Iran : l’influence planétaire du Jour d’Al Quds©

0
725

Les célébrations du Jour d’Al Quds mettent en relief l’influence mondiale de  Téhéran

Une horloge sponsorisée par le Régime indique les 8.411 jours qui devraient s’écouler avant la “destruction d’Israël” en reflétant la prétention de Khamenei se vantant du fait qu’ Israël devrait être détruit aux environs de 2040.

La République islamique d’Iran et ses alliés à l’étranger ont commémoré, vendredi 23 juin la Journée d’Al Quds (Jérusalem), un événement annuel organisé le dernier vendredi du Ramadan et instauré par l’Ayatollah Ruhollah Khomeiny, afin d’exprimer le soutien de l’Iran aux Palestiniens et son rejet viscéral de l’existence d’Israël. Le régime ne s’est jamais dérobé  devant la tâche de réitérer ses appels à la destruction d’Israël, au cours de cet événement annuel. Alors que la majorité du peuple, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Iran (dont les Arabes Sunnites) ne participe pas, les événements organisés à l’occasion du Jour d’Al Quds sur plusieurs continents mettent en lumière l’influence et la porté globale de la République Islkamique, par sa propagande insidieuse.

Des membres et partisans du Hezbollah libanais marquent le Jour d’Al Quds, le 23 juin.

Lors de ses déclarations pour la Journée d’Al Quds, le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah a souligné l’extension de “l’Axe de la résistance”d’Iran au Levant. Nasrallah, qui obéit aveuglément au Guide Suprême Ali Khamenei – a menacé en disant qu’une guerre entre Israël, le Liban et la Syrie  attirerait à elle des “milliers” de combattants d’Iran, d’Irak, d’Afghanistan, du Pakistan et du Yémen.

Or, les organismes de presse appartenant au régime iranien et contrôlés par les Gardiens de la Révolution ont ainsi omis jusqu’à présent de mentionner les références spécifiques faites par Nasrallah à ces pays et tout spécialement à l’Iran, probablement parce qu’ils cherchent à minimiser, à l’intention de leurs auditoires intérieurs, la perspective d’un très vaste contingent d’Iraniens déployés pour une nouvelle guerre. Le déploiement de l’armée iranienne en Syrie s’est avéré représenter une question litigieuse en politique intérieure, pour le régime iranien.

En paroles et en actes, la République Islamique cherche à amplifier son emprise sur le Levant, pour y projeter sa puissance et créer une profondeur stratégique. Elle appelle bruyamment à combattre et à détruire Israël. Par exemple, la milice irakienne Harakat al Nujaba, contrôlée par les Gardiens de la Révolution, a formé sa propreBrigade de Libération du Golan” en début d’année, en affichant ainsi clairement l’objectif de s’emparer les Hauteurs du Golan détenues par Israël.

Le régime iranien et le Hezbollah tentent de justifier leurs implications régionales sous le masque de la lutte contre Israël et le Sionisme et du soutien aux Palestiniens “opprimés”. Nasrallah prétend que leurs adversaires ont déclenché des guerres au Moyen-Orient dans le seul but de “prendre la nation palestinienne pour cible”,d’une manière ou d’une autre. Nasrallah accuse Israël de fournir son assistance militaire et en matière de renseignements à la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite au Yémen, où le Hezbollah et les Gardiens de la Révolution Iranienne soutiennent les rebelles Houthis. Nasrallah désigne le Yémen comme “une zone stratégique très importante, la plus importante puisque c’est là où se trouve le Détroit de Bab al Mandeb” [censé apporter le contrôle du 5ème du pétrole mondial à l’Iran et vassaliser les puissances pétrolières sunnites]

Depuis 1979, la République Islamique cherche à projeter d’elle l’image d’une solidarité indéfectible avec la Cause palestinienne et de son apposition radicale à l’existence même d’Israël, dans le but de faire appel au monde arabo-musulman dans sa globalité (cela bien que cela n’ait pas empêcher les premiers révolutionnaires de recevoir des armes de la part d’Israël au cours de la guerre Iran-Irak, dans les anées 1980).

Cette année, le régime iranien et le Hezbollah ont dénoncé l’Arabie Saoudite en l’accusant de “vendre” la cause palestinienne afin de normaliser ses relations avec Israël. La rhétorique anti-saoudienne suit une escalade, depuis ces dernières années, alors que les relations irano-saoudiennes se sont détériorées et que les relations saoudo-israéliennes s’améliorent par effet de vases communicants, à la lumière d’inquiétudes partagées quant aux activités régionales de la République Islamique.

Des défilés pour la Journée d’Al Quds se sont tenus en Asie, en Afrique, en Europe (Berlin et Londres), en Amerique Latine et en  Amérique du Nord

A travers plusieurs grandes villes en Irak, des personnalités vassales de Téhéran et des milicens des Forces de Mobilisation Populaire (PMU) ont mené des défilés appelant à la “Mort à l’Amérique” et à la “Mort à Israël”.

A Damas, en Syrie, des groupes comme le Fatah de Mahmoud Abbas et la Garde Nationale-Socialiste Arabe pro-Assad ont participé au pas de ‘loie à des marches du Jour d’al Qods.

Sayed Ahmad AKA Marcos Tenorio (à droite) avec l’Ambassadeur bolivien au Brésil et le  président de l’Institut de Palestine au Brésil, le 23 juin.

En Amérique Latine, des événements du Jour d’Al Quds ont eu lieu au Brésil, en Argentine, à El Salvador et au Venezuela (par ailleurs, au bord de la guerre civile. Parmi leurs participants on trouve des fraîchement convertis par l’entreprise de prosélytisme chiite, tel qu’un mollah chiite brésilien, qui menait le défilé à São Paolo. Lors d’un autre événement destiné à marquer la solidarité avec les Palestiniens, l’ambassadeur iranien au Brésil a rencontré l’ambassadeur bolivien au Brésil et un dirigeant local palestinien.

Le drapeau arc-en-ciel (second à partir de la droite) est connu comme étant le drapeau Wiphala et il est utilisé par des groupes indigènes locaux, à commencer par ceux de Bolivie. Beaucoup de ces groupes s’alignent à présent sur la vision des affaires mondiales selon la République Islamique. 

Des manifestant ont aussi défilé en Tanzanie et au Nigéria. Les autorités nigérianes se sont affrontées avec ces manifestants à Kudan. Un membre du mouvement Islamique nigérian a déclaré que la question palestinienne est absolument cruciale pour les Chiites nigérians et le Cheikh Ibrahim Zakzaky, le Chef du mouvement qui est en détention.

A Berlin et Londres, plusieurs centaines de personnes sous influence hypnotique iranienne ont participé aux défilés en agitant des drapeaux du Hezbollah, des portraits de Khomeiny et Khamenei et des affiches et panneaux portant des slogans [aussi stupides que] “Les Sionistes hors d’Israël”griffonnés sur eux. 

Times Square, New York City, 23 juin.

Plusieurs dizaines de militants pro-palestiniens ont marqué le Jour d’Al Quds à New York City et Toronto.

A Moscou, le Président du Conseil des Muftis de Russie, le Cheikh Ravil Gaynutdin a livré un  discours pour commémorer le Jour d’Al Quds. En début de semaine, l’Ambassadeur iranien en Russie a dévoilé la traduction de “Palestine” selon la perspective de l’Ayatollah Ali Khamenei, en russe pour Russia Today, l’organe de propagande et de Fake News de Vladimir Vladimirovitch Poutine. Ces événements n’auraient jamais pu avoir lieu sans l’approbation écrite et signées du Kremlin, c’est-à-dire Poutine en personne.

Dans l’écrasante majorité des cas, les missionnaires et les équipes des ambassades iraniennes, contrôlées par les services secrets de Téhéran ont aidé à l’organisation du Jour d’Al Quds, souvent en coopération avec les organisations missionnées par l’Iran et les “centres culturels” chiites. Téhéran utilise ces centres apparemment inoffensifs afin de faire avancer ses intérêts, ce qui se réalise en cultivant des liens avec des acteurs locaux, en gagnant des avant-postes dans ces pays, en endoctrinant les musulmans locaux sous le “label” de l’Islam vraiment révolutionnaire et en recrutant des agents de terrain, des cellules dormantes ou actives en matière de terrorisme et de trafics divers (forte présence du Hezbollah dans les cartels de la drogue, de Colombie au Mexique et au-delà).

Qods Day march in Berlin, Germany, June 23.

London, United Kingdon, June 15.

Pakistan, posted June 23. 

Dar al Salam, Tanzania, June 23. 

Kudan, Nigeria, June 23. 

São Paolo, Brazil, led by Brazilian-Shiite-convert Rodrigo Jalloul. 

Quds Day invitation in El Salvador organized by Iranian-linked, Shiite cultural center.

Damascus, Syria, June 23.  The t-shirts bear the emblem of the pro-Assad Arab Nationalist Guard. 

Damascus

Harakat al Nujaba organizing march in Baghdad, Iraq, June 23. 

Bahrain, June 23. 

Moscow grand mosque

L’Associée de recherche Michaela Frai acontribué à ce reportage. 

Mise à jour :  l’Information sur les manifestations du Jour d’Al Qods à New York City et Toronto a été ajoutée à 5h du matin, le 27 juin. 

Par  | 27 juin 2017 | amir@defenddemocracy.org | @AmirToumaj

Amir Toumaj is a Research Analyst at Foundation for Defense of Democracies.

Qods Day commemorations highlight Tehran’s global reach

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.