Israël: retour à l’option de la frappe en Iran?

9
2289

Pour Israël, la frappe en Iran pourrait être de retour sur la table

Alors qu’Israël a gardé un profil bas depuis que les États-Unis ont éliminé le général iranien Qassem Soleimani vendredi dernier, il sera difficile de rester sur la touche, si l’Iran respecte son engagement de se retirer de l’accord nucléaire.

L’annonce dramatique de l’Iran, selon laquelle il n’a plus l’intention d’honorer ses engagements dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales, pourrait bientôt relancer les discussions en Israël sur une éventuelle frappe militaire contre des cibles iraniennes.

Alors qu’Israël a gardé un profil bas depuis que les États-Unis ont tué le général iranien Qassem Soleimani vendredi dernier, il sera difficile de rester sur la touche si l’Iran respecte son engagement de se retirer de l’accord nucléaire. Israël, féroce critique de l’accord, accuse l’Iran d’essayer de développer une arme nucléaire et a répété à plusieurs reprises qu’il ne permettrait pas que cela se produise, même si cela nécessite une frappe militaire risquée.

On croit généralement qu’Israël possède son propre arsenal d’ogives nucléaires à titre dissuasif (et non offensif comme l’Iran), mais il ne le confirme ni ne le nie.

L’accord sur le nucléaire dirigé par les États-Unis, qui restreignait les activités atomiques de l’Iran en échange de l’allègement des sanctions, a profondément gelé toute discussion sur l’action militaire israélienne. Mais tout a changé dimanche lorsque l’Iran, protestant contre l’élimination de Soleimani, a déclaré qu’il ne respecterait plus les limites d’enrichissement d’uranium et d’autres recherches nucléaires énoncées dans l’accord.

Qassem Soleimani, commandant de la Force iranienne Quds (Bureau du Guide suprême iranien via AP)

L’Iran nie qu’il cherche l’acquisition de la bombe nucléaire et dit que ses activités sont uniquement à des fins pacifiques.

Les responsables israéliens n’ont donné aucune réponse immédiate à l’annonce iranienne, bien que le mois dernier, l’accord nucléaire étant déjà en train de s’effondrer. Le ministre des Affaires étrangères Yisrael Katz a déclaré sur Twitter qu’Israël restait prêt à prendre des mesures militaires en “dernier recours” pour empêcher l’Iran de développer une bombe atomique.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré lundi son cabinet de sécurité diplomatique pour discuter des derniers développements.

Yoel Guzansky, analyste à l’Institut d’études sur la sécurité nationale, un groupe de réflexion israélien, a déclaré que l’annonce iranienne place la région dans un moment délicat.

D’une part, il a noté que l’Iran ne faisait que parler de son intention d’abandonner l’accord et n’a pris aucune mesure. “Ils sont toujours prudents”, a déclaré Guzansky, ancien conseiller pour les affaires iraniennes au cabinet du Premier ministre.

D’un autre côté, il a déclaré qu’un échec des États-Unis et d’autres puissances mondiales à énoncer leurs «lignes rouges» risquait d’encourager l’Iran à aller de l’avant et potentiellement, à le mettre sur une trajectoire de collision avec Israël.

«Où sont les États-Unis? Où sont les Chinois, les Russes, les Européens? Leurs voix ne se font pas entendre », a-t-il dit. Sans préciser leurs limites, il a déclaré que l’Iran pourrait se rapprocher “très près, beaucoup plus près d’une bombe” dans l’année à venir.

L’ancien Premier ministre Ehud Barak a déclaré qu’Israël avait failli attaquer l’Iran au début des années 2010 alors qu’il était ministre de la Défense, mais a finalement reculé. Une telle décision mettrait en péril, non seulement, les pilotes et les troupes envoyés en mission difficile dans un pays lointain. Il pourrait également déclencher une guerre qui pourrait rapidement engloutir la région.

Israël a longtemps considéré l’Iran comme son plus grand ennemi, les suspicions quant aux intentions nucléaires de l’Iran étant au sommet de ses préoccupations.

Mais Israël a une longue liste d’autres griefs contre l’Iran. Parmi eux, le soutien de l’Iran à des groupes supplétifs hostiles, en particulier le puissant groupe terroriste du Hezbollah au Liban, ainsi que la présence militaire de l’Iran en Syrie voisine.

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah (AP / Hussein Malla)

Ces dernières années, Israël a frappé un certain nombre de cibles iraniennes et du Hezbollah en Syrie, dans de nombreux cas, pour empêcher les transferts d’armes «révolutionnaires», telles que des missiles à guidage de précision, au Hezbollah. Soleimani, le commandant de longue date de la Force expéditionnaire iranienne Quds, était considéré comme le cerveau de ces efforts et en tête de liste des plus recherchés par Israël.

Alors que Netanyahu a publié une brève déclaration félicitant le président américain Donald Trump pour avoir ordonné la frappe aérienne, Israël a, par ailleurs, gardé le silence, apparemment dans la crainte d’aggraver une situation déjà instable. L’Iran jurant des représailles, Israël a renforcé la sécurité des installations diplomatiques à l’étranger et ses forces restent en état d’alerte standard le long des frontières nord avec la Syrie et le Liban.

Pourtant, ce n’est un secret pour personne qu’Israël considère la mort du général en chef de son ennemi juré comme un moment décisif.

Aux yeux d’Israël, la frappe aérienne a rétabli la crédibilité dont les États-Unis avaient grandement besoin, ce que beaucoup ont senti érodé par la décision de Trump de retirer des troupes de la région et son manque de réponses aux actions iraniennes précédentes. La stratégie de défense israélienne dépend fortement des liens militaires étroits avec les États-Unis.

«Ce fut un grand miracle stratégique. Du coup, nous ne sommes plus seuls », a écrit Alex Fishman, commentateur militaire du quotidien Yediot Ahronoth.

Pour l’instant, il semble y avoir un consensus parmi les analystes selon lequel la mort de Soleimani a porté un coup dur à court terme, et les chances de représailles contre les cibles israéliennes sont faibles. L’Iran a pour principal objectif à l’heure actuelle de se venger des États-Unis, et il n’est guère incité à ouvrir un autre front, pense-t-on. Mais il reste une grande incertitude quant à savoir s’il y aura des avantages à long terme.

“Avec toute la prudence requise, on peut dire qu’il semble que l’Iran n’initiera pas un affrontement direct avec Israël dans un avenir prévisible“, a écrit lundi Giora Eiland, un ancien conseiller à la sécurité nationale.

Vue générale de la centrale nucléaire de Bushehr, à quelque 470 miles au sud de Téhéran (Reuters / Mohammad Babai)

Il a déclaré que l’Iran est «susceptible de décider d’une ligne de conduite agressive» s’il atteint l’un des trois objectifs: acquérir des armes nucléaires, approfondir sa présence en Syrie ou réussir à transférer des missiles guidés au Hezbollah. “La partie israélienne fait de gros efforts pour empêcher ces trois choses exactes et avec un certain succès jusqu’à présent”, a-t-il déclaré.

On sait peu de choses sur le successeur et l’adjoint de longue date de Soleimani, Esmail Ghaani. L’Iran ne montre également aucun signe de modération des politiques que Soleimani a menées à la demande des dirigeants du pays à Téhéran.

Raz Zimmt, un ancien officier du renseignement militaire maintenant au groupe de réflexion de l’INSS, a déclaré que cela pourrait constituer “un vœu pieux” de s’attendre à ce que la mort de Soleimani crée de grandes opportunités pour Israël.

“Oui, l’Iran est plus faible aujourd’hui qu’il ne l’était il y a deux ou trois jours”, a-t-il déclaré. “Mais cela ne signifie pas que l’Iran va changer”

israelhayom.com

9 COMMENTS

  1. Faut pas rêver, Israel devra intervenir contre l’Iran pour tout d’abord détruire le maximum de l’arsenal militaire afin de minorer la riposte iranienne puis, détruire toutes les installations nucléaires avec les USA bien entendu. Comment ces politiciens de tous pays osent penser une seconde que les iraniens abandonneraient leur programme nucléaire qui leur a coûté des dizaines de milliards de $. Il ne faut jamais sous estimer l’ennemi mais cela fait des années que pour moi, l’Iran n’est qu’un tigre de papier. Il suffit de revoir les résultats de la guerre Irak/Iran. Quant a la riposte iranienne de mardi, je pense que les iraniens sont eux-memes a l’origine de la fuite afin d’éviter des morts américains car ils ont une trouille terrible de la riposte Trumpiste, qui les a prévenus.

  2. DOMMAGE !!!!C’ETAIT VRAIMENT LE MOMENT DE BOMBARDER LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES IRANIENNES,SEUL DANGER VITAL POUR ISRAEL.J’ESPERE QUE L’OCCASION SE REPRESENTERA TRES VITE.

  3. Une chose est certaine ISRAELne se laissera plus jamais enfermer dans le ghetto de Varsovie. Ce qui laisse entendre qu il réagira fortement à toutes tentatives ultimes d attaques. Néanmoins il ne faut surtout pas qu il engagé le premier, auquel cas il pourrait se mettre nombre de nations contre Lui, par contre être constament en éveil prêt à répondre immediatement. Ceci n empêchant en rien les coups de mains proportionnés. Shalom Israel

  4. Laissons faire nos dirigeants ils en savent plus que nous .

    J’ai confiance au duo TRUMP BIBI .

    Ils choisiront le bon moment .

    Ils en ont les moyens et cela arrange beaucoup d’autres pays du Moyen Orient .

  5. Aucun mort américain, et la bonne nouvelle, c’est que Trump va encore durcir les sanctions.
    Bon courage à l’Iran.
    On en est à sept B52, encore un effort, pour les 52 cibles!…

  6. Si l’Iran se désengage aujourd’hui de cet accord c’est en grande partie la faute de Bibi qui a fait le lobbying chef Trump pour que les USA se retirent unilatéralement de cet accord.
    En. ce qui concerne une frappe en Iran, je crois que personne en Israël ne peut prendre cette décision car c’est trop dangereux pour toute la région.

  7. “D’une part, il a noté que l’Iran ne faisait que parler de son intention d’abandonner l’accord et n’a pris aucune mesure. “Ils sont toujours prudents”, a déclaré Guzansky, ancien conseiller pour les affaires iraniennes au cabinet du Premier ministre.”
    .
    Mais quoi ? Ysraël sait pertinemment que cet” accord” n’a jamais été respecté, pour preuve tout le renseignement capturé à Téhéran-même, et les sites interdits de visite à l’AIEA…
    Les tyrans affament leur peuple pour maintenir le standard nucléaire, la production d’eau lourde (qui ne sert exclusivement qu’à l’arme nucleaire), les labos etc…
    Ysraël attend probablement le presque aboutissement de la production, qui épuise les mollah dans leur obsession killerŸd, pour raser tout ce qui touche de près ou de loin à l’arme atomique…
    Comme pour Osirak…
    Il FAUT que ce soit le peuple iranien, motivée, qui renverse cette dictature.
    On sait aujourd’hui que c’est l’énergie à exterminer (!) les Juifs en 44 qui avait permis aux Alliés de finalement l’emporter.
    ” les Amorrhéens vous poursuivirent comme des abeilles…” Dt 1:44
    Rashi : les abeilles sont prêtes à mourir_quand leur dard s’arrache_ pourvu qu’elles aient piqué.
    .
    Ps.pour les “victimes” americaines, 80 révélées par la boule de cristal ayalcolique, les bases disposent, bien entendu, de mesure anti missiles/roquettes…
    “On” dira qu’il y aura eu beaucoup plus que 80 victimes et des centaines de blessés, pour laisser la poussière de cendres du souleiparti retomber.
    L’intervention d’ailleurs de neutralisation de ce tueur de masses a tué beaucoup plus que 25 personnes, très visible sur la vidéo, dont j’ai pu voir la suite…
    Morbide, certes.
    On attend l’épisode 1 de la saison prochaine.
    Un gros épisode ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.