Ne pas étendre les colonies, ne pas contrecarrer un accord avec l’Iran : les attentes de Biden envers Bennett.

L’administration américaine a envoyé des messages au gouvernement Bennett-Lapid qu’il est désireux d’élargir le cercle de la normalisation – mais d’inclure dans le processus une amélioration des conditions de vie des Palestiniens -. Biden comprend que la solution à deux États est irréaliste dans un avenir prévisible, et pour lui le principal problème vis-à-vis d’Israël est le programme nucléaire iranien.

Le gouvernement Bennett-Lapid a reçu des messages indiquant que l’administration américaine souhaitait élargir le cercle de normalisation après la signature des « Accords d’Abraham » et la percée avec quatre pays arabes – les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan. C’est ce que disent les hauts fonctionnaires en Israël. Cependant, les Américains ne le feront pas aux dépens des Palestiniens et essaieront de les impliquer dans une telle démarche, ce qui de facto la voue à l’échec. En clair cela consiste à vouloir jouer sur les deux tableaux comme l’a fait Obama, pour n’aboutir à aucun résultat. Biden veut dicter sa politique aux dirigeants israéliens, trop contents qu’ils sont d’être les interlocuteurs.

Dan Shapiro

L’administration de Joe Biden envisage même de nommer un envoyé spécial pour promouvoir la normalisation, et l’un des candidats dont le nom est mentionné pour le poste est l’ancien ambassadeur israélien Dan Shapiro du temps d’Obama ce qui veut tout dire. On estime en Israël que les efforts américains pour poursuivre le processus de normalisation se concentreront sur l’Arabie saoudite, mais les chances d’une percée dans un avenir proche avec les Saoudiens ne sont pas élevées – certainement pas avant qu’il y ait des progrès et un réchauffement avec les Palestiniens. Il est donc plus probable que l’on assiste à une activité américaine vis-à-vis des États du Golfe, notamment Oman, et éventuellement des pays musulmans d’Afrique et d’Asie.

Malheureusement le retour des Etats-Unis dans l’accord pour le nucléaire pousse l’Arabie Saoudite dans les bras de l’Iran, voyant que son allié ne veut pas prendre en compte la réelle nature de l’Iran, à savoir un état terroriste, alimentant le terrorisme. Pendant ce temps, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid s’est déjà entretenu avec le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah Ben Zayed, et les deux ont convenu de se rencontrer prochainement pour approfondir les liens entre les deux pays au profit des deux peuples et de l’ensemble du Moyen-Orient.

Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis n’a pas tardé à féliciter Naftali Bennett pour avoir prêté serment à son nouveau gouvernement : « Nous sommes impatients de travailler ensemble pour promouvoir la paix régionale, renforcer la tolérance et la coexistence – et ouvrir une nouvelle ère de coopération en matière de technologie, de commerce et d’investissement.  » Et si cela ne suffit pas, l’héritier et Premier ministre de Bahreïn, le prince Salman bin Hamad al-Khalifa, a envoyé une lettre de félicitations au Premier ministre Bennett et à son supléant Lapid. « J’envoie mes félicitations à Naftali Bennett et Yair Lapid pour la formation d’un nouveau gouvernement en Israël et j’ai hâte de poursuivre les efforts en vue d’une plus grande prospérité, stabilité et paix dans la région », a-t-il écrit. Le Premier ministre Bennett a remercié al-Khalifa dans un tweet : « Je suis impatient de travailler avec vous pour étendre notre coopération dans le but de promouvoir la paix, la prospérité et la sécurité pour nos deux peuples ».

L’administration Biden a également l’intention d’accroître son implication dans la question palestinienne, qui devrait être incluse dans le processus de normalisation. Des responsables américains ont déclaré qu’il y avait une intention de nommer le secrétaire d’État adjoint américain pour Israël et l’Autorité palestinienne, le diplomate Hadi Amar, comme consul des États-Unis à Jérusalem pour être en charge des relations avec les Palestiniens. Hadi Amar est très proche des dirigeants palestiniens. Il a travaillé comme analyste politique et publié des études sur les relations des États-Unis avec le monde musulman et sur le conflit israélo-arabe , le Liban , la Jordanie et le développement social et économique du monde arabe. A été conseiller principal en politiques au Département de la sécurité intérieure des États-Unis , directeur adjoint adjoint de l’Agence américaine de développement international au Moyen-Orient et envoyé spécial adjoint des États-Unis pour les négociations entre Israël et les Palestiniens de 2014 à 2017. Il est né à Beyrouth au Liban en 1967. Ce qui veut dire que celui qui tient les ficelles c’est encore Obama. C’est l’homme le plus proche et le plus âgé que les Américains puissent désigner pour envoyer un message aux Palestiniens avec lesquels ils sont ici pour travailler et les aider.

Bennett et Lapid éviteront tout discours provocateur devant Biden.

Le principal dossier actuellement sur la table entre Israël et les Etats-Unis est le dossier nucléaire iranien. L’administration Biden est déterminée et estime qu’un retour à un accord vaut mieux qu’une politique de sortie.

L’administration affirme que la politique de Trump non seulement n’a pas atteint les objectifs – mais a échoué : l’objectif minimum selon lequel la pression sur l’Iran pour revenir à un accord dans de meilleures conditions n’a pas été atteint. L’objectif maximum de changement de gouvernement n’a pas eu lieu. Benny Gantz a fait sien ce discours il y a peu. Ces derniers mois, il y a eu un dialogue avec les États-Unis sur un retour à l’accord. L’approche de Bennett et Lapid sera de ne pas avoir un dialogue de défi avec les Américains, mais d’essayer d’obtenir autant que possible dans un dialogue intime. Israël : « Dans un discours de défi, nous n’arriverons à rien », déclarent de hauts responsables israéliens.

Pas plus tard qu’aujourd’hui (mardi), le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin s’est entretenu avec le secrétaire à la Défense Benny Gantz. La Maison Blanche a déclaré que les deux ont discuté de l’importance d’une coordination continue entre les pays sur l’Iran ainsi que d’autres défis de sécurité régionale. Austin a exprimé son soutien à la poursuite des mesures de normalisation.

Quant à la question palestinienne, les Américains comprennent que la solution à deux États n’est pas mûre maintenant, et ils croient en une politique « ascendante » – améliorer les conditions de vie des Palestiniens et s’assurer que les deux parties ne nuisent pas à la faisabilité de les deux états. Les palestiniens croient à des chimères, le pire est que l’Administration américaine le croie aussi.

Selon de hauts responsables israéliens, les Américains ne toléreront pas des choses qui, selon eux, nuisent à la possibilité d’établir un État palestinien à l’avenir – et ils s’attendront à ce qu’Israël n’étende pas les colonies. En clair Bennett entre dans cette rhétorique des colonies qui délégitimise le peuple d’Israël par rapport à sa terre.

D’un autre côté, les Palestiniens devront cesser de payer les salaires des terroristes et s’abstenir de toute incitation. Israël a posé comme condition au progrès avec les Palestiniens une demande de mesures de confiance, y compris le retrait d’une demande de la Cour pénale internationale de La Haye pour enquêter sur les crimes de guerre contre Israël. En clair contre la terre d’Israël, les palestiniens retireraient une plainte dont on n’en a que faire.

Le New York Times (organe de presse antisémite)  a rapporté que le changement de gouvernement en Israël offre à l’administration Biden une chance d’améliorer ses relations avec Israël. Les commentateurs cités dans l’article ont déclaré que l’ interaction précoce entre Biden et Bennett et le secrétaire d’État Anthony Blinken Lapid – faite quelques heures seulement après avoir prêté serment au gouvernement par rapport à une attente de près d’un mois dans une conversation entre Biden et Netanyahu – offre un changement et opportunité pour une relation moins controversée.

Les Palestiniens et toute la région.

« Les tons du début de la relation sonnent très bien », a déclaré Daniel Kurtzer, ancien ambassadeur des États-Unis en Israël. « L’administration Biden veut clairement envoyer un message indiquant qu’elle est ouverte aux affaires sérieuses et au dialogue. » L’article apporte des choses que Bennett a dit dans sa conversation avec Biden que le président américain est un grand ami d’Israël, et Bennett envisage de renforcer les liens entre les deux pays. Il présente également les remarques de Lapid au ministère des Affaires étrangères comme disant que la conduite de Netanyahu gouvernement devant le Parti démocrate était honteux et dangereux. Monsieur Lapid parle là certainement de Bernie Sanders Ilan Omar et consorts, qui seraient des amis à respecter.

Cependant, il est à noter que la droite Bennett est idéologiquement plus proche de Netanyahu que de Biden. Cependant, en raison du fait que le gouvernement n’a pas d’accord politique pour adopter une nouvelle politique envers les Palestiniens, il est peu probable qu’il y ait des mesures majeures et controversées comme l’annexion. « Il n’y aura pas de grands mouvements. Bennett et Lapid espèrent rendre la politique « ennuyeuse » et se concentrer sur des problèmes locaux comme l’économie et le budget d’Israël », a déclaré Nathan Sachs, directeur du Middle East Policy Center à la Brookings Institution.

Cela signifie qu’il n’y a presque aucune chance d’annexion israélienne des territoires de Judée et de Samarie – une décision qui aurait provoqué une crise diplomatique avec l’administration Biden. Dans le même temps, le nouveau gouvernement israélien n’a pas beaucoup d’intérêt ou de capacité pour de nouvelles initiatives de paix avec les Palestiniens. Bennett s’est publiquement opposé à une solution à deux États pour Israël et les Palestiniens – une solution préférée par les États-Unis. Bien que Biden lui-même soutienne une solution à deux États, il ne voit pas de solution réaliste dans un avenir prévisible. L’article indique également que le départ de Netanyahu est un grand soulagement pour l’administration démocratique. Bien que Biden considérait Netanyahu comme un ami, même s’ils n’étaient pas d’accord avec lui sur tout, de nombreux responsables gouvernementaux et démocrates au Congrès ont rabaissé Netanyahu et l’ont considéré comme un allié des républicains et de l’ancien président Donald Trump.

Les responsables de l’administration Biden « n’aiment pas Bibi, et ils voient la possibilité d’un nouveau départ avec Bennett », a ajouté Sachs. L’ancien ambassadeur Kurtzer pense qu’un changement substantiel dans la relation est possible. « Vous avez maintenant un gouvernement où il y a un Premier ministre qui ne pense pas savoir mieux que Washington ce que les États-Unis devraient faire. » Faire où ? en Israël ? On vu le résultat de la politique d’Obama en Syrie entre autres.

JForum – Ynet

1 COMMENTAIRE

  1. Logiquement, le précédent consulat ayant été fermé par les américains eux-mêmes et l’administration Trump ayant reconnu, au nom des Etats-Unis, Jérusalem comme capitale d’Israël , ceux-ci ne peuvent pas le réouvrir et le destiné à une autorité étrangère. L’administration Biden, comme toutes les futures autres administrations, est tenue par cette reconnaissance. Ensuite, pour ouvrir un consulat, il faut une autorisation du pays hôte. Et de plus,on ne peut pas ouvrir un consulat dans une capitale pour un « état » étrangerà l’état hôte et surtout pour un état inexistant. Je suppose que les américains vont quand même essayer de l’imposer comme si cela était évident, considérant qu’Israël ne rentre pas dans les normes régissant les autres pays. C’est là qu’on va voir la détermination et le courage du nouveau gouvernement. Mais avec Lapid comme ministre des affaires étrangères et une telle coalition, on peut en douter sérieusement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.