Israël a affronté le « Hezbollah 2 » en Syrie, mais quel est son but ultime? Analyse

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kochavi, a déclaré cette semaine qu’Israël avait empêché la formation du « Hezbollah 2 » en Syrie, a rapporté le  » Jerusalem Post  »  .

Le chef d'état-major Aviv Kohavi s'exprime à l'université de Tel Aviv, le 30 novembre 2022. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Le chef d’état-major Aviv Kohavi s’exprime à l’université de Tel Aviv, le 30 novembre 2022. (Crédit : Emanuel Fabian)

Pendant de nombreuses années, Israël a cherché à empêcher l’Iran de s’établir en Syrie, depuis le début de la guerre proprement dite en 2012. Cela a conduit à des tensions avec Israël, en particulier lorsque le Hezbollah a envoyé des forces en Syrie, et lorsque ces forces sont finalement arrivées plus près de la barrière frontalière du Golan. en 2018.

Maintenant, plusieurs années plus tard, Israël continue de faire face aux menaces iraniennes en Syrie et aussi dans la région au sens large. Comment cela s’est-il produit et quelle pourrait être la signification d’empêcher « Hezbollah 2 » pour Israël ?

L’Iran était déjà un allié du régime syrien avant que la guerre n’éclate, et l’Iran a soutenu le Hezbollah pendant de nombreuses décennies auparavant. Depuis la guerre du Liban de 2006, les tensions entre le Hezbollah et Israël sont restées faibles.

Le Hezbollah s’est beaucoup développé depuis 2006, augmentant son arsenal de roquettes, de drones et de réserves de missiles de précision, lançant des drones dans l’espace aérien israélien et menaçant les plates-formes gazières au large des côtes libanaises.

Pendant ce temps, l’Iran a renforcé sa présence en Syrie. Lorsque la Russie est intervenue en Syrie en 2015, les États-Unis ont également commencé à soutenir les forces anti-ISIS sous la forme des Forces démocratiques syriennes (SDF).

Finalement, les États-Unis ont également établi une garnison à al-Tanf en Syrie, un avant-poste isolé près de la jonction des frontières entre la Jordanie, la Syrie et l’Irak qui était censé aider certains combattants de l’opposition syrienne.

Des rapports récents ont révélé qu’un groupe d’opposition syrien a tué le chef de l’Etat islamique à Deraa, dans le sud de la Syrie. Il n’est pas clair si ces groupes sont liés à al-Tanf ou à d’autres éléments de l’Armée syrienne libre.

Le Hezbollah est intervenu en Syrie en 2012 et ses forces ont pénétré dans le sud de la Syrie lorsque les forces de l’opposition se sont effondrées en 2018 et ont menacé Israël du côté syrien des hauteurs du Golan.

En août 2019, Israël a intercepté un drone du Hezbollah près du Golan.

À ce stade, Israël met principalement en œuvre la stratégie de « campagne de l’entre-deux-guerres », à travers une série de frappes aériennes sur des cibles iraniennes, qui ont nui à la capacité de l’Iran à influencer la région.

 L’Iran a demandé de transférer des drones et des systèmes de défense aérienne vers la Syrie, tout en établissant des entrepôts dans les aéroports vers lesquels des munitions ont été transférées, et a même construit une base nommée Imam Ali à la frontière avec l’Irak près de la ville provinciale d’Albu Kamal.

Les médias du régime syrien blâment souvent Israël pour les attaques en Syrie. Le 8 novembre, par exemple, il a été signalé qu’une frappe aérienne avait touché des camions à la frontière irano-irakienne. Traverser cette frontière est important pour l’Iran car il peut transférer des missiles et d’autres marchandises vers la Syrie et le Hezbollah.

Dans un autre incident, un officier des Gardiens de la révolution iraniens nommé Daoud Jaafari a été tué et l’Iran a accusé Israël de son meurtre. Al-Jaafari était apparemment un conseiller militaire des Gardiens de la révolution iraniens en Syrie et était également lié au programme aérospatial iranien.

A quoi sert une « campagne d’entre-deux-guerres » ?

Le déroulement général de la campagne « Campagne entre les guerres » et la tentative apparente d’empêcher l’apparition du « Hezbollah 2 » ne sont pas clairs. L’Iran a des agents et une influence en Syrie et a établi des bases qui lui permettent de transférer des armes vers la Syrie. Il utilise également l’Irak dans le même but. Il compte de nombreuses milices pro-iraniennes en Irak, qui opèrent sous l’égide de l’organisation faîtière – le Parti populaire populaire (Al-Hashd al-Shaabi).

Maintenant, l’Iran menace directement Israël – avec des drones, et la coalition dirigée par les États-Unis a abattu des drones iraniens alors qu’ils se rendaient en Israël plus tôt cette année.

L’Iran a également utilisé un drone lancé depuis la base de Chabahar pour attaquer un navire dans le golfe d’Oman le mois dernier, et il utilise des groupes mandataires en Syrie pour attaquer les forces américaines à l’est.

Cela signifie que la campagne pour empêcher un type de « Hezbollah 2 » fait face à une activité accrue, l’Iran continuera à essayer de transférer des forces, des armes et des menaces vers la Syrie, tout en exploitant la faiblesse du régime syrien.

Par exemple, la Turquie menace actuellement d’envahir la Syrie, ce à quoi les États-Unis se sont opposés, mais Ankara envisage de nouer des liens avec Damas et la Turquie travaille avec la Russie pour coordonner les activités.Si Ankara envahit, elle menacerait les Kurdes et les Syriens soutenus par les États-Unis. potentiellement causer de l’instabilité. , car alors la Russie, le régime syrien et la Turquie transféreront des forces dans les zones situées le long des frontières nord.

À son tour, l’Iran pourrait profiter du chaos pour nuire aux forces américaines, ce qui pourrait amener les États-Unis à retirer leurs troupes, ce qui signifierait que l’Etat islamique renouvellerait ses attaques.

Tout cela pourrait donner une opportunité à l’Iran, car l’invasion turque conduira le régime syrien et la Russie à se concentrer dans le nord pour conclure un accord avec la Turquie, tandis que les groupes extrémistes d’Idlib pourraient également aggraver les choses.

Lorsqu’il y a un vide de pouvoir, l’Iran profite du vide pour déplacer des forces.

Le Hezbollah a considérablement accru son pouvoir au cours de la dernière décennie et demie, et a maintenant une mainmise quasi-étranglée sur la politique et l’économie libanaises, et est si puissant que le comparer au Hezbollah en 1999 ou 2005 ne serait pas une comparaison équitable.

En un sens, le Hezbollah est déjà devenu « Hezbollah 2 », et veut établir le Hezbollah 3 en Syrie, tout en préparant un autre Hezbollah en Irak et au Yémen.

Toutes ces forces ont accumulé beaucoup d’armes et d’expérience ces dernières années, elles ont augmenté la portée de leurs armes et elles représentent une plus grande menace pour Israël et la région, et essayer de les empêcher d’avaler une partie de la Syrie est un grand défi.

Le journal a conclu son rapport en notant que les actions menées par Israël incluent des activités en Irak, en Syrie, au Yémen et dans d’autres régions où opèrent les factions qu’il a définies comme « affiliées à l’Iran ». Israël s’efforce d’empêcher l’Iran de prendre le contrôle d’une partie de la Syrie.

Le journal a souligné que le but ultime de l’initiative et des opérations qui y sont liées sera « d’empêcher la reproduction de l’organisation du Hezbollah en un certain nombre d’exemplaires ».

JForum avec nziv
Iran Insider Crédit photo : Réseaux sociaux

1 COMMENTAIRE

  1. Eh bien bonnes chances,car à l instar du Hamas Israël n’a pas su ou voulu les anéantir quand ils étaient 5000 maintenant qu ils sont 80000 c’est pas la même histoire,malheureusement on a été trop peu radicaux,et la c est quasiment insoluble

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.