, en Égypte.

Les communautés religieuses et les chefs religieux ont un rôle clé à jouer dans la lutte contre le changement climatique et la justice climatique, ce qui nécessite une profonde transformation au sein de la société.

Repentance climatique sur le mont Sinaï

La connaissance des changements indispensables pour réduire les dommages à long terme à la planète est facilement disponible. Cependant, amener un changement dans l’action exige des changements d’attitude plus profonds, un changement de cœur.

Cela a été le domaine des religions pendant des millénaires. Les religions sont des sources d’inspiration pour la transformation du cœur et les changements d’attitude qui s’ensuivent.

« Alors que la crise climatique s’intensifie, s’appuyer sur la sagesse religieuse pour un avenir durable est certainement la voie à suivre. »

Pour soutenir, interpeller et inspirer les discussions lors de la COP 27 à Sharm El Sheikh, l’ONG que je dirige, The Interfaith Center for Sustainable Development , se joindra à l’ Elijah Interfaith Institute pour organiser une Repentance Climatique interreligieuse sur le Mont Sinaï.

Je m’attends à ce que cet événement soit émouvant, transformateur et un moment d’inspiration pour les communautés religieuses et pour l’humanité.

À partir de ce moment et de cet événement, une motivation pour l’action émerge, appelant à réexaminer les attitudes profondes et à identifier les moyens de transformer ces attitudes pour le bien-être de la Terre, notre maison commune.

Le rabbin Yonatan Neril a fondé et dirige le Centre interconfessionnel pour le développement durable  basé à Jérusalem. Élevé en Californie, il est titulaire d’une maîtrise de l’Université de Stanford axée sur les problèmes environnementaux mondiaux. Il est co-auteur d’ Eco Bible , qui explore comment la Bible hébraïque et les grands penseurs religieux ont encouragé les soins humains et la gestion de la nature pendant des milliers d’années en tant que message central de sagesse spirituelle.

source : israel21c.org

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.