Israël fera le job avec l’appui stratégique des Etats-Unis

1
2768

La stratégie que Washington poursuit au Moyen-Orient est la seule stratégie qui mérite d’être poursuivie

L’Amérique doit soutenir ses alliés (Israël, l’Arabie saoudite et éventuellement la Turquie) et isoler ses adversaires (Iran, Russie, Chine, État islamique). Tout le reste est secondaire.

Des soldats blindés turcs et américains en patrouille dans la ville de Manbij, dans le nord de la Syrie, le 1er novembre 2018. Agence Anadolu / Getty Images.

Des blindés turcs et américains et leurs soldats en patrouille dans la ville de Manbij, dans le nord de la Syrie, le 1er novembre 2018.  Agence Anadolu / Getty Images.

RÉDACTION
7 JANVIER 2019
A propos de l’auteur
Michael Doran, membre principal du Hudson Institute et auteur de Ike’s Gamble: la montée en puissance de l’Amérique au Moyen-Orient(2016), est un ancien secrétaire adjoint à la Défense et ancien directeur du Conseil de sécurité nationale. Il tweete @ doranimated

L’annonce surprise du Président Trump, le 19 Décembre, d’un retrait immédiat des forces américaines en provenance de Syrie a frappé les Israéliens comme un coup bas. “Avec ce retrait, les États-Unis abandonnent la Syrie et laissent Israël seul”, a déclaré Yaakov Amidror, ancien conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Tout en concédant que «l’effet de la décision américaine est essentiellement psychologique et diplomatique», a poursuivi Amidror : «Dans ces domaines, c’est une décision très importante». Des informations ultérieures selon lesquelles le retrait des forces serait plus lent que prévu, coordonné avec les alliés de l’Amérique ont atténué le coup, mais le choc demeure.

Rétrospectivement, l’annonce n’aurait pas dû être une surprise. Après tout, Trump n’a jamais caché sa conviction que les opérations militaires prolongées au Moyen-Orient sont vaines. Il a fait campagne sur ce thème en 2016 et y est revenu en avril dernier. Les États-Unis, a-t-il déclaré à l’époque, ont «dépensé 7 000 milliards de dollars au Moyen-Orient au cours des sept dernières années. Nous n’obtenons rien, rien.» À cette observation générale, il a ajouté une promesse spécifique :« Nous sortirons de la Syrie. . . très bientôt. Laissons les autres s’en occuper maintenant ».

Dans l’intervalle, cependant, les principaux conseillers du président ont semblé suggérer que le retrait ne se produirait pas tout de suite, voire jamais. “Nous ne partirons pas tant que les troupes iraniennes resteront hors des frontières iraniennes, ce qui inclut les supplétifs et les milices iraniennes”, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale John Bolton en septembre dernier. Étant donné la proximité de Bolton avec le président, la promesse semblait faire autorité.

Le choc en Israël était donc compréhensible et il a rapidement fait place à des craintes connexes. La décision de Trump en Syrie fait clairement partie d’un effort plus vaste qui inclut de resserrer les relations entre les États-Unis et la Turquie, un objectif qui laisse véritablement froid aux Israéliens. Pendant plus d’une décennie, les relations entre Jérusalem et la Turquie ont été catastrophiques, sans perspective d’amélioration. Recep Tayyip Erdogan, le président turc, qui s’aligne sur le mouvement des Frères musulmans dans le monde arabe, semble avoir fait de l’hostilité envers Israël un élément durable de sa personnalité politique. Pour aggraver les choses, le retrait américain entraînera probablement une dégradation des relations entre les États-Unis et les forces kurdes syriennes qui ont aidé les États-Unis dans leur lutte contre l’État islamique.

Pour des raisons à la fois romantiques (les Kurdes apatrides cherchant à établir une patrie) et stratégiques (les aspirations kurdes perçues comme un obstacle aux ambitions régionales d’Ankara), Israël est sensible au nationalisme kurde. Ainsi, peu après l’annonce de Trump, Netanyahu a tenu à qualifier publiquement Erdogan de “dictateur antisémite” qui “est obsédé par Israël parce qu’il sait ce qu’est une armée morale et ce qu’est une véritable démocratie, contrairement à une armée” qui massacre les Kurdes. “

Mais la plus grande source de craintes d’Israël n’est pas la Turquie ; cette distinction est détenue par l’Iran. La présence américaine en Syrie avait constitué le principal obstacle à l’achèvement par l’Iran d’un pont terrestre et d’un corridor d’influence politique ininterrompu allant de Téhéran sans littoral à Beyrouth, sur la côte méditerranéenne. Avec seulement 2 000 soldats, les États-Unis contrôlaient, indirectement, environ un tiers du pays, mais cette petite force était encore assez nombreuse pour submerger toute combinaison potentielle d’adversaires, comme cela a été prouvé en février dernier par l’anéantissement de quelque 200 mercenaires russes, en quelques heures, sans pertes du côté américain.

Nul doute que le retrait américain va effectivement créer un vide dans la région que l’Iran – et derrière l’Iran, la Russie – cherchera inévitablement à combler, ce qui intensifiera les affrontements sur le terrain avec Israël. En effet, quelques jours après la décision de Trump, Israël a lancé une attaque aérienne prémonitoire en profondeur sur le territoire syrien sur des cibles iraniennes, provoquant de graves répercussions sur les relations entre Jérusalem et Moscou.

Alors qu’Israël s’oppose à cet axe russo-iranien, quel soutien recevra-t-il de la Maison-Blanche? Pas grand-chose, si les membres du Congrès et les sénateurs américains, ainsi que les grands experts des médias, savent de quoi ils parlent. L’opinion qui prévaut parmi eux n’est pas seulement qu’Israël se sent frappé au bas ventre ; c’est qu’Israël a bel et bien été frappé au bas ventre.

La vérité est cependant moins alarmante.

I. Trump / Obama

Dès que Trump avait annoncé son retrait, deux thèmes imbriqués sont immédiatement passés au premier plan de la discussion nationale. Le premier a souligné que Trump est un leader dangereusement imprévisible et tout à fait résistant aux conseils judicieux de ses assistants. La démission du secrétaire à la Défense James Mattis, événement apparemment provoqué par la décision sur la Syrie, a contribué à renforcer l’idée selon laquelle le retrait de la Syrie était une décision digne du roi George III, “le roi fou qui a perdu l’Amérique”.

Le deuxième thème était axé sur les difficultés que la décision imposerait à des alliés comme Israël – des difficultés censées être presque entièrement imputables à Trump, mais auxquelles il semble totalement indifférent. La lettre de démission de Mattis a contribué à alimenter ce motif en soulignant que les “points de vue du secrétaire à la Défense sur le traitement respectueux des alliés” étaient en contradiction avec ceux du président.

Dans certains milieux, ces motifs ont immédiatement conduit à des comparaisons abusives entre Trump et Barack Obama. Certes, soulevait-on l’argument, Trump a déplacé l’ambassade à Jérusalem ; et oui, Nikki Haley, son premier ambassadeur aux Nations Unies, constituait un progrès considérable par rapport à son prédécesseur. Mais de tels gestes de soutien à Israël ne sont que symboliques, et le symbolisme, même s’il est bienvenu, ne gardera pas le loup éloigné de la porte. L’analyse continue : Trump manque de fiabilité, bien plus que son prédécesseur, qui s’est peut-être rapproché de l’Iran, mais l’a fait de façon systématique et réfléchie.

The Economist a bien résumé cette vision dominante de la décision de retrait en quelques lignes saisissantes. La prise de décision de Trump, selon l’éditorial du magazine, reflétait les défauts de son caractère impulsif. Contrairement à Obama, qui avait mené sa politique au Moyen-Orient avec sobriété et discrétion, Trump avait impulsivement lancé des “missiles contre la Syrie et menacé l’Iran”. Mais, précisait l’édito, “alors qu’il oscille entre la menace d’écraser ses ennemis et son projet de sortie totale, c’est donc ce dernier instinct qui dominera “. Par conséquent, il finira par “se montrer encore plus détaché qu’Obama “, mais de manière à provoquer” l’imprévisibilité, l’inefficacité et un chaos prolongé “.

Cela nous amène à un point de fond important qui a été largement négligé dans le grand tollé dirigé contre le modus operandi du président. L’ économiste voudrait nous faire croire que le choix essentiel consiste à choisir entre le retrait ordonné et raisonnable du Moyen-Orient offert par Barack Obama et le désastre chaotique orchestré par Trump. Le résultat final est toutefois le même : retrait du Moyen-Orient et fin de «l’hégémonie» américaine dans cette région.

Rendons à l’économiste la monnaie de sa pièce. La décision de Trump en Syrie fait peser des risques importants sur les alliés des États-Unis. La décision, en outre, nous oblige à envisager des approches alternatives pour retirer les États-Unis du Moyen-Orient. Nous pourrions ajouter à cela que choisir entre celles-ci serait la décision la plus dure que les Américains prendront, concernant le Moyen-Orient au cours de la prochaine décennie. Donc, les enjeux ne pourraient pas être plus élevés.

The Economist  comprend complètement la grande histoire sur la Syrie – tout comme la plupart des médias de prestige.

Mais l’économiste se trompe aussi complètement sur la grande histoire – comme le font la plupart des médias de prestige. Le choix auquel nous sommes confrontés, celui qui est embrouillé par toutes les contradictions concernant le caractère personnel du président et par les larmes de crocodile qui sont versées, momentanément, pour Israël, est d’un tout autre ordre.

C’est un choix entre :

  • , d’un côté, un retrait du pouvoir américain basé sur la conviction, non seulement, que la situation est devenue sans espoir mais que, depuis des décennies, le choix des alliés des États-Unis, y compris Israël, a aggravé la situation – ce qui correspondait à la position d’Obama –
  • et, d’autre part, un retrait de l’engagement militaire américain direct tout en garantissant que les États-Unis continueront de soutenir de manière fiable ces mêmes alliés historiques et d’autres entraînés par lui et par ce camp occidental, renforçant ainsi la possibilité d’un Moyen-Orient stabilisé dans le monde, d’ici la prochaine décennie.

II. La doctrine de Palin

Pour cerner la vérité sur la décision de Trump en Syrie, il nous faut retourner cinq ans en arrière et nous rafraîchir la mémoire avec ce que l’on pourrait appeler «la doctrine Palin». Dans un discours politique de 2013, Sarah Palin, ancienne gouverneure de l’Alaska et ex-vice-candidate républicaine à la présidence, a proposé sa propre solution préférée à des problèmes tels que la guerre civile syrienne qui sévissait alors : “qu’Allah règle ce problème”. Cette idée a exercé une influence bien plus grande sur la politique américaine que la plupart des observateurs ne l’ont compris.

À peu près au moment où Palin a annoncé sa solution, Barack Obama a commencé à présenter ses propres arguments en faveur d’une non-intervention dans la guerre civile syrienne. Si la justification de Palin était plus porteuse d’une bouffée de sentiment anti-musulman, Obama exsudait l’empathie pour les Syriens mourants et peinait profondément à propos des compromis qu’il était néanmoins obligé de faire entre la nécessité d’honorer notre «idéal suprême et le sens commun» de l’humanité “et la nécessité de “faire progresser notre sécurité”. En tant que président, nous a rappelé Obama, il était” plus attentif “que la plupart des gens à” nos limitations”. Ainsi, bien que cela lui ait causé beaucoup de peine, il serait également partisan de quitter la Syrie, confiant le destin de la Syrie à la Providence.

En effet, il l’avait déjà fait. Rappelons qu’en août 2012, Obama avait tracé sa fameuse «ligne rouge», menaçant de sévères représailles, si le dictateur syrien Bashar al-Assad utilisait des armes chimiques. Un an plus tard, à la suite d’une attaque chimique particulièrement odieuse, le président a subi des pressions politiques pour que sa menace soit prise en compte et mise à exécution. Mais, alors même qu’il préparait une réponse militaire, il travaillait en secret pour effacer sa ligne rouge. En cela, il a été aidé par la doctrine Palin, désormais incarnée par les personnalités des républicains membres du Tea Party à Capitol Hill. Obama savait que, si on demandait à ces types isolationnistes d’ autoriser une attaque contre la Syrie, ils refuseraient. Et ainsi, faisant comme si la Constitution ne lui donnait pas d’autre choix que de demander l’approbation du Congrès pour une frappe et s’attendant à ce qu’elle soit rejetée, il leur a demandé leur imprimatur.

Ben Rhodes, conseiller en sécurité nationale d’Obama pour les communications stratégiques, a, plus tard, révélé comment Obama avait expliqué cette décision à ses collaborateurs. “Le problème,” cite Rhodes, est que le président aurait déclaré que “si nous perdons ce vote [au Congrès], cela conduira à un enjeu mené au cœur du néoconservatisme [interventionniste]: chacun s’apercevra qu’il n’a pas assez de voix disponibles.” pour faire pencher la balance. Obama a ainsi habilement transformé la doctrine de Palin en un argument proche d’un consensus bipartite.

En effet, lors des élections de 2016, les deux candidats de gauche et de droite qui ont suscité le soutien le plus enthousiaste étaient Donald Trump et le sénateur du Vermont, Bernie Sanders. Les deux ont fait campagne sur une plateforme non interventionniste. Comme Obama avant lui, Trump avait conclu que sa certitude personnelle sur la futilité des déploiements militaires au Moyen-Orient était soutenue par un puissant impératif électoral. Aujourd’hui, il n’y a aucune raison d’imaginer que les autres grands candidats à la présidence en 2020 arriveront à une conclusion différente. Qu’elle soit livrée dans le style abrasif de Sarah Palin ou dans les tons soyeux de Barack Obama, la doctrine Palin constitue désormais la position de départ de l’Amérique.

Cependant, ce n’est pas la position de base de la classe des experts.

III. Une vision cohérente

Deux groupes produisent l’essentiel de l’analyse la plus significative sur le Moyen-Orient dans les médias américains : les néoconservateurs à droite et les anciens responsables d’Obama à gauche. Les deux groupes sont hostiles à Trump, convaincus qu’il représente un danger pour le pays et que sa politique est terriblement mal orientée. Le deuxième groupe est politiquement plus influent que le premier.

Les néoconservateurs, rejetant la notion selon laquelle le non-interventionnisme est désormais une réalité incontournable, continuent de faire pression en proposant des réponses musclées comme s’ils bénéficiaient d’un soutien général. Voici, par exemple, le chroniqueur Bret Stephens invectivant le président dans le New York Times : «Il n’a rien fait pour empêcher l’Iran de continuer à armer le Hezbollah. Il ne montre aucun respect pour les Kurdes. Sa réponse insensée au meurtre de Jamal Khashoggi par l’Arabie saoudite est que nous obtenons beaucoup d’argent des Saoudiens.

Malheureusement, ces trois phrases courtes, si elles étaient traduites en politique, mettraient simultanément la Turquie, l’Arabie saoudite et l’Iran dans une camisole de force, annulant ainsi le fait stratégique qu’elles ne sont pas du tout identiques – la première étant un allié unique et éventuellement plus sûr dans l’avenir, le deuxième un allié de longue date et actuel, et seul le troisième un ennemi. Quoi que soit cet argumentaire les mettant sur le même plan, ce n’est pas de la politique étrangère.

Quant au deuxième groupe de politique étrangère, il fonctionne à la fois comme un groupe d’experts (de confiance) de l’aile modérément progressive du parti démocrate et comme un murmure à l’oreille des médias libéraux de prestige. Ses membres, eux aussi, cherchent à ternir personnellement Trump, mais l’alternative qu’ils préfèrent pour le Moyen-Orient est la politique d’Obama consistant à courtiser les ennemis de l’Amérique, notamment l’Iran. Ainsi, au printemps dernier, alors que Trump envisageait de se retirer de l’accord nucléaire avec Obama, l’ancien secrétaire d’État John Kerry s’est engagé personnellement dans une série d’activités diplomatiques visant à contrecarrer l’initiative du président. Une activité que le Boston Globe a stipulée dans son reportage : comme pour le moins, très “inhabituelle” pour un citoyen privé.

Kerry n’opérait pas non plus seul. Comme le souligne le Globe, il est le fer de lance de Diplomacy Works (Travaux Diplomatiques), une organisation d’anciens fonctionnaires d’Obama visant à influencer l’opinion publique par le biais des médias. Le groupe publie régulièrement un bulletin d’information qui, selon le Globe, est distribué à un réseau de «près de 4 000 décideurs et experts en politique étrangère» et revendique la responsabilité de «100 articles de presse, 34 succès de télévision et de radio» et 37 articles d’opinion “, soulignant tous l’importance de l’accord de 2015 sur l’Iran,” comme un facteur majeur de la stabilité au Moyen-Orient et de la non-prolifération nucléaire dans le monde “.

Dans deux ans, Diplomacy Works et les groupes apparentés espèrent que M. Trump sera démis de ses fonctions et qu’un nouveau président pourra remettre la politique étrangère américaine dans les coulisses définies par Obama. Ainsi, lorsque l’économiste compare et met en contraste l’approche de Trump à celle d’Obama, il ne s’agit pas simplement d’une comparaison académique. Dans la mesure où le fait de courtiser les ennemis de l’Amérique à la manière d’Obama relève de la politique étrangère de l’ombre des démocrates «centristes», le magazine décrit les options électorales d’aujourd’hui – sophistiquées et profondément considérées, versus fantaisistes et terriblement dangereuses – telles qu’il les voit.

Il serait sans doute exagéré de s’attendre à ce qu’un organe de presse entreprenne une étude de la logique réelle (par opposition à la prétendue) logique de cette position, et des objectifs de l’administration actuelle, et de la façon dont le retrait de la Syrie leur est utile. Et pourtant, cette décision s’inscrit en réalité dans une vision cohérente, ni interventionniste au sens néo-conservateur ni isolationniste au sens de Palin / Obama, d’un nouvel ordre américain au Moyen-Orient.

IV Trois obstacles, trois amis

Les États-Unis se sont peut-être récemment montrés profondément sceptiques à l’égard d’une action militaire, mais ils conservent un intérêt vital à l’instauration d’un ordre stable au Moyen-Orient, ne serait-ce que pour vaincre les pires pathologies de la région. Dans la conception de l’administration Trump, trois obstacles principaux s’opposent à un ordre conforme aux intérêts américains et aux intérêts de la paix.

Le premier est ce que l’on pourrait appeler les djihadistes, à travers des zones de chaos définies par des États en faillite comme la Syrie et le Yémen. N’offrant pas de voie facile ou immédiate vers un avenir meilleur, les djihadistes sont des problèmes qui doivent néanmoins être en quelque sorte gérés. Le deuxième est le problème posé par les groupes terroristes sunnites tels que Al-Qaïda et l’État islamique, qui s’enracinent et prospèrent chez les djihadistes. La troisième est la montée en puissance de l’Iran qui, aidé par la Russie, forme et équipe des milices chiites sur le modèle du Hezbollah ; il les déploie pour projeter son pouvoir dans au moins quatre pays arabes différents : l’Iraq, la Syrie, le Liban et le Yémen.

L’administration cherche à contenir simultanément les groupes terroristes sunnites et l’Iran. Si le déploiement des forces américaines sur le terrain est l’outil de dernier recours, et doit donc être évité autant que possible, la meilleure option – la seule option raisonnable – consiste à passer par des alliés.

Toutefois, lorsque l’on interroge les amis traditionnels des États-Unis au Moyen-Orient, très peu ont la capacité de projeter leur pouvoir au-delà de leurs frontières. Seuls trois se distinguent vraiment à cet égard : Israël, l’Arabie saoudite et la Turquie. L’administration Obama, notamment, a poursuivi la politique iranienne en se séparant des trois.

Dans chaque cas, Obama a pris soin de présenter les tensions avec les alliés que sa politique avait elle-même créés à la suite de conflits de valeurs – une interprétation qui met implicitement son administration du côté des anges. L’Arabie saoudite était un État wahhabite au déficit démocratique. La Turquie était dirigée par Erdogan, un autoritaire qui fermait les yeux sur Al-Qaïda et l’État islamique en Syrie. Les deux pays essayaient d’entraîner les États-Unis dans un conflit sunnite-chiite destructeur – comme si leur politique découlait de motivations sectaires fondamentales plutôt que (comme c’était le cas) d’une crainte partagée de l’alliance irano-russe. D’une manière ou d’une autre, l’engagement de la Maison Blanche envers les valeurs humanitaires, tellement encensé, ne l’a jamais amenée à repenser sa propre campagne sans vergogne aux côtés du régime de Téhéran, plus brutale et plus sectaire que ses rivaux sunnites.

En revanche, dès l’entrée en fonction de Trump, il était évident qu’il envisageait de travailler avec et par l’intermédiaire d’Israël et de l’Arabie saoudite. Ses plans pour la Turquie ont été moins évidents, alors commençons par là.

Reconstruire l’alliance américaine avec Ankara est une tâche ardue. La source de la difficulté réside principalement dans l’accord conclu entre l’administration Obama et le YPG, les forces kurdes syriennes, que les États-Unis ont transformé en leur principal partenaire pour vaincre Daesh.

Les critiques du retrait de Trump en Syrie font systématiquement deux remarques. Premièrement, le coût réel du maintien des 2 000 Américains en Syrie était négligeable. Deuxièmement, dans ce cas, l’abandon des Kurdes, impliqué dans le retrait, révèle que l’administration n’est qu’une autre parmi la longue liste de gouvernements américains auxquels on ne pourrait jamais plus faire confiance, car incapables de tenir leur parole.

Les deux points ignorent le simple fait que, en développant d’abord la relation avec les YPG, Obama avait lui-même a trahi un allié du traité Atlantique. Et c’était une trahison coûteuse. Le YPG est l’aile syrienne du PKK, l’organisation séparatiste kurde en Turquie que tout président turc, pas seulement Erdogan, considérerait comme un ennemi mortel. Au milieu du siècle, on estime que les Kurdes représentent plus du tiers de la population turque. La question kurde est donc la plus importante dans la politique intérieure du pays et dans sa politique étrangère. La question est, en un mot, existentielle pour la République turque.

En s’alignant sur le YPG, les États-Unis ont conduit la Turquie dans les bras de la Russie et ont jeté les bases d’une guerre kurde-turque pluriannuelle. Par un engagement malavisé envers ces «alliés» kurdes, toutes les forces américaines encore en Syrie seraient donc obligées de rester enfermées là pendant de nombreuses années. Le retrait de Trump en Syrie a coupé le nœud gordien créé par la politique inconsidérée d’Obama. Reste à savoir si cela peut contribuer à des résultats plus positifs entre Washington et Ankara.

Ensuite, Israël. La conception du Moyen-Orient de Trump n’est guère un monde de rêve. Pour un allié comme Israël, cela présente, pour le dire gentiment, de très graves défis, dont l’un se démarque plus que d’autres : si les Israéliens ont le moindre espoir d’empêcher la Syrie de devenir une base militaire iranienne permanente, ils doivent agir seuls. Seule une action militaire indépendante peut résoudre leur problème. C’est effectivement une perspective décourageante, en particulier si l’on considère que derrière la Russie se trouve l’Iran, et derrière, le risque d’une guerre israélo-russe est une possibilité très réelle.

Mais c’est une erreur d’interpréter la solitude d’Israël comme une conséquence directe du retrait de Trump de la Syrie. Le retrait concentre l’esprit sur une réalité désagréable, une réalité que le retrait n’a pas créée. Après tout, les 2 000 soldats américains n’avaient aucun mandat légal pour engager des troupes iraniennes, à moins d’être directement menacés par elles (comme ils l’ont été en février dernier). D’importantes voix démocrates au Congrès, auxquelles se sont ralliés quelques républicains, ont déjà souligné ce point avec force et exigé un retrait rapide, une demande qui a été renforcée après les élections de mi-mandat en novembre. Même si Trump avait été personnellement plus enclin à maintenir les troupes en place, il aurait probablement subi des pressions pour les retirer, en particulier si les opérations turques contre les Kurdes de Syrie mettaient les Américains en danger.

Le destin d’Israël est solitaire, mais Israël est très puissant sur le plan militaire, peut-être même plus que jamais à son époque, et il n’est pas du tout isolé. Dans la conception de l’administration, les États-Unis souhaitent ardemment voir Israël réussir à réduire le pouvoir iranien. Trump et ses conseillers en politique étrangère, dirigés par Bolton et le secrétaire d’État Mike Pompeo, seront probablement impatients de fournir à Israël toutes les armes et les informations dont il pourrait manquer pour faire le travail. Ils continueront également à se coordonner politiquement avec lui et veilleront à ce que les États-Unis dissuadent l’action militaire russe.

Dans leur soudaine sollicitude pour Israël, les détracteurs de l’administration ont, pour leur part, établi une fausse distinction entre les démarches «symboliques» prises par Trump en faveur de l’État juif, comme le déplacement de l’ambassade à Jérusalem, et les prétendues «réelles», tel que le soutien que les 2 000 soldats fournissaient et qui seraient maintenant perdu. Toutefois, dans les affaires internationales, un soutien «symbolique» ayant des conséquences diplomatiques, politiques et historiques tangibles, comme le déménagement de l’ambassade, constitue un soutien réel, et peu de gens le savent mieux que les dirigeants d’Israël.

Face à l’accusation selon laquelle Trump aurait laissé Israël dans l’embarras, le gouvernement israélien se souvient que l’architecte du pont terrestre iranien qui menace maintenant la guerre à la frontière nord d’Israël n’était autre que Barack Obama. Netanyahu et ses assistants n’ont pas non plus oublié les aspects essentiels de l’approche de l’administration Obama, pour ne citer que les faits saillants : les accuser à tort d’espionnage des États-Unis ; organiser la fuite d’informations sur des opérations militaires israéliennes sensibles en Syrie ; conseiller la presse sur la coopération entre Israël et l’Azerbaïdjan contre l’Iran et sur la manière dont elle saperait la sécurité américaine ; la façon de leur dissimuler de manière dédaigneuse les négociations avec l’Iran ; tolérer tacitement l’action hostile contre Israël au Conseil de sécurité des Nations unies ; les harceler sans cesse au sujet de la prétendue réticence d’Israël dans les négociations avec les Palestiniens ; les réprimander dans les médias de ne pas s’inquiéter de la mort de civils à Gaza ; leur donner des leçons sans fin sur les implantations de Cisjordanie; canaliser l’aide financière vers leurs adversaires lors des élections israéliennes en appelant Netanyahu lui-même «une poule mouillée».

Environ six mois après le début de la présidence Trump, j’ai demandé à un haut responsable israélien de décrire la différence entre travailler avec les administrations de Trump et d’Obama. “L’administration Obama nous a soumis à un régime permanent d’hostilité et de mépris”, a-t-il répondu. «Avec l’administration Trump, nous vivons une amitié chaotique.» Il a fait une pause pour préciser: «l’amitié chaotique, c’est mieux.”

Obama et les anciens responsables de sa “chambre d’écho” (pour utiliser le terme impudent de Ben Rhodes pour désigner le réseau d’hommes politiques, d’experts, de journalistes et de radiodiffuseurs qui ont fidèlement repris le discours d’Obama sur la politique envers  l’Iran à la Maison Blanche) ont insinué que leur attitude contradictoire à l’égard d’Israël est né de l’un de ces tragiques affrontements de valeurs, si chers à la mentalité de l’ancien président. Dans cette interprétation, Obama se souciait profondément de la démocratie et des droits de l’homme, c’est-à-dire des droits des Palestiniens, contrairement au gouvernement chauvin de Benjamin Netanyahu. Sachant qu’Obama était sincèrement en désaccord avec Netanyahou sur la question palestinienne, cette affirmation était néanmoins une esquive. En fait, l’attitude envers Israël faisait partie intégrante de l’approche adoptée par l’administration Obama vis-à-vis de l’ordre régional : la proximité avec l’Iran exigeait un déclassement des alliés traditionnels de l’Amérique, parmi lesquels Israël démocratique était clairement le plus ennuyeux.

Joseph Biden, l’ancien vice-président, a récemment exprimé le problème avec une clarté admirable. “Notre plus gros problème, ce sont nos alliés”, a-t-il déclaré lors d’une interview. Pendant son mandat, Biden avait fait la même déclaration, mais avec la conviction qu’il parlait en privé. Lorsque la déclaration fut rendue publique, la controverse qui s’ensuivit le força à se rétracter et à s’excuser. Comme nous le voyons maintenant, il ne s’agissait pas d’un simple glissement de langage (lapsus) mais bien de son jugement réfléchi.

V. La convergence israélo-saoudienne

Enfin, l’Arabie Saoudite. Nulle part ailleurs, l’esprit Biden n’a été aussi envahissant ou plus pernicieux que l’attitude prédominante chez les libéraux et les démocrates (et certains républicains) à l’égard de l’Arabie saoudite, qui, sous le prince héritier Mohammad bin Salman, a commis le péché impardonnable de collaborer étroitement avec l’administration Trump pour démanteler l’accord iranien et reconstituer une coalition destinée à contenir l’Iran. Le prince héritier a été décrit comme étant gâté et imprudent, et son comportement erratique, selon l’histoire, est une menace majeure pour la stabilité au Moyen-Orient et un danger pour les États-Unis.

Avant d’avaler tout ce récit, il serait bon de poser quelques questions précises. Au Moyen-Orient, quel Etat partage l’intérêt d’Israël pour empêcher l’Iran de se doter d’une capacité nucléaire? De même, quel État est voué à la réduction de la puissance iranienne sur le terrain en Syrie et au Yémen? Qui contribuera à promouvoir une vision stratégique du Moyen-Orient qui considère correctement la montée de l’Iran, et non la question palestinienne, comme le problème clé à résoudre? Enfin, quel dirigeant arabe a fait le plus pour promouvoir un réchauffement général des relations avec Israël et partage par ailleurs avec Israël une profonde méfiance vis-à-vis de l’influence croissante de Recep Tayyip Erdogan dans le monde arabe?

En bref, la convergence des intérêts entre Israël et l’Arabie saoudite de Mohammad bin Salman est à la fois surprenante par son ampleur et historiquement significative. Cela arrive aussi à un moment fortuit, lorsque d’autres alliés régionaux des États-Unis ne peuvent plus considérer le soutien de Washington comme acquis. En effet, la convergence israélo-saoudienne est en partie une réponse au fait que, sur la scène internationale, les États-Unis sont devenus instables.

La convergence des intérêts entre Israël et l’Arabie saoudite de Mohammad bin Salman est à la fois surprenante par son ampleur et historiquement significative.

La conception de l’ordre régional de Trump cherche très ouvertement à favoriser la convergence israélo-saoudienne et à s’appuyer sur celle-ci, dans l’espoir de mettre en place une politique de confinement efficace, même en cette période de méfiance nationale vis-à-vis des engagements militaires pris à l’étranger.

Bien sûr, ce n’est un secret pour personne que cette initiative a récemment été accueillie par un contre-effort féroce visant à anathématiser Mohammad bin Salman et à jeter de l’eau glacée sur toute idée d’engagement des Etats-Unis envers l’Arabie saoudite. L’arme a été remise aux critiques de l’administration lorsque des assassins saoudiens ont assassiné le journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre. Ce sont les mêmes critiques qui proclament haut et fort que le retrait de Trump en Syrie a trahi les alliés des États-Unis, y compris Israël. C’est une attaque tacite contre le partenaire tacite d’Israël face à la menace iranienne et son allié de plus long terme dans le monde arabe.

Il ne fait aucun doute que le meurtre de Khashoggi mérite une réponse très nette de la part des États-Unis. Mais des voix influentes réclament beaucoup plus, préconisant ce qui équivaut à une restructuration des relations américano-saoudiennes et, partant, à la stratégie des États-Unis au Moyen-Orient : suspendre les ventes d’armes et la coopération en matière de défense, faire pression sur l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, faire des concessions aux Houthis soutenus par l’Iran au Yémen et même s’efforcer de renverser Mohammad bin Salman du pouvoir. (En mars 2015, c’était lui, alors ministre de la Défense nationale, qui a présidé l’intervention dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen, après que les Houthis, entraînés et équipés par le Hezbollah et Téhéran, ont occupé la capitale Sanaa, se sont emparés du palais du président palais, et placé le gouvernement de Abd-Rabbu Mansour Hadi en résidence surveillée.

En effet, l’une des plus grandes réussites de cette campagne a été de convaincre des personnes ayant une expérience de la politique étrangère, que le meurtre de Khashoggi est plus qu’un point de polémique amère entre Riyad et Washington ; c’est une question de la plus haute importance stratégique pour l’Amérique.

L’Arabie saoudite est? depuis quelque temps déjà au centre des préoccupations de l’aile progressiste du parti démocrate. En septembre 2017, par exemple, le sénateur Bernie Sanders a exprimé son hostilité envers les Saoudiens avec la plus grande acuité. «Est-ce que je les considère comme un allié? Je les considère comme un pays non démocratique qui a soutenu le terrorisme dans le monde », a-t-il déclaré. “Non, ils ne sont pas des alliés des États-Unis.” L’affaire Khashoggi a maintenant amené des éléments plus modérés du parti à se placer sur la position de Sanders, notamment parce qu’elle offre une bonne ligne d’attaque contre le président. «Nous avons un président qui dissimule ce qui s’est passé dans ce consulat ou cette ambassade lorsque M. Khashoggi a été assassiné», a récemment déclaré Hillary Clinton. “Et nous avons un président et ses proches qui ont leurs propres intérêts commerciaux impliqués dans cette affaire.”

Les républicains n’ont pas non plus été des modèles de clarté stratégique. Pour ne prendre qu’un exemple : au lieu de consacrer les ressources de son bureau aux machinations des principaux ennemis des États-Unis, le sénateur du Tennessee, Bob Corker, président sortant de la commission des relations extérieures du Sénat, s’est chargé de la lourde tâche de démentir Trump au sujet du meurtre de Khashoggi. Il a emmené Gina Haspel, directrice de la CIA, à Capitol Hill pour donner à un groupe bipartite de sénateurs aux vues analogues, un exposé détaillé des renseignements sur l’implication du prince héritier dans l’affaire. Corker, conjointement avec le sénateur Bob Menendez, a également envoyé une lettre à Trump demandant une détermination formelle quant à savoir si bin Salman était personnellement responsable du meurtre de Khashoggi. Aux termes du Global Magnitsky Act, un tel constat aurait dû entraîner automatiquement des sanctions à l’encontre de l’héritier du trône d’Arabie Saoudite.

Nicholas Burns, professeur à Harvard et ancien haut responsable du département d’État, a joué un rôle clé dans la mise en relation du meurtre du journaliste avec la défense mondiale de la démocratie et de la liberté. «Nous avons toujours pensé que nous défendions ces valeurs. . . et pour qu’une personne honorable comme Khashoggi soit interrogée et assassinée par un gouvernement ami des États-Unis, nous avons l’obligation de le dénoncer, de désavouer et de le condamner », a déclaré Burns. «Nous devons défendre ces valeurs. Si nous ne les défendons pas, qui les défendra dans le monde? »Élargissant la portée de sa vision, il a souligné la menace que constituaient pour la Russie et la Chine la menace pesant sur l’Amérique. “Les démocraties du monde doivent contrôler les actions de ces puissances autoritaires”, a-t-il lancé, “ainsi [le meurtre de Khashoggi] est un test pour nous.”

Mais qu’est-ce qui fait de Khashoggi un test dans la compétition avec les puissances autoritaires? Au cours des trois derniers mois, alors que les médias américains étaient obsédés par l’affaire Khashoggi, des rumeurs ont éclaté concernant, entre autres, la détention forcée d’un million de Ouïghours par la Chine et l’enlèvement et le retour forcé de Meng Hongwei en Chine, l’ancien président d’Interpol. Les deux sont beaucoup plus importants pour la politique étrangère américaine que l’affaire Khashoggi, mais ils ont reçu une fraction de l’attention publique.

Le cas de Meng est particulièrement remarquable. Au cours des dernières années, Pékin a kidnappé, rapatrié de force, incarcéré et torturé de nombreux ressortissants chinois. Parmi les centaines de personnes capturées au cours de cette opération effrénée dans le monde entier, Fox Hunt (la chasse au renard), se trouvent des dizaines d’individus du Canada et de l’Australie ; d’autres ont même été arrachés du sol américain. Combien d’Américains bien informés peuvent-ils nommer personnellement un seul d’entre eux ou même identifier les villes américaines d’où ils ont été kidnappés? Combien d’experts et de politiciens américains hurlant u’ils voulaient punir Mohammad bin Salman ont-ils présenté des arguments tout aussi urgents au sujet de la nécessité de punir le dirigeant chinois Xi Jinping pour ses multiples atteintes à la souveraineté américaine?

Exagérer la signification du meurtre de Khashoggi envoie un signe de confusion aux États-Unis. Cela suggère que la seule superpuissance du monde a perdu la capacité significative de différencier un méfait odieux commis par un proche allié, des menaces continues posées par ses véritables ennemis, notamment au Moyen-Orient. Chaque mot consacré à l’affaire Khashoggi a été une occasion manquée de discuter, par exemple, de telles manœuvres simultanées, telles que le complot iranien visant à assassiner un opposant au Danemark, le deuxième complot de ce type en Europe, cette année ou la découverte de tunnels en cours de creusement, par le Hezbollah, du Liban vers Israël.

Au cours des deux derniers mois, la campagne médiatique sur Khashoggi a réussi à générer au Sénat une «panique morale», une peur généralisée d’un fléau grandissant au point d’exiger un besoin d’action incontestable. La panique a atteint son apogée dans la semaine qui a précédé Noël, lorsque des sénateurs bipartites se sont précipités pour faire avancer un projet de loi visant à lutter contre la menace. L’esprit du Sénat a bien été pris en compte dans le titre de la résolution parrainée par le sénateur républicain Lindsey Graham, titre ridiculement long pour couvrir tous les maux imaginables :

Une résolution exprimant le sentiment du Sénat que le prince héritier Mohammad ben Salman bin Abd al Aziz al Saoud d’Arabie saoudite soit tenu pour responsable de sa contribution à la crise humanitaire au Yémen, empêchant ainsi la résolution du blocus du Qatar, la détention et la torture des dissidents et des militants au sein du Royaume d’Arabie saoudite, l’usage de la force pour intimider des rivaux et le meurtre odieux et injustifié du journaliste Jamal Khashoggi.

La résolution de Graham n’a pas encore été mise aux voix. Deux résolutions similaires ont été adoptées, l’une bipartisane dont l’une d’entre elles, coparrainée par Bernie Sanders et le sénateur Mike Lee, un républicain de l’Utah, invoquant le War Powers Act. Si le soutien dérisoire et non meurtrier offert par les États-Unis à la coalition dirigée par les Saoudiens constitue en fait une puissance de guerre, alors presque tous les actes de la politique étrangère des États-Unis tomberaient de la même manière dans le champ d’application de cet acte.

Au Yémen, cependant, ce qui déterminera le cours des événements, c’est bien la logique irrésistible de la guerre. Les Houthis sont une force de substitution iranienne. S’ils gagnent, l’Iran va gagner. S’ils ne font qu’imposer un bras-de-fer permanent, l’Iran conservera une base à la frontière sud de l’Arabie saoudite à partir de laquelle les roquettes et les missiles fournis par l’Iran peuvent viser Riyad. Tout comme au Liban pour le Hezbollah et contre Israël, l’Iran aura tout intérêt à accroître la taille et la puissance de cet arsenal.

Aucune manifestation d’indignation sénatoriale ne peut réfuter cette logique. Une politique punissant l’Arabie saoudite n’améliorera pas «la crise humanitaire au Yémen» et n’arrêtera pas les combats là-bas. Il ne réussira qu’à amener la victoire de l’Iran et la défaite stratégique des États-Unis. En revanche, le seul moyen de nous assurer que nous mettrons fin aux tueries, à la crise humanitaire et à atteindre notre objectif stratégique de contenir l’Iran est d’œuvrer pour une victoire saoudienne.

C’est la logique absolue de la guerre. Si le coût humanitaire d’une victoire saoudienne est trop élevé pour que nos sensibilités morales puissent le supporter, la seule solution est alors que les États-Unis s’engagent davantage, aidant les Saoudiens dans leur stratégie et leur tactique, pour que la guerre soit plus rapide et plus efficace, menant à un résultat plus décisif qui détruira la vie de moins de gens. Ce sont les vraies options – morales et stratégiques. Personne au Sénat n’en discute.

Appelez cela le programme punitif : un programme qui affaiblira la position américaine au Moyen-Orient et exposera Israël à de nouveaux risques, comme l’ont clairement expliqué certains Israéliens. “Ne jetez pas le prince avec l’eau du bain“, a demandé l’ambassadeur israélien Ron Dermer. C’est un sage conseil, malheureusement ignoré des sénateurs américains qui, d’une intensité passionnée, ont conféré une légitimité bipartite à un programme conçu pour détruire toute politique de confinement efficace du type décrit ci-dessus. Aucun bien ne peut en résulter, et il peut potentiellement faire beaucoup de mal.

VI. La seule stratégie viable

Les défis du Moyen-Orient sont nombreux et complexes. La stratégie de Trump consistant à s’abstenir d’engager des opérations militaires directes tout en assurant le soutien de ses alliés est donc loin d’être garantie. Mais à une époque de profond scepticisme quant au déploiement des forces américaines en général, cela représente la seule stratégie viable si le double objectif de la politique américaine est de contenir simultanément les organisations terroristes sunnites et l’Iran. Le confinement réussi de l’Iran réduirait à son tour le pouvoir de la Russie, dont l’influence accrue dans la région dépend en grande partie des forces terrestres dirigées par l’Iran.

Dans une interview accordée à David Remnick, rédacteur en chef du New Yorker, Barack Obama, en janvier 2014 , a précisé que, même si les alliés des États-Unis s’attendaient à ce qu’il les aide à contenir l’Iran de manière militaire, il a toujours refusé de jouer ce rôle. Au lieu de cela, il a envisagé “un nouvel équilibre géostratégique” dans lequel les États-Unis seraient le médiateur entre leurs alliés traditionnels et l’Iran. À partir de 2014, Obama a cherché à mettre en œuvre cette conception, que ses acolytes continuent de vanter.

Obama a vu dans le Moyen-Orient une table ronde à laquelle l’Iran et la Russie seraient assis bien en vue. Dans cette conception, le travail des États-Unis consistait à faire avancer les propositions de stabilisation de la région qui seraient acceptables pour toutes les «parties prenantes» autour de la table. Mais cette approche souffrait d’une erreur débilitante ou, plutôt, d’une illusion : les véritables ambitions de l’Iran (et de la Russie) étaient supposées purement défensives et donc limitées. Ses partisans ont supposé que la rhétorique publique de Téhéran appelant à l’expulsion des forces américaines de la région et à la destruction ultime d’Israël et des États-Unis n’était que cela : de la rhétorique. Ils croyaient que ce que l’Iran convoitait vraiment, c’était la légitimité et la sécurité. Il cherchait un accord. Si les États-Unis ne traiteraient que Téhéran avec respect,l’Iran deviendrait un partenaire raisonnable prêt à contribuer à la stabilisation du Moyen-Orient.

Au cours de la présidence Obama, l’Iran a empoché toutes les concessions concrètes des États-Unis tout en offrant des concessions en grande partie symboliques. Alors que les milices iraniennes envahissaient le territoire, le régime devenait plus solvable, plus fort sur le plan militaire et plus confiant dans sa capacité à menacer les alliés américains en toute impunité, comme en témoigne notamment son soutien toujours plus agressif à la rébellion houthie au Yémen. En conséquence, la région est devenue plus violente et plus imprévisible et l’Amérique moins fiable.

L’Iran aujourd’hui est plus qu’heureux de continuer à nourrir cette illusion par un engagement diplomatique limité, à condition que l’Amérique continue de fermer les yeux sur ses avancées militaires sur le terrain, tout en offrant à Téhéran un court chemin, par le biais de l’accord nucléaire, pour parvenir à un environnement totalement libre et développer son programme nucléaire. C’est ainsi que la conception de l’ordre régional adoptée par Obama n’a pas conduit à «l’équilibre» qu’il imaginait, mais au chaos et à l’affaiblissement marqué du système de sécurité américain.

Dans la conception de Trump, en revanche, le Moyen-Orient n’est pas une table ronde, mais une table rectangulaire. D’un côté, il y a les États-Unis et leurs alliés traditionnels. De l’autre côté se trouvent ses adversaires : la Russie et l’Iran, leurs supplétifs et les groupes terroristes sunnites. Dans cette conception, le travail des États-Unis consiste à élever le pouvoir de leurs amis sur leurs adversaires tout en jouant simultanément le rôle de médiateur parmi les alliés, qui forment un groupe fractionné.

Je le répète : le choix auquel sont confrontés les Américains et leurs alliés au Moyen-Orient est clair. Il s’agit de chercher à convaincre l’Iran par le biais de concessions et d’émoluments américains ou, au contraire, de le contenir (ainsi que la Russie) par la pression financière américaine et les pressions militaires et diplomatiques de ses alliés. Et ce n’est vraiment pas un choix du tout, car l’échec abject fait partie intégrante de l’approche de l’administration précédente. L’approche actuelle est la seule option viable qui offre une chance de succès.

En mars dernier, lorsque le Sénat a abordé pour la première fois la question de savoir s’il fallait punir les Saoudiens du Yémen, Lindsey Graham, qui n’avait pas encore été victime de la panique morale, a parlé judicieusement. “Les failles du gouvernement saoudien sont réelles”, a-t-il déclaré. «Mais mes amis [républicains] de l’autre côté. . . mettent constamment l’Arabie saoudite et l’Iran sur le même pied. Je pense que c’est une analyse très imprudente – de suggérer que l’Arabie saoudite est aussi mauvaise que l’Iran passe juste à côté du point important. “

Le point crucial est le suivant : un allié est un État qui soutient le système de sécurité américain. Deux questions devraient donc décider si l’Amérique considère un État comme un ami ou un ennemi. L’État contribuera-t-il activement à la défense de ce système contre ceux qui cherchent à l’affaiblir ou à le détruire – la Russie, la Chine et l’Iran -? S’il n’agit pas, refusera-t-il au moins son territoire et ses ressources aux ennemis de l’Amérique?

Au Moyen-Orient, sinon dans le monde, ces questions devraient avoir la priorité. Lorsqu’un allié trébuche, nous devons l’aider à se remettre sur pied. Lorsque notre ennemi trébuche, nous devrions aider à le maintenir au sol. Toute considération qui subvertit cette logique élémentaire, aussi apparente même si elle est «morale» à la surface, est fondamentalement mal fondée. Les choix au Moyen-Orient sont difficiles : soit les États-Unis vont construire un système de sécurité avec leurs propres forces militaires, soit avec les forces armées de leurs alliés, soit ils n’en auront pas du tout. En l’absence d’un système de sécurité viable, son influence morale dans le monde diminuera considérablement.

Les sages juifs disent : «Sans pain, il n’y a pas de Torah.” En politique étrangère, on pourrait dire de la même manière : “Sans sécurité fondamentale, il n’y a pas de valeurs américaines.” Il y a là des leçons à tirer pour les politiciens américains des deux camps partisans d’Israël, et pour les amoureux et les promoteurs de la liberté à travers le monde.

ESSAY
JAN. 7 2019

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.