Les États-Unis et Israël ont travaillé ensemble pour traquer et tuer Al-Qaida n ° 2

Abu Mohammed al-Masri a été abattu par des agents du Mossad dans une allée de Téhéran le 7 août, que les autorités iraniennes ont ensuite dissimulées pour occulter le fait qu’elles hébergeaient des dirigeants d’al-Qaida, selon un reportage du New York Times.

Les États-Unis et Israël ont travaillé de concert pour traquer et tuer un haut responsable d’Al-Qaida en Iran au milieu de cette année, une opération de renseignement audacieuse des deux nations alliées qui est intervenue alors que l’administration Trump augmentait la pression sur Téhéran.

Quatre responsables américains actuels et anciens ont déclaré qu’Abu Mohammed al-Masri, le numéro 2 d’al-Qaida, a été tué par des tueurs professionnels ou kidonim dans la capitale iranienne en août. Les États-Unis ont fourni des renseignements aux Israéliens sur l’endroit où ils pouvaient trouver al-Masri et l’alias qu’il utilisait à l’époque, tandis que des agents israéliens ont procédé à l’élimination ciblée, selon deux des responsables. Les deux autres responsables ont confirmé la liquidation d’al-Masri mais n’ont pas pu fournir de détails précis.

Al-Masri a été abattu dans une ruelle de Téhéran le 7 août, jour anniversaire des attentats de 1998 contre les ambassades américaines à Nairobi, au Kenya, et à Dar es Salaam, en Tanzanie. On pense généralement qu’Al-Masri avait participé à la planification de ces attaques et il était recherché pour terrorisme par le FBI.

La mort d’Al-Masri est un coup dur pour al-Qaida, le réseau terroriste qui a orchestré les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, et survient en pleine période  de rumeurs au Moyen-Orient sur le sort du chef du groupe, Ayman al-Zawahiri. Les responsables n’ont pas pu confirmer ces informations, mais ont déclaré que la communauté du renseignement américain essayait de déterminer leur crédibilité.

Deux des responsables – l’un au sein de la communauté du renseignement et ayant une connaissance directe de l’opération et un autre ancien officier de la CIA informé sur la question – ont déclaré qu’al-Masri avait été tué par l’action du Kidon, une unité au sein de l’organisation secrète d’espionnage israélienne du Mossad, qu’on prétend généralement responsable des éliminations ciblées de grande valeur. En hébreu, Kidon signifie baïonnette ou «pointe de la lance».

Le responsable de la communauté du renseignement a déclaré que la fille d’al-Masri, Maryam, était également la cible de l’opération. Les États-Unis pensaient qu’elle était en pleine préparation pour occuper un rôle de leadership dans Al-Qaida et les renseignements ont suggéré qu’elle était impliquée dans la planification opérationnelle, selon le responsable, qui a également parlé sous couvert d’anonymat pour discuter de renseignements sensibles.

Des soldats israéliens d’unités de sauvetage apportent du matériel de levage lourd à l’épave de la maison Ufundi, à côté de l’ambassade américaine à Nairobi, le 9 août 1998 (AP / Sayyid Azim)

La fille d’Al-Masri était la veuve de Hamza ben Laden, le fils du cerveau d’Al-Qaida Oussama ben Laden. Il a été tué l’année dernière lors d’une opération antiterroriste américaine dans les régions tribales d’Afghanistan-Pakistan.

La nouvelle de la mort d’al-Masri a été rapportée pour la première fois par le New York Times.

La CIA et le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui supervise l’agence de renseignement du Mossad, ont refusé de commenter.

Israël et l’Iran sont des ennemis acharnés, le programme nucléaire iranien étant la principale préoccupation d’Israël en matière de sécurité. Israël, avec les pays arabes modérés de la région, a salué le retrait de l’administration Trump de l’accord nucléaire iranien de 2015 et la campagne de pression américaine sur Téhéran.

Au moment des éliminations ciblées, l’administration Trump était à un stade avancé pour tenter de faire passer par le Conseil de sécurité de l’ONU le rétablissement de toutes les sanctions internationales contre l’Iran, qui ont été levées en vertu de l’accord nucléaire. Aucun des autres membres du Conseil de sécurité ne s’est rallié aux États-Unis, qui se sont engagés à punir les pays qui n’appliquent pas les sanctions dans le cadre de leur campagne de «pression maximale» sur l’Iran.

Les responsables israéliens craignent que les États-Unis, sous une éventuelle administration Joe Biden, puissent revenir à l’accord nucléaire. Il est probable que si Biden s’engage avec les Iraniens, Israël fera pression pour que l’accord soit modifié et traiter le programme de missiles à longue portée de l’Iran et son activité terroriste, milicienne et militaire dans la région, en particulier en Syrie et son soutien aux groupes terroristes comme le Hezbollah, le Hamas et le Jihad islamique palestinien.

Les révélations selon lesquelles l’Iran abritait un dirigeant d’Al-Qaida pourraient aider Israël à renforcer sa cause face à la nouvelle administration américaine [Mais pourquoi est-ce le New York Times qui en fait état?].

Al-Masri figurait sur une liste de recherche mort ou vif ou de capture depuis des années, mais sa présence en Iran, qui a une longue tradition d’hostilité idéologique apparente envers Al-Qaida, a présenté des obstacles importants pour l’appréhender ou le tuer.

L’Iran a nié ces informations, affirmant que le gouvernement n’héberge aucun dirigeant d’Al-Qaida et blâmant les États-Unis et Israël pour avoir tenté de fomenter un sentiment anti-iranien. Les responsables américains ont longtemps cru qu’un certain nombre de dirigeants d’al-Qaida vivaient tranquillement en Iran depuis des années et les évaluations des services de renseignement publiées l’ont largement établi.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré dans un communiqué que les États-Unis et Israël « tentent parfois de lier l’Iran à de tels groupes en mentant et en divulguant de fausses informations aux médias afin d’éviter la responsabilité des activités criminelles de ce groupe et d’autres groupes terroristes. dans la région. »

La « tactique alarmiste de l’administration Trump contre l’Iran est devenue routinière », a déclaré Khatibzadeh.

La mort d’Al-Masri, bien que sous un faux nom, a été rapportée dans les médias iraniens le 8 août. Des informations l’ont identifié comme un professeur d’histoire libanais potentiellement affilié au Hezbollah libanais soutenu par l’Iran et a déclaré qu’il avait été tué par des motocyclistes avec sa fille .

Les médias libanais, citant des informations iraniennes, ont déclaré que les personnes tuées étaient le citoyen libanais Habib Daoud et sa fille Maryam.

La mort d’al-Masri et de sa fille est survenue trois jours après l’explosion catastrophique du 4 août au port de Beyrouth et n’a pas attiré beaucoup d’attention. Le Hezbollah n’a jamais commenté les informations et les responsables de la sécurité libanaise n’ont pas signalé que des citoyens avaient été tués à Téhéran.

Un responsable du Hezbollah samedi n’a pas fait de commentaire sur la mort d’al-Masri, affirmant que le ministère iranien des Affaires étrangères l’avait déjà nié.

Les éliminations présumées semblent correspondre à un modèle de liquidations de terroristes attribuées à Israël dans le passé.

En 1995, le fondateur du groupe terroriste palestinien Jihad islamique a été tué par un homme armé à moto à Malte, dans un assassinat largement attribué au Mossad. Le Mossad aurait également commis une série d’éliminations similaires de scientifiques nucléaires iraniens en Iran au début de la dernière décennie. L’Iran a accusé Israël d’être derrière ces neutralisations de scientifiques nucléaires dangereux pour la planète.

Yoel Guzansky, chercheur principal à l’Institut d’études sur la sécurité nationale et ancien analyste des affaires iraniennes au bureau du Premier ministre, a déclaré que l’on savait depuis un certain temps que l’Iran cache les principales personnalités d’Al-Qaida. Bien qu’il n’ait eu aucune connaissance directe de la mort d’al-Masri, il a déclaré qu’une opération conjointe entre les États-Unis et Israël refléterait la coopération étroite des deux pays en matière de renseignement, les États-Unis étant généralement plus forts dans les aspects techniques de la collecte de renseignements et Israël adepte de l’activation rapprochée des agents opérationnels derrière les lignes ennemies.

Israël a déclaré dans le passé que ses services de renseignement avaient pénétré en Iran ces dernières années, y compris lors d’une opération en 2018 pour faire passer en contrebande les archives nucléaires iraniennes hors du pays.

israelhayom.com

L’Iran nie qu’Israël ait tué le commandant en second d’Al-Qaïda sur son sol

L’élimination de Masri en août 2020, qui était considéré comme un successeur probable du dirigeant actuel d’al-Qaïda, Ayman al-Zawahri, a été maintenue sous le sceau du secret jusqu’à présent.

Il n’en demeure pas moins étrange que cet article du New York Times sorte maintenant, sur une publication située plutôt « à gauche » du spectre pro-démocrate : en effet, insister sur les liens directs entre l’Iran comme protecteur, et Al Qaïda, tout en rappelant l’efficacité de la coopération israélo-américaine, crée plutôt le malaise pour une future Administration qui prétend renouer le dialogue avec un régime ouvertement terroriste et soumettre Israël à de nouvelles pressions. Il s’agirait difficilement d’une « manœuvre » républicaine pour alimenter ce malaise et « saboter » les futures tentatives de Biden de courtiser à nouveau un Iran qui a dépassé 12 fois le niveau requis pour fabriquer une bombe nucléaire et continue d’entretenir les réseaux terroristes à travers la région et au-delà… Que ce cache t-il derrière ces « révélations »?

Des manifestants portent des drapeaux d'Al-Qaïda lors d'une manifestation anti-gouvernementale après la prière du vendredi dans la ville de Marat Numan, dans la province d'Idlib, en Syrie (Crédit photo: KHALIL ASHAWI / REUTERS)
Des manifestants portent des drapeaux d’Al-Qaïda lors d’une manifestation anti-gouvernementale après la prière du vendredi dans la ville de Marat Numan, dans la province d’Idlib (aux mains des milices pro-turques), en Syrie (crédit photo: KHALIL ASHAWI / REUTERS)

L’Iran a démenti un rapport du New York Times selon lequel le commandant en second d’Al-Qaïda avait été tué en Iran en août par des agents israéliens à la demande des États-Unis.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué qu’il n’y avait pas de « terroristes » d’Al-Qaïda sur le sol iranien [le fait est pourtant prouvé depuis avant le 11 Septembre 2001 : voir commission d’enquête].

« De temps en temps, Washington et Tel Aviv tentent de lier l’Iran à de tels groupes en mentant et en divulguant de fausses informations aux médias afin d’éviter la responsabilité des activités criminelles de ce groupe et d’autres groupes terroristes dans la région », a déclaré le ministère, en se dédouanant par des rumeurs complotistes.

Selon le reportage du New York Times (par Adam GoldmanEric SchmittFarnaz Fassihi et , Abdullah Ahmed Abdullah, commandant en second d’Al-Qaïda qui portait le nom de guerre d’Abu Muhammad al-Masri (l’Egyptien) a été abattu par deux hommes à moto dans les rues de  Téhéran  le 7 août. Le journal a cité des responsables du renseignement américain comme source. Abdullah a été accusé d’avoir aidé à organiser les attentats de 1998 contre deux ambassades américaines (Nairobi, Dar Es Salam) en Afrique.
L'ambassade américaine à Nairobi, au Kenya, a été bombardée en 1998, l'une des deux attaques attribuées ce jour-là au chef de Qaïda Abu Muhammad al-Masri.

Crédit…Agence France-Presse – Getty Images

La liquidation de Masri, qui était considéré comme un successeur probable du dirigeant actuel d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a été maintenue sous le sceau du secret jusqu’à présent, selon le journal.
On ne sait pas quel rôle, le cas échéant, les États-Unis ont joué dans le meurtre du mégaterroriste d’origine égyptienne, a déclaré le Times. Les autorités américaines suivaient Masri et d’autres agents d’Al-Qaïda en Iran depuis des années, a-t-il déclaré.
Al-Qaïda n’a pas annoncé sa mort, les responsables iraniens l’ont dissimulée et aucun gouvernement n’a publiquement revendiqué sa responsabilité, a déclaré le Times.
L'un des hélicoptères américains Black Hawk abattu à Mogadiscio, en Somalie, en 1993 par des combattants entraînés par M. al-Masri.

Crédit…Scott Peterson / Getty Images

Un responsable américain, parlant à Reuters sous couvert d’anonymat, a refusé de confirmer les détails de l’histoire du Times ou de dire s’il y avait une implication américaine. Le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.
Masri, l’un des dirigeants fondateurs d’Al-Qaïda, a été tué avec sa fille, Miriam/Meriem, la veuve du fils de l’ancien chef d’Al-Qaïda, Hamza ben Laden, a rapporté le Times.
Oussama ben Laden a, entre autres, orchestré les attaques du 11 septembre 2001 contre les États-Unis et la plupart des attentats au cours de la période suivante, et a été tué lors d’un raid américain des Navy Seals à Abottabbad au Pakistan en 2011.
L’Iran chiite et al-Qaïda, une organisation militante musulmane sunnite, sont depuis longtemps des associés, même s’ils sont idéologiquement ennemis.
Masri était détenu par l’Iran depuis 2003, mais vivait librement, avec d’autres membres en semi-liberté, dans une banlieue huppée de Téhéran depuis 2015, selon le Times, citant des responsables du renseignement américain non identifiés.
Les responsables américains de la lutte contre le terrorisme pensent que l’Iran, également ennemi des Américains, les a peut-être laissés vivre là-bas pour mener des opérations contre des cibles américaines, a déclaré le Times.
On n’a pas su  immédiatement quel impact, le cas échéant, la mort de Masri avait eu sur les activités d’Al-Qaïda. Même s’il a perdu des hauts dirigeants au cours des près de deux décennies qui se sont écoulées depuis les attaques de New York et de Washington, il a maintenu des filières actives du Moyen-Orient à l’Afghanistan en passant par l’Afrique de l’Ouest.
JForum avec sources NYT, JPost, etc

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.