C à vous : Marc Levy submergé par l’émotion en évoquant son père décédé 

Marc Levy a beaucoup de mal à parler de son père, décédé en décembre 2014. Alors que le sujet a été abordé ce 6 décembre dans C à vous, l’écrivain a dû s’interrompre en raison d’un trop-plein d’émotions.

À l’occasion de la sortie de son nouveau roman intitulé Éteignez tout et la vie s’allume, mais aussi de la parution du documentaire Marc Levy confidentiel, Marc Levy a été invité ce 6 décembre dans C à vous. L’écrivain récemment devenu comédien est notamment revenu sur la relation qu’il entretenait avec son père, Raymond Lévy, qui était auteur mais aussi une figure de la résistance lors de la Seconde Guerre mondiale.

Décédé en 2014 à 91 ans, cet homme, qui a été arrêté et torturé, a très peu raconté son engagement sous l’Occupation à son fils. « J’ai mis longtemps à comprendre pourquoi il ne voulait pas en parler. Je crois d’ailleurs que je l’ai vraiment compris en écrivant ce livre, enfin quand j’ai eu sa réaction. La première explication, qui m’émeut toujours quand je la raconte, c’est qu’un jour comme ça, au milieu de ses silences, il m’a dit : ‘Tu sais, la vraie victoire, elle a été longtemps après la guerre’, et… », a commencé par rapporté Marc Levy. Et de s’interrompre à cause de son émotion : « Non pardon, j’y arrive pas, on va passer à autre chose ».

Marc Levy parvient à se reprendre après plusieurs minutes

« Je n’arrive jamais à raconter cette histoire. C’est une histoire qui m’émeut énormément », a rapporté celui qui a été brouillé avec Eric Naulleau. Il a alors fait part d’un autre souvenir : cette fois où son père lui a déclaré, alors qu’il lui demandait pourquoi il ne lui parlait jamais de la résistance : « La seule chose dont je veux que tu te rappelles, c’est que j’étais ton père ».

Il a finalement fallu attendre plusieurs minutes avant que l’écrivain ne reprenne son récit et rapporte ce que son père considérait comme la véritable victoire. « Ils nous ont enlevé nos droits, notre identité, ils nous ont arrêtés, torturés, assassinés, et pour tous ceux qui ont survécu, on a réussi à aimer, on s’est mariés et on a eu des enfants. C’est ça la victoire. La victoire contre la haine, c’est de ne jamais perdre cette parcelle d’humanité qu’on nous confie au début de notre vie », lui a expliqué Raymond Lévy. Un témoignage qui a ému l’entièreté du plateau de C à vous.

« Je lui dois des choses essentielles dans ma vie »

La voix de l’écrivain a alors commencé à trembloter lorsqu’il a évoqué leur relation teintée de respect. « J’ai eu des moments très émouvants avec mon père et c’est pour ça d’ailleurs qu’il me manque tellement aujourd’hui. Ses conversations me manquent horriblement […].Il n’était pas imposant. Au contraire. Il n’était que générosité et qu’accompagnement », a-t-il souligné en guise de magnifique hommage. Et d’ajouter, les yeux embués par l’émotion : « Ce n’était pas un homme qui jugeait. C’était un homme qui vous écoutait. Papa, il essayait de comprendre, jamais de juger. Je lui dois des choses essentielles dans ma vie, essentielles. »

JForum avec www.voici.fr et www.femmeactuelle.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.