L’Iran et la Chine recherchent une coopération plus étroite – analyse

Téhéran et Pékin sont désormais des « partenaires stratégiques ». La Chine accroît sa présence dans le golfe Persique.

Dans une déclaration qui semble destinée aux États-Unis et à l’Occident, la Chine et l’Iran ont convenu de renforcer « la coopération dans la lutte contre le terrorisme » et la sécurité, selon les médias des deux pays. Cela s’est produit lors d’une rencontre entre le conseiller d’État chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue iranien Hossein Amir Abdollahian à Tunxi, en Chine.

Selon CGTN, l’organisation médiatique d’État chinoise, « les deux pays doivent rester très vigilants contre le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM) et les autres forces terroristes et extrémistes qui profitent de la situation en Afghanistan pour semer le chaos », a déclaré Wang.

Cela signifie que la Chine veut que l’Iran se concentre sur l’Est et cela signifie une coopération potentielle face aux problèmes d’Asie centrale et d’Afghanistan. L’ironie de la Chine et de l’Iran travaillant sur le « contre-terrorisme » est que les États-Unis ont accusé le CGRI iranien d’être un groupe terroriste et que les États-Unis accusent la Chine de génocide dans son traitement des Ouïghours et d’autres groupes majoritairement musulmans.

La Chine dit qu’elle s’est engagée à resserrer ses liens avec l’Iran, un engagement qui est lié à un nouvel accord de 25 ans sur lequel les pays se sont concentrés. Cela pourrait avoir de vastes ramifications car cela apportera de l’argent à l’économie iranienne et augmentera potentiellement les investissements dans les infrastructures de l’Iran. Cela pourrait également conduire l’Iran à se concentrer davantage sur ses programmes de défense technologique, tels que les missiles et les drones qui menacent Israël et la région.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Abdollahian aurait déclaré que « l’Iran est disposé à étendre la coopération pétrolière et gazière avec la Chine, à être un partenaire énergétique fiable de la Chine et à renforcer la connectivité, la coopération trilatérale et les échanges éducatifs avec la Chine ». CGTN indique que la Chine et l’Iran « ont également échangé des vues sur la reprise des négociations sur la mise en œuvre du Plan d’action global conjoint ». Cela signifie que la Chine pourrait se joindre à la Russie pour soutenir l’Iran dans ses pourparlers avec l’Occident, ce qui pourrait avoir des ramifications pour l’Iran développant des armes nucléaires ou faisant chanter l’Occident en utilisant une menace pour développer les armes.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue iranien Ebrahim Raisi sont assis aux extrémités opposées de la longue table du Kremlin en janvier.  (crédit : SPOUTNIK/REUTERS)Le président russe Vladimir Poutine et son homologue iranien Ebrahim Raisi sont assis aux extrémités opposées de la longue table du Kremlin en janvier. (crédit:SPOUTNIK/REUTERS)

 

Le journal iranien Tasnim News a également souligné la visite en Chine. Selon l’article, les réunions se sont concentrées sur le développement de la coopération économique. L’Iran veut envoyer plus d’étudiants en Chine pour étudier. Cela fait partie d’un grand pivot du régime iranien pour se concentrer sur l’est, en particulier sur la Chine. L’Iran a déclaré que les sanctions des États-Unis et de l’Occident étaient illégales et que la Chine, la Russie et l’Iran pourraient désormais concentrer leurs efforts sur le contournement des sanctions, car la Russie est également touchée.

Tasnim note que « au cours de la réunion, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a transmis les chaleureuses salutations du président chinois au président iranien, a remercié la partie iranienne pour sa participation au troisième sommet des voisins de l’Afghanistan et pour l’étroite coopération et consultation entre les deux parties. pour mettre en œuvre le document de 25 ans.

Les deux parties ont également échangé des points de vue sur les derniers développements liés aux pourparlers de Vienne et ont souligné la nécessité de faire face aux sanctions unilatérales et illégitimes contre certains pays occidentaux, ont indiqué les médias iraniens.

Selon un communiqué de son ministère, Mohammad Javad Zarif a qualifié samedi la Chine d’“amie des jours difficiles” et a déclaré à Wang Yi : “Nous remercions la Chine pour ses positions et actions appréciables en ces temps de sanctions cruelles contre l’Iran”.

L’alliance Pékin-Téhéran représente, selon les mots de Bloomberg, “un défi” pour l’administration du président américain Joe Biden, qui s’efforce de rallier des pays amis contre la Chine, qualifiée par le secrétaire d’État Antony Blinken de “plus important test géopolitique” de ce siècle. D’autant plus que ce pacte intervient alors que les efforts visant à relancer l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien sont au point mort.

L’intégration plus étroite de l’Iran avec la Chine pourrait aider à consolider son économie contre l’impact des sanctions américaines, tout en envoyant un signal clair à l’administration Biden sur les intentions de Téhéran.”

Le Financial Times relève que la Chine est devenue “une bouée de sauvetage” pour l’Iran face aux sanctions économiques décidées par Washington. Le géant asiatique a été premier partenaire commercial la République islamique au cours de la dernière décennie, “en partie en raison des sanctions américaines, qui ont contribué à mettre fin au rôle prépondérant de l’Allemagne pendant trente ans”. Et le demeure aujourd’hui, malgré la baisse des importations de pétrole iranien après que Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire que Téhéran avait signé avec les grandes puissances, dont la Chine.

Au cours de la dernière année iranienne, qui s’est achevée le 20 mars, les exportations iraniennes vers la Chine ont atteint 8,9 milliards de dollars et les importations en provenance de Chine se sont élevées à 9,7 milliards de dollars, selon les douanes.

Jforum avec jpost.com et www.courrierinternational.com

(LR) Le dirigeant chinois Xi Jinping et son entourage rencontrent Ali Khamenei, le guide suprême de l'Iran, le 23 janvier 2020 (crédit photo : KHAMENEI.IR)(LR) Le dirigeant chinois Xi Jinping et son entourage rencontrent Ali Khamenei, le guide suprême de l’Iran, le 23 janvier 2020 (crédit photo : KHAMENEI.IR)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.