Nouvelles infos surprenantes sur le vaccin contre le coronavirus développé en Israël

Le directeur international de l’hôpital Hadassah de Jérusalem, Jorge Diener, a annoncé aujourd’hui «la possibilité que le vaccin israélien contre le coronavirus puisse entrer en Argentine dans les mois à venir».

Le vaccin israélien est développé par l’Institut israélien de recherche biologique.

Il est actuellement en phase II, auquel participent un millier de volontaires sains âgés de 18 ans et plus, dont des personnes âgées.

La presse locale a rapporté que la première phase des essais cliniques s’est déroulée sans effets indésirables chez les volontaires.

Le vaccin est produit par la méthode du «virus génétiquement modifié», différente de la méthode ARN utilisée par Pfizer et Moderna.

Pour cette raison, il ne nécessite pas non plus de transport à froid. Si les essais aboutissent, l’État d’Israël pourra également le vendre plus tard à des pays qui ont besoin d’un vaccin et ne nécessitent pas de transport par froid, un problème logistique qui rend également le vaccin Pfizer plus cher.

Si l’essai de phase II réussit, il permettra le lancement de la phase III à grande échelle pour tester l’efficacité du vaccin avec la participation de jusqu’à 30 000 volontaires en Israël et à l’étranger.

Histoire de l’Institut biologique d’Israël

En 1952, alors que l’État d’Israël n’avait que quatre ans, l’Institut israélien de recherche biologique a ouvert ses portes, qui a été créé à des fins de recherche gouvernementale.

L’institution a été fondée par un groupe de scientifiques du Corps des sciences de l’armée israélienne et d’organisations universitaires et fonctionne comme un centre national de recherche et développement dans les domaines biologiques, chimiques et environnementaux, afin de renforcer les capacités et les atouts de l’État d’Israël.

Il est situé dans la petite ville de Ness Ziona, située à dix-huit kilomètres au sud-est de Tel Aviv.

Au fil des ans, l’Institut s’est engagé dans la recherche et le développement dans les domaines de la biologie, de la chimie et des sciences de l’environnement afin de fournir à l’État d’Israël une réponse scientifique aux menaces chimiques et biologiques.

Selon la presse étrangère et le livre de Gordon Thomas, Mossad, the Secret History, l’institut est, ou du moins dans le passé, dédié au développement d’armes biologiques et chimiques.

«De nombreuses armes chimiques et biologiques sont fabriquées dans leurs laboratoires et ateliers», explique un fragment du livre.

«Les chimistes de l’institut – dont certains travaillaient autrefois au KGB ou dans les services secrets de la République démocratique d’Allemagne – ont créé le poison utilisé pour la tentative d’assassinat de Khaled Meshal, le chef du groupe fondamentaliste du Hamas».

Selon la presse israélienne, au moins deux opérations d’assassinat du Mossad utilisant du poison ont été découvertes.

En 1997, après la tentative d’éliminer le chef du Mouvement de résistance islamique palestinien (Hamas), Khaleed Meshal, après l’échec de la mission, Israël ‒ plus précisément son Premier ministre Binyamin Netanyahou qui a également occupé le poste pendant ces années ‒ reconnaissant sa responsabilité de ses agents dans l’incident lors d’une conversation téléphonique avec le roi Hussein de Jordanie, et après une heure dans un avion militaire, ils ont transféré l’antidote aux gaz neurotoxiques dans le royaume hachémite. L’incident s’est produit à Amman.

En 2010, Mahmoud al-Mabhouh, un haut dirigeant du Hamas, impliqué dans le trafic d’armes de l’Iran vers la bande de Gaza, a été assassiné. L’incident s’est produit dans un hôtel de Dubaï et du poison a été utilisé.

JForum – Infos-Israel

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.