Après 63 ans, le Soudan met fin à son boycott d’Israël

Le cabinet gouvernemental a décidé d’abroger la loi de boycott, comme une autre étape pour élargir les liens entre les pays. Ministre du renseignement, Eli Cohen: « Une étape importante et nécessaire vers la signature d’un accord de paix. » Progrès des relations du Soudan avec les États-Unis

Le ministre des Renseignements, Eli Cohen, avec Abdul Fatah al-Burhan, président du Conseil de souveraineté du Soudan, Khartoum, janvier 2021. Photo: Sur la page Twitter d’Eli Cohen

Le cabinet du gouvernement soudanais a décidé hier (mardi) d’abroger le boycott de la loi israélienne, qui a été promulguée en 1958 et a interdit toute relation diplomatique ou commerciale. Cette décision nécessite l’approbation finale d’un plénum conjoint du gouvernement et du Conseil de la souveraineté soudanaise, qui fait office d’assemblée législative du pays, mais est un processus formel uniquement. Dans un communiqué officiel publié par le gouvernement, il a déclaré « sa position ferme sur l’établissement d’un État palestinien dans le cadre d’une solution à deux États ».

La levée du boycott, une autre étape après la décision de normalisation entre les deux pays dans le cadre des «Accords d’Abraham», permettra l’expansion des liens entre Israël et le Soudan dans de nombreux domaines, sans aucune restriction légale. Lorsque la loi était en vigueur, un citoyen soudanais qui avait des liens avec Israël était passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à dix ans ou d’une amende élevée.

« Il s’agit d’une étape importante et nécessaire vers la signature de l’accord de paix entre les pays », a déclaré le ministre des Renseignements, Eli Cohen. «La coopération aidera à la fois Israël et le Soudan et contribuera à la stabilité de la sécurité régionale, qui est essentielle pour le développement économique de la région. « Le Soudan est l’un des pays les plus importants d’Afrique, et un accord de paix avec lui renforcera notre position internationale et contribuera à la stabilité et à la prospérité des deux pays. »

Dans le cadre de la normalisation des relations, les États-Unis ont retiré le Soudan de la liste des pays qui soutiennent le terrorisme. Toujours dans le cadre de l’accord de suppression de la liste noire, Khartoum a transféré la semaine dernière 335 millions de dollars pour indemniser les survivants et les familles des victimes d’attaques dans les territoires américains – y compris les attaques de 1998 contre l’ambassade américaine au Kenya et en Tanzanie par al-Qaïda, soutenu par le dictateur Omar. al-Bashir Qui a même fourni l’asile politique à Oussama Ben Laden dans les années 1990.

« Maintenant que nous avons achevé ce processus difficile, un nouveau chapitre des relations américano-soudanaises peut commencer », a déclaré le secrétaire d’État américain Anthony Blinken en réponse. Les États-Unis ont également accordé au Soudan un prêt de 1,15 milliard de dollars pour l’aider à régler ses dettes auprès de la Banque mondiale et à entamer une réforme économique.

Mandy Kogosovsky | 7/04/2021

https://www.israeldefense.co.il/node/49214

Le ministre des Renseignements, Eli Cohen et le général Abdel-Fattah Burhan, chef du Conseil souverain au pouvoir au Soudan, se réunissent à Khartoum

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.