Ironman a fait son alya (vidéos)

1
241

Eli Viniger, âgé de 23 ans, a fait son Alyah il y a quelques semaines en provenance de Los Angeles afin d’incorporer Tsahal en tant que Hayal boded, et ce dans le cadre du projet “Tsofim – Graine de tsabar” du mouvement de jeunesse Tsofim.

Un peu avant son Alyah, il a participe a un Ironman aux Etats-Unis. Eli a décidé de continuer sur sa lancée et de participer cette fois a l’Israman d’Eilat (triathlon comprenant 3,8 km de natation, 180 km en velo et 42,2 km de course a pied), mais cette fois en tant que citoyen israélien.

“C’est vrai que je suis depuis peu de temps en Israël, mais je ressens de la fierté d’être israélien, et cela a beaucoup de sens pour moi de participer a une compétition en Eretz”, a déclaré Eli Viniger. Cette année, environ 2000 athlètes venant de 25 pays différents sont censés participer à l’Israman d’Eilat, chiffre record qui devrait faire de cette compétition la plus importante jamais réalisée en Israël.

Il rêve d’être incorporé dans une Sayeret

Eli Viniger a toujours aimé Israel et il a toujours rêvé qu’un jour il ferait son Alyah, mais l’évènement décisif qui l’a poussé a le faire fut l’opération “Tsouk Eitan”. “A cette époque, je me suis senti impuissant aux Etats-Unis. J’ai vu l’Etat d’Israël et ses citoyens attaqués et moi j’étais loin de tout cela. Je voulais aider. A ce moment, j’ai compris que pour moi l’Alyah était ce qu’il fallait que je fasse”.

Malgré la situation sécuritaire, Eli Viniger déclare tout net ne pas avoir peur de cette différence entre les Etats-Unis et Israël. Sa seule crainte vient des changements de vie qu’entraine l’Alyah et du fait d’être éloigné de sa famille, de ses amis et la culture qu’il a toujours connus aux Etats-Unis.

אלי ויניגר. "יש משמעות גדולה בשבילי להשתתף בתחרות בארץ" ()

 

Eli Viniger, qui a une licence en comptabilité et gestion d’affaires obtenue a l’université de Californie du sud, a renoncé a des propositions de travail généreuses sur marché du travail américain, qui lui assuraient de bons salaires.

“quand mes amis ont entendu que je renonçais à ces propositions de travail et que j’avais décidé de quitter les Etats-Unis pour faire mon Alyah, ils ont pensé que j’étais devenu fou. Mais moi j’ai senti, a chaque étape, que ce que je faisais était juste. Le soutien de ma famille m’a donne la force dont j’avais besoin”, a raconte Eli. Un des objectifs a venir d’Eli, après la course d’Eilat, est d’être incorpore dans une unité d’élite de Tsahal : la 669, Sayeret Mankal ou la Shayetet.

Avant l’Israman d’Eilat Eli a déclaré : “la première compétition a laquelle j’ai participe a été difficile. Elle a exige de moi des efforts physique et mentaux importants pour finir 180 km en vélo, presque 4 km de nage et en plus de 42 km de course a pied, mais au final tout est possible et tout est dans la tête. Je suis sur que l’Israman ne sera pas plus facile”.

Reportage sur israman Israël à Eilat

 

Haabir haisraeli

Traduit de l’hébreu par David Goldstein pour Haabir-haisraeli.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.