Quelle sera la politique chinoise du nouveau gouvernement israélien? – avis

Le nouveau gouvernement israélien devrait promouvoir les relations économiques avec la Chine sous réserve de considérations de sécurité nationale et promouvoir le dialogue stratégique avec Washington sur la technologie.

Le PREMIER MINISTRE Benjamin Netanyahu serre la main du président chinois Xi Jinping avant les pourparlers à Pékin, en 2017. (Crédit photo : Etienne Oliveau/Reuters)
Le PREMIER MINISTRE Benjamin Netanyahu serre la main du président chinois Xi Jinping avant les pourparlers à Pékin, en 2017. (crédit photo : Étienne Oliveau/Reuters)

 

Sur fond de compétition stratégique mondiale, le 37e gouvernement israélien doit naviguer sagement entre les grandes puissances. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a dirigé avec enthousiasme le développement des relations d’Israël avec la Chine au cours de la dernière décennie, doit décider de la future voie d’Israël entre la Chine et les États-Unis, et entre l’économie et la sécurité nationale.

Depuis le début de la dernière décennie, les gouvernements israéliens ont mené une politique claire de promotion des relations économiques avec la Chine dans les domaines de l’innovation, de l’investissement, des projets et du commerce. Netanyahu, l’architecte de ces relations, a identifié l’économie croissante de la Chine comme une opportunité importante pour Israël, définissant l’innovation de la start-up comme une excellente adéquation avec les besoins technologiques, les capitaux et les marchés de la Chine comme un mariage paradisiaque .

Dans ses nouveaux mémoires, Netanyahu décrit la politique. Il dit que, comme la plupart des dirigeants occidentaux, il a marché sur une corde raide dans les relations d’Israël avec la Chine. D’une part, l’objectif était d’ouvrir le vaste marché chinois aux investisseurs israéliens et en même temps, d’établir des investissements chinois en Israël, notamment dans les infrastructures publiques.

D’un autre côté, il a été franc avec les Chinois au sujet des restrictions sur les technologies militaires et de renseignement qu’Israël ne pouvait pas partager avec les entreprises chinoises. C’était un engagement à toute épreuve envers les États-Unis, le grand allié d’Israël, avec qui il partage bon nombre de ces technologies, ainsi que les valeurs de liberté et de démocratie. En effet, la politique d’Israël sur ses relations avec la Chine au cours de cette période peut être décrite comme la promotion maximale des relations économiques, en mettant l’accent sur l’innovation à l’exclusion du domaine militaire et de la défense.

L’administration Trump a fait pression sur Jérusalem pour limiter ses relations avec la Chine dans les domaines touchant à la sécurité nationale, notamment les investissements, les infrastructures, les communications, les données et la technologie. Fin 2019, le gouvernement dirigé par Netanyahu a décidé de mettre en place un mécanisme consultatif sur les aspects de sécurité nationale des investissements étrangers. Néanmoins, de nombreuses personnes en Israël et aux États-Unis ont défini cette politique comme marchant entre les gouttes de pluie et traînant les pieds afin de manœuvrer entre les exigences américaines et les opportunités économiques de la Chine.

Drapeau de la Chine (crédit : WIKIMEDIA COMMONS/ECOW)Drapeau de la Chine (crédit : WIKIMEDIA COMMONS/ECOW)

Apparemment, les gouvernements israéliens dirigés par Bennett et Lapid ont poursuivi la politique de leurs prédécesseurs, mais en fait, ces dernières années ont révélé un changement de politique discret concernant les relations avec la Chine et les États-Unis. Avant le départ de l’ancien Premier ministre Naftali Bennett pour sa première rencontre avec le président Joe Biden, il a été rapporté que le gouvernement israélien prenait très au sérieux les préoccupations américaines concernant les relations avec la Chine, les considérant comme une question de sécurité nationale.

En juillet 2022, Biden et l’ancien Premier ministre Yair Lapid ont publié une déclaration conjointe sur l’établissement d’un dialogue stratégique sur les technologies de pointe, dirigé par les conseillers américains et israéliens à la sécurité nationale Jake Sullivan et Eyal Hulata. Le 12 octobre, le gouvernement israélien sortant a décidé de renforcer le mécanisme de conseil sur les investissements étrangers.

L’AMBASSADEUR américain en Israël, Tom Nides, a déclaré que l’administration avait également conclu des accords avec Israël sur le commerce avec la Chine et qu’elle renforcerait la surveillance sur la vente de technologie locale à la Chine, de peur qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains. La politique d’Israël au cours de cette période a donc cherché à promouvoir des relations économiques fructueuses et sûres avec la Chine sous un contrôle croissant et des garanties étendues, tout en renforçant notre partenariat stratégique avec les États-Unis, en mettant l’accent sur la technologie et l’innovation.

De hauts responsables de l’administration à Washington ont récemment exprimé leur appréciation pour les progrès considérables d’Israël dans ce domaine (« Israël obtient un score élevé »), soulignant le changement notable sous le gouvernement sortant et se réjouissant de la poursuite de ces progrès sous le prochain.

Quel type de politique Netanyahu mènera-t-il à son retour au bureau du Premier ministre ?

Parlant des relations d’Israël avec la Chine dans une interview avec Bari Weiss, Netanyahu a déclaré : « J’ai ouvert avec enthousiasme Israël au commerce avec la Chine et aux entreprises économiques avec la Chine. Je suppose que je vais continuer à le faire. Mais les questions de sécurité nationale sont également au premier plan dans nos esprits, comme elles le sont dans l’esprit des autres. Nous continuerons à travailler avec la Chine, mais nous protégerons également nos intérêts nationaux. »

« J’ai ouvert avec enthousiasme Israël au commerce avec la Chine et aux entreprises économiques avec la Chine. Je suppose que je vais continuer à le faire. Mais les questions de sécurité nationale sont également au premier plan dans nos esprits, comme elles le sont dans l’esprit des autres. Nous continuerons à travailler avec la Chine, mais nous protégerons également nos intérêts nationaux. » Benjamin Netanyahou

Le monde tel qu’il était lorsque Netanyahu a façonné sa politique au début de la dernière décennie a complètement changé. La concurrence entre les grandes puissances est plus féroce et s’est étendue des échanges de coups et de tarifs aux restrictions dramatiques sur les exportations de puces de silicium et de technologie, à une guerre en Ukraine et à la possibilité réelle d’un affrontement militaire à propos de Taiwan.

Netanyahu ne peut pas entrer deux fois dans le même fleuve, alors que la marge de manœuvre d’Israël entre les puissances, en particulier sur la technologie, s’est considérablement réduite. La lune de miel du « mariage fait au paradis » de la décennie précédente est terminée. De nombreuses démocraties sont confrontées à des dilemmes similaires à ceux auxquels Israël est confronté et émergent comme des partenaires pertinents pour une technologie sécurisée.

Au vu de l’éventail des dossiers politiques à l’ordre du jour entre Jérusalem et Washington – Iran, Palestiniens, Russie et Ukraine, et de nombreux dossiers intérieurs –, les relations d’Israël avec la Chine apparaissent comme un sujet dont le gouvernement n’a ni le besoin ni l’intérêt dans une confrontation avec Washington, pour qui la Chine est une préoccupation majeure. Le gouvernement israélien doit être conscient de la sensibilité des États-Unis au rythme et à la direction de ses relations avec la Chine.

Le dialogue stratégique avec les États-Unis sur la technologie ouvre de nouveaux horizons à Israël pour des collaborations révolutionnaires avec son plus grand allié et lui permet de renforcer sa valeur à Washington. Le nouveau gouvernement israélien devrait continuer à construire sa politique sur les couches créées par ses prédécesseurs depuis 2019. Il devrait promouvoir les relations économiques avec la Chine sous réserve de considérations de sécurité nationale, d’une part, et promouvoir le dialogue stratégique avec Washington sur la technologie, en tant que route vers l’amélioration de la sécurité technologique d’Israël et le renforcement des relations avec son allié indispensable, d’autre part .

Par ASSAF ORION  JPOST
L’écrivain, un brigadier-général de Tsahal. (res.), est le chef du Centre Glazer pour la politique israélo-chinoise à l’INSS et un ancien chef de la Division de la planification stratégique de Tsahal.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.