Beer Sheva: Des médecins séparent des bébés siamois reliés par la tête

C’est une première en Israël ; un médecin évoque le beau moment où les fillettes ont enfin pu se regarder l’une l’autre après une intervention vitale et complexe de 12 heures

Des médecins israéliens sont parvenus à séparer deux bébés siamois qui étaient reliés par la tête, une première au sein de l’État juif. Ils ont annoncé qu’à l’issue de cette opération « de vie ou de mort », qui a duré douze heures, les deux enfants vivront probablement une existence totalement normale.

Le docteur Isaac Lazar a évoqué auprès du Times of Israel le moment remarquable où les deux fillettes se sont regardées pour la première fois, dimanche, après une année où elles étaient restées dans l’incapacité de se voir, et il a aussi parlé de la « joie incroyable » qui a été ressentie par les parents.

« Quand les infirmières ont ramené les fillettes qui venaient tout juste d’être séparées, elles se sont regardées, elles ont fait des bruits, elles se sont touchées l’une et l’autre – c’était beau », s’est exclamé Lazar. « On pouvait observer une communication entre elles, c’était quelque chose de très particulier. »

Tous les membres de l’équipe médicale qui avaient programmé l’intervention avant même la naissance des bébés, au mois d’août 2020, avaient parfaitement conscience de la délicatesse de l’opération, où un seul dérapage aurait pu avoir des conséquences désastreuses. « Une mauvaise décision pouvait entraîner la mort », rappelle Lazar, qui est directeur de l’unité pédiatrique de soins intensifs à l’hôpital Soroka de Beer Sheva.

« C’était très difficile, l’intervention portant sur des vaisseaux sanguins déterminants dans les têtes des bébés. Nous savions que toute hémorragie pourrait avoir des conséquences catastrophiques. »

Mais les technologies israéliennes sophistiquées ont permis de créer des modèles en 3D pour que les médecins s’entraînent. Et des centaines d’heures de préparation ont aidé au bon déroulement de l’opération.

Des sœurs siamoises photographiées avant d’être séparées à l’hôpital Soroka de Beer Sheva. (Autorisation : Hôpital Soroka)

« Parce que ces petites filles n’ont pas pu bouger la tête pendant les douze premiers mois de leur vie, elles ont pour le moment un handicap physique. Mais grâce à une bonne rééducation qui favorisera leur développement physique et cognitif, nous pensons qu’elles rattraperont leur retard », a poursuivi Lazar, qui a ajouté qu’il y avait « une très bonne chance » qu’elles vivent une existence normale.

Toute avancée vers la séparation a été « hautement complexe », a-t-il ajouté. Même hospitaliser les enfants – les chambres de soins intensifs étant conçues pour soigner et contrôler un patient à la fois. « Mais les deux ont dû être hospitalisées ici », explique-t-il.

« Nous avons tout dû multiplier par deux – ce qui a été très, très dur. »

Image 3D des têtes des deux siamoises avant leur séparation à l’hôpital Soroka de Beer Sheva. (Autorisation : Hôpital Soroka)

Mais ces préparations n’ont été rien par rapport à l’opération, qui a eu lieu à la fin de la semaine dernière. « C’était compliqué au-delà de tout ce qu’on peut imaginer », a continué Lazar. « Les petites filles étaient reliées par l’arrière de la tête à un endroit où il n’y a pas de peau, pas de crâne. Il a fallu faire en sorte de faire pousser davantage de peau. »

Les siamois sont extrêmement rares et sont différents les uns des autres : il y a donc peu de recherches susceptibles d’aider. Lazar et son équipe ont décidé d’insérer, avant de procéder à l’opération, du silicone gonflable dans des parties adjacentes de leur tête, entre le cuir chevelu et la boîte crânienne, et de faire pousser la peau par-dessus le silicone.

Une partie de l’équipe médicale qui a séparé des siamoises à l’hôpital Soroka de Beer Sheva. (Autorisation : Hôpital Soroka)

« Tous les deux jours, de l’eau stérile a été injectée dans les sacs ce qui augmentait leur volume », explique-t-il. « Cela a permis d’étendre lentement la peau. Au bout de cinq ou six mois, ces sacs remplis d’eau et la peau, par dessus, sont devenus aussi gros que la tête des bébés : on avait l’impression que les fillettes avaient deux têtes. »

« Quand ces ballons ont été prêts, les bébés ont pu être opérés. L’intervention a duré douze heures et, à la fin, les médecins se sont divisés en deux équipes travaillant dans deux salles d’opération. Ils ont reconstruit le crâne de chacune et reformé la peau », continue-t-il.

« Après l’opération, les jumelles ont été transférées en soins intensifs et ont été placées sous respiration artificielle et sédatées. Le lendemain, elles ont commencé à respirer de manière autonome et, dimanche, elles se sont rencontrées pour la première fois – ce qui a été extraordinaire », poursuit-il.

Lazar ajoute que « l’une des raisons d’avoir fait cette opération maintenant, aussitôt que possible, est de permettre un développement normal – et nous espérons que c’est dorénavant très probable que ce soit le cas ».

Par NATHAN JEFFAY 6 septembre 2021, 12:35  fr.timesofisrael.com

Des siamoises, séparées à l’hôpital Soroka à Beer Sheva, se regardent pour la première fois, le 5 septembre 2021. (Autorisation : Hôpital Soroka)

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.