Iran : Trump poussé à négocier, par manque d’appui de l’U.E?

5
1052

L’UE qualifie d’insignifiantes les violations du pacte nucléaire iranien. Selon DEBKAfile: les États-Unis et l’Iran testent le terrain vers de possibles pourparlers

Le refus des ministres des Affaires étrangères de l’UE, lundi 15 juillet, de désigner Téhéran en flagrant délit de violation du pacte nucléaire a mis en suspens le projet américain de sanctions supplémentaires. Federica Mogherini, responsable de la politique étrangère de l’UE, a déclaré après sa réunion que, les parties prenantes à l’accord sur le nucléaire iranien ne voyant pas les violations de Téhéran comme étant significatives, elles ont décidé, pour le moment, de ne pas déclencher le mécanisme de règlement des différends prévus dans le pacte, préférant plus de diplomatie pour atténuer la crise.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu a répliqué dans une courte séquence vidéo : «La réponse de l’Union européenne aux violations de l’Iran me rappelle l’apaisement de l’Europe dans les années trente. Ensuite, ils ont également préféré se plonger la tête dans le sable. Ils ne se réveilleront que lorsque les missiles nucléaires iraniens tomberont sur le sol européen. Mais alors il sera trop tard. » Netanyahu a poursuivi : « Nous continuerons en tout état de cause à faire le nécessaire pour empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire ».

Le message de Netanyahu s’adressait davantage à son public national qu’à Bruxelles. Lui aussi est conscient du fait que le président Trump à Washington et Hassan Rouhani à Téhéran sentent secrètement que se fraie le chemin vers des conditions propices à la reprise des négociations nucléaires américano-iraniennes. Les Européens gardent donc la main légère sur le bouton de pression.

Cette semaine, M. Rouhani a déclaré que son gouvernement prendrait part à la table des négociations “n’importe où, n’importe quand”, à condition que les Etats-Unis lèvent les sanctions économiques et annulent leur retrait du pacte nucléaire. L’administration Trump ne remplira bien sûr aucune de ces conditions, mais à un certain niveau, Washington et Téhéran sont, avec des hauts et des bas, dans des conditions difficiles pour que des négociations puissent commencer – principalement par le biais d’intermédiaires suisses, irakiens et omanais.

Nos sources notent également que Téhéran, pour sa part, prend des mesures pour désamorcer la tension avec Washington : les attaques sur les cibles pétrolières du Golfe ont été interrompues, de même que les frappes chiites pro-iraniennes contre des cibles diplomatiques et militaires américaines principalement en Irak. Une reprise de l’agression iranienne signifierait donc l’échec de la tentative de diplomatie en cours pour le lancement des négociations américano-iraniennes.

   ,  , 

EU calls Iran’s nuclear pact breaches “insignificant.” DEBKAfile: US & Iran testing ground for talks

5 COMMENTS

  1. TRUMP doit poursuivre sa politique intransigeante envers l’Iran .

    La faiblesse n’a pas de mise avec ces criminels et ces escrocs .

    L’UE replonge dans l’esprit de Munich en attendant d’être libérée par les GI .

    La mémoire n’est pas son fort .

  2. Pour l’ UE , il n’y a pas de violations ! ces ” violations” sont connues depuis toujours , et l’UE soumise , ne veut que la paix , elle est loin des missiles de l’IRAN , et les menaces envers ISRAEL ne la concerne pas !!

  3. L’UE est depuis le debut, alignée sur les positions iraniennes et ne veut à aucun prix que cette situation change, pour des motifs connus.
    Dès lors, que faut-il attendre de ces collabos capitulards ?
    Trump sait mieux que tous, qu’il est seul dans son bras de fer avec les mollahs, et malgré l’appui d’Israel, cela n’est pas suffisant.
    Les sanctions économiques avaient plongé l’Iran dans un coma profond qui allait l’emporter, sauf que le calamiteux Obama a permis au régime moribond de reprendre vie, de récupérer 150 milliards de dollars et de reprendre le terrorisme mondial et les guerres au Moyen Orient, avec une attention particulière envers Israel qui subit les principales attaques via la Syrie, le Hezbollah et le Hamas.
    L’UE a choisi son camp et on la voit mal soutenir Trump que çe soit dans les attaques contre les pétroliers qui utilisent le Détroit d’Ormuz, que dans le programme nucléaire iranien.
    Trump a-t-il vraiment besoin de l’UE pour prolonger en les durcissant les sanctions économiques qui ont prouvé leur efficacité ?
    Lorsque l’on voit l’état de fébrilité des dirigeants iraniens qui sentent qu’ils vont passer un mauvais moment et que leurs supporters de l’UE n’y peuvent rien, est une preuve supplémentaire du désarroî des mollahs qui sentent s’approcher d’eux, la crise financière qui va leur faire très mal…..

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.