Khamenei va t-il donner l’ordre de massacrer le peuple irakien?

0
1047

Les troupes iraniennes sont engagées dans une collision meurtrière avec les manifestants irakiens, alors que Téhéran resserre son emprise

Pour garder le pouvoir en Irak et au-delà, Téhéran est prêt à étouffer les protestations chez son voisin

Des manifestants antigouvernementaux scandent des slogans et tiennent une pancarte avec l'arabe qui indique "L'Iran, tous les partis islamiques, je veux mon droit" lors d'une manifestation à Basra, en Irak, le 25 octobre 2019.
Nabil al-Jurani, AP

Qassem Soleimani, le commandant de la force Quds des gardiens de la révolution, est probablement l’homme le plus inquiet d’Iran aujourd’hui. L’ancien officier qui contrôle la planification, la supervision et le fonctionnement des systèmes d’influence iranienne à l’étranger est confronté à l’un des défis les plus difficiles de sa longue carrière. Deux points critiques, l’un au Liban et l’autre en Irak, mettent en péril l’énorme somme d’argent, le savoir-faire et la main-d’œuvre que l’Iran a investis dans ces deux pays pendant des décennies et menacent d’affaiblir son influence, sinon de la réduire en miettes.

En fait, l’éruption la plus dangereuse pourrait se produire en Irak, qui est contrôlé par une majorité chiite et dirigé par une coalition pro-iranienne. Si ce mouvement de contestation n’est pas arrêté rapidement, cela pourrait saper la plus importante base de contrôle de l’Iran au Moyen-Orient. En effet, contrairement au Liban, qui n’a pas une grande importance stratégique -sinon sa proximité géographique avec Israël – , l’Irak, dont le commerce avec l’Iran atteint environ 12 milliards de dollars par an, est essentiel pour que l’Iran échappe aux sanctions américaines. C’est un bastion du contrôle territorial et politique pour mettre fin aux conceptions hégémoniques saoudiennes et établir le statut de l’Iran en tant que puissance régionale. Cette présence en Irak aurait également maintenu la mission idéologique de l’ayatollah Ruhollah Khomeiny, le leader de la révolution islamique qui cherchait à l’exporter vers les pays musulmans. Au Liban, l’Iran s’appuie sur le pouvoir de l’organisation qu’il a établie dans ce pays, mais dépend également des bons services de la Syrie, «occupée» politiquement et militairement par la Russie, pour maintenir son avant-poste libanais. Mais l’Irak est un allié auquel l’Iran a un accès total et direct.

Mais ce qui semble relever d’une fraternité naturelle autour des intérêts économiques et diplomatiques chiites, entre l’Iran et l’Irak, est beaucoup plus compliqué que ce qui est habituellement décrit en Israël et en Occident : le croissant chiite. Près des deux tiers des citoyens irakiens sont chiites, moins d’un tiers sont sunnites et les autres sont des Kurdes, des Turkmènes et d’autres groupes ethniques. La majeure partie du pouvoir politique est détenue par les partis chiites, mais ils ne sont pas taillés dans le même bois, en ce qui concerne les politiques à l’égard de l’Iran. Les 329 membres du parlement irakien élus en 2018 représentent environ 45 partis organisés en blocs, chacun ayant son propre agenda religieux, diplomatique et politique. Certains ont des milices «privées» et leurs propres sources de revenus, en plus de ce qu’ils reçoivent du budget de l’État, selon les ministères qu’ils ont obtenus.

Le système électoral, qui donne du pouvoir aux partis relativement importants et exclut les plus petits partis et groupes, a jusqu’à présent permis aux élites habituelles de détenir les portefeuilles ministériels importants et bien financés. En revanche, les réformateurs, les mouvements de défense de la démocratie et des droits civils, les groupes anti-corruption et les représentants des minorités ethniques, en particulier les sunnites, ont été écartés de la scène politique pour s’assurer qu’ils ne menacent pas les monopoles économiques des grands centres du pouvoir.

Ce système pourrait peut-être continuer d’exister si le gouvernement répondait aux besoins des couches les plus faibles de la population, créait plusieurs dizaines de milliers d’emplois, fournissait des services publics raisonnables et montrait sa détermination à lutter contre la corruption enracinée en Irak, qui surpasse constamment la liste des pays les plus corrompus du monde.

Avec le début des manifestations, début octobre, et après qu’une centaine de personnes ont été tuées (depuis, plus de 200 personnes ont été tuées .avec près de 4 000 blessés), le gouvernement a présenté une série de modifications destinées à calmer les manifestants. Parmi celles-ci, le gouvernement s’est engagé à construire environ 100 000 appartements bon marché, à allouer des lots aux pauvres pour la construction de logements, leur accorder des prêts sans intérêt, payer les manifestants sans emploi à 147 $ par mois pendant trois mois, construire des usines pour créer des emplois et établir une haute cour pour faire face à la corruption. Mais ces offres sont arrivées trop tard. Elles semblaient susciter encore plus de colère, car elles ont été perçues comme un os à ronger, jeté à l’opinion publique, et non comme des mesures destinées à remédier fondamentalement aux profondes lacunes économiques et à la culture de la corruption.

Les manifestants ont fait évoluer leurs slogans, allant des demandes d’électricité, d’éducation, d’eau et d’emploi à des appels à renvoyer le Premier ministre et à poursuivre les changements de régime, notamment en mettant fin à la division du pouvoir politique selon des critères ethniques et religieux. La semaine dernière, le président irakien, le kurde Barham Salih, a annoncé qu’il était disposé à démissionner, conformément à la demande de Adel Abdel-Mehdi (Premier Ministre), à condition qu’un remplaçant soit trouvé. Le président s’est engagé à agir pour changer le système électoral et à nommer un gouvernement qui se préparerait à organiser des élections anticipées. Mais le public n’en a pas tenu compte, à juste titre. Une modification de la loi électorale nécessiterait le soutien de ces mêmes élites politiques et religieuses qui bénéficient de la loi actuelle, et on ne peut s’attendre à ce qu’elles renoncent à la source de leur pouvoir. Certains dirigeants politiques sont d’accord pour dire qu’il serait préférable de sacrifier le Premier ministre, mais ils ne voient dans cette démarche qu’un moyen d’apaiser les manifestants, et non de tirer parti d’un changement de régime. Cette question révèle également les profondes divisions entre les partisans et les opposants à l’Iran au sein du gouvernement et du parlement irakiens.

Soleimani, le commandant des Qods, qui a pris part à certaines réunions du gouvernement et s’adresse quotidiennement aux responsables des partis par téléphone, tente de maintenir Mehdi au pouvoir – et pas seulement parce que c’est l’Iran qui l’a aidé à le réintégrer là, il y a deux ans. L’Iran craint que si Mehdi démissionne, cela sera perçu comme une faiblesse de la part des dirigeants, ce qui encouragera les manifestants à augmenter le niveau de leurs revendications, au point de faire s’effondrer le régime qui laisse l’Iran au pouvoir en Irak. Soleimani a proposé et même demandé au gouvernement irakien de faire preuve d’une plus grande force contre les manifestants. Il a opposé les milices chiites aux manifestants et a même été fortement soutenu par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, qui a qualifié les manifestations de «troubles à la paix, instigués par les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite» et a demande aux milices chiites de traiter avec elles. Dans le même temps, il semblerait que l’Iran envisage d’envoyer des milices iraniennes formées par Soleimani en Irak afin de réprimer les manifestations si les milices chiites irakiennes ne sont pas en mesure de faire le travail.

Mais c’est là que Khamenei et Soleimani se sont heurtés à la résistance déterminée du haut responsable chiite irakien, l’ayatollah Ali Husseini Sistani, qui s’oppose à l’emploi de la force contre les manifestations et a mis en garde contre «l’intervention de puissances étrangères et internationales pour subvertir la volonté du peuple irakien »- en se référant principalement à l’Iran. Sistani, qui figure parmi les dirigeants les plus influents en Irak et dans les communautés chiites en dehors de ce pays, s’appuie sur l’atmosphère qui règne parmi les manifestants qui demandent la suppression de l’influence iranienne en Irak et la dissolution des milices chiites financées et soutenues par l’Iran. La position de Sistani rejoint celle du séparatiste Muqtada Sadr, qui dirige le bloc qui a obtenu la majorité relative aux élections de 2018. Cette position s’est heurtée à plus d’une occasion, non seulement, aux intentions de l’Iran, mais également à celles de Hadi Amiri, le chef de la faction du Fatah très proche de l’Iran, qui propose de remplacer le régime parlementaire irakien par un régime présidentiel. De telles propositions font frémir les sunnites, les kurdes et d’autres groupes plus modestes, qui craignent qu’un régime présidentiel n’érode encore davantage leur représentativité sur le plan politique.

Ces différends montrent clairement que l’Irak se trouve dans une impasse alors que la lutte dans les rues continue de se renforcer, que les revendications des manifestants s’intensifient et que la menace sur la position de l’Iran en Irak pourrait se transformer en un affrontement direct entre les forces iraniennes, les milices pro-iraniennes et le public irakien.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.