Internationalisation de Gaza sous l’égide des Etats-Unis

Freddy Eytan

Au moment où le Secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, entame une tournée diplomatique dans la région, nous devrions non seulement assurer l’application de la trêve mais réfléchir aussi à des solutions pragmatiques. Un règlement pacifique est bien entendu un intérêt stratégique d’Israël. Toutefois, il est essentiel d’insister sur le fait qu’aucune solution du problème palestinien ne se réalisera sans la démilitarisation de la bande de Gaza.

La communauté internationale a le devoir d’agir avec fermeté pour mettre un terme définitif à la terreur et à la barbarie du Hamas, mais parallèlement, elle devra éprouver une grande générosité à l’égard des deux millions de palestiniens vivant à Gaza dans la désolation et la misère.

Sans issue politique dans le cadre de pourparlers entre les parties concernées, comment donc écarter un conflit armé et trouver une solution humanitaire et économique dans la bande de Gaza ? Jusqu’à quand la bande de Gaza sera un territoire voué au malheur et à la damnation ?

Depuis 1967, Israéliens et Palestiniens n’arrivent pas à trouver de solution adéquate. En 1977, le président Sadate avait rejeté l’offre de Menahem Begin et n’a pas voulu récupérer le territoire administré par l’Egypte durant plus de 20 ans.

Depuis 2007, le Hamas domine la bande de Gaza mais n’est plus capable devant une démographie galopante et incontrôlable de gérer lui seul une population plongée dans un désespoir permanent.

Antony Blinken à Tel Aviv, le 25.05.21 (Shlomi Amsalem/ministère des Affaires étrangères)

Si le Fatah de Mahmoud Abbas et avec lui tout le monde arabo-musulman ne sont pas capables de chasser le Hamas, démilitariser ce territoire et gérer les affaires, la communauté internationale devra prendre la relève et décider de la marche à suivre pour l’avenir de Gaza.

Jusqu’à ce jour, aucun pays arabe n’a osé vraiment intervenir directement dans ce bourbier. La communauté internationale et l’ONU protestent contre les raids israéliens et contre la « disproportion de la riposte », mais n’intervient pas pour désarmer les terroristes de la bande de Gaza et démilitariser ce maudit territoire.

Suite aux différents échecs diplomatiques et aux tentatives de réconciliation entre les Frères ennemis palestiniens, il est temps de changer de cap et de réfléchir à un nouveau paradigme principalement soutenu par une tierce partie, un acteur extérieur ayant un rôle d’influence direct et décisif sur le peuple palestinien.

U.S. Embassy Tel Aviv

L’incapacité persistante à résoudre la crise à Gaza constitue une bombe à retardement, non seulement pour Israël mais aussi pour tous les autres acteurs de la région.

Comment donc améliorer la situation économique à Gaza sans renforcer les capacités militaires du Hamas ? Comment faire pour que les autorités de Gaza empêchent le détournement des ressources à des fins militaires, à la fabrication de roquettes et explosifs et au creusement de tunnels ? Comment écarter le rôle d’influence de l’Iran et ses satellites et l’acheminement d’armement dans la bande de Gaza ?

Avec l’aide de l’Union européenne, les Emirats du golfe et les Etats-Unis, seule l’Egypte est capable de relever le défi.

La première mission est de former sous l’égide des Etats-Unis une force d’intervention internationale pour chasser les chefs de la branche militaire du Hamas et démilitariser tout le territoire. Rappelons que l’Egypte partage une frontière ouverte avec la bande de Gaza. Le président égyptien Sissi est aussi un farouche opposant aux Frères musulmans. Il combat jusqu’à ce jour contre toute présence de milices islamistes dans le Sinaï.

Après avoir assuré la sécurité à Gaza, investir dans la construction et le développement d’une série d’initiatives et de grands projets d’infrastructures pour le tourisme et l’économie dans le nord du Sinaï, en mettant l’accent sur la région d’El Arish. La situation économique dans la bande de Gaza sera également améliorée car les Gazaouis y trouveront aussi du travail dans les travaux de chantiers et dans le tourisme.

Parmi les projets :

  • Un port maritime et un aéroport international dont l’Egypte sera responsable de la sécurité des passagers et des marchandises.
  • Une centrale électrique indépendante. Jusqu’à ce jour, Israël est le principal fournisseur de fuel et d’électricité aux gazaouis.
  • Installation d’usine de dessalement d’eau pour fournir suffisamment d’eau potable.
  • Construction de nouvelles écoles et de nouveaux centres hospitaliers.

Tous les projets de développement économique et touristique seraient mis en œuvre sous la responsabilité et le contrôle du gouvernement égyptien en coordination étroite avec les Etats-Unis, l’Union européenne et l’ONU.

Ainsi, grâce à des initiatives concrètes on pourra améliorer concrètement la vie quotidienne des Gazaouis, tout en évitant la reprise des hostilités.

La nouvelle stratégie israélienne mettra un terme définitif à cette situation intenable qui se déroule à une cinquantaine de kilomètres seulement de Tel-Aviv. Elle améliora la position israélienne au sein de la communauté internationale et profitera à notre économie.

Certes, nous sommes conscients des grandes difficultés en cours et du refus catégorique du Hamas à toute initiative pacifique et constructive.

Toutefois, la communauté internationale avec en tête les Etats-Unis, possède les moyens militaires, diplomatiques et financiers pour pouvoir mettre un terme à la terreur et au chantage du Hamas. Pour l’heure, il n’existe pas d’autre alternative pour assurer la sécurité absolue de la population israélienne.

Par le 25/5/21 jcpa-lecape.org

7 Commentaires

  1. Il faut se rendre à l’évidence, les arabes qui se trouvent actuellement sur la terre d’Israël y compris Gaza ne veulent pas d’Etat, car ils auraient pu l’avoir facilement depuis longtemps, ce qu’ils veulent est tout simplement exterminer le peuple Juif. Et ils le prouvent à chaque instant.

  2. Encore un rêve bisounours…
    « En 1977, le président Sadate, {archi conscient qu’il installait un virus} avait rejeté l’offre de Menahem Begin (Gaza) et n’avait donc pas voulu récupérer {ben voyons} le territoire » administré » _ stockage de réfugiés depuis l’indépendance d’Ysraël _par l’Egypte durant plus de 19 ans. »
    Déjà les seigneurs de la guerre, bouffis de gloire et d’orgueil après les 6 jours, puis la meurtrière guerre du Kippour, pourtant anticipable, avaient concédé les clefs de Jérusalem et de la Judée-Samarie, et ne voyaient pas comment ce dépôt de réfugiés, interdit de tout, même de se faire un potager à ciel ouvert, alloué par Unwra, pouvait contrarier la « puissance formidable israélienne victorieuse… »
    Nous nous étions fait enfler des Arabes des deux côtés, qui préparaient déjà l’intifada, alors que, deja, nous avions « nos » propres Arabes, désormais israeliens.
    Et ce cher « berger », Sadate, était venu « s’humilier » comme chantait Rico, et la gauche applaudissait… Tandis que Mitterrand nous caressait au Trocadero, pour Yom Atchoum, et que Michel Jonas bouzillait Jérusalem ville d’or en phonétique, accompagné de danseurs classiques !
    On était fou.
    Comme des Rêveurs…
    Et quand nous nous sommes retrouvés devant Oslo, et Rabin poussé par la gauche folle, puis Olmert, le pire était à venir, couronné par Un Sharon inversé, soudainement !
    Il n’y a, ni n’ y aura PAS de solution Tranquille, avec des gens qui n’ont comme but que de nous liquider, du Jourdain jusqu’à la mer.
    Plus grave, les Arabes Israëliens sont désormais une véritable 5 ème colonne.
    Alors ?
    S’envoler sur Mars ?
    Ou… Pepier très fort, vers le Seigneur, et Lui confier, enfin, le dossier.?
    La seconde proposition semble plus rationnelle…

  3. Ces soi-disant « palestiniens » sont l’antithèse d’Israël. Ils ont été inventés comme prétexte pour l’empêcher de vivre, de prospérer et de se développer. Ce but est partagé par beaucoup de pays et de gens qui les soutiennent et surtout les financent et les sauvent, sous prétexte d’humanité, lorsqu’ils sont au bord du gouffre. Tous les coups sont permis. Leur raison de vivre, et cela leur rapporte beaucoup d’argent, est la « destruction » d’Israël. Il n’y a pas de vrai accord possible avec eux et surtout pas en leur cédant une partie du Pays. Il faut renforcer Israël à tous les niveaux : foi, militaire, économique, diplomatique, judiciaire, démographique. La solution viendra alors d’elle-même. Israël a beaucoup avancé depuis l’indépendance avec toutes les entraves possibles et inimaginables.

  4. Si vis pacem para bellum.
    L’urgence, c’est de porter à 100% les capacités de Dôme de Fer à intercepter les roquettes gazaouies.
    Renforcer l’économie gazaouie sans renforcer leur potentiel militaire ?
    Regardez la Chine, qui devient de plus en plus agressive..

    • Il serait plus que temps (c’est peut-etre en cours d’ailleurs) de penser à l’après dome de fer, pour un système moins couteux (et oui, tout a un prix, meme ce qui n’en a pas) tout en étant autant sinon plus efficace. Je fais confiance aux Israeliens pour y arriver.

  5. Une idee tres interessante, avec deux questions majeures, au moins. Sous la direction de Sissi, l’Egypte ne peut qu’etre interessee au developpement d’un nouveau Proche-Orient, pacifie et createur de vie bien meilleure: mais qu’en serait-il si des fanatiques (ils forment une bonne proportion de la population) prenaient le pouvoir ? Quant a l’Europe: si certains pays peuvent sincerement collaborer avec des projets pour la paix, quelle idee de meler a un tel developpement des pays comme la France, l’Espagne, l’Irlande et d’autres, dont les seules motivations dans cette region semblent etre la volonte d’affaiblir Israel ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.