Hezbollah : le programme de missiles de précision a ralenti

1
1406

Le projet intensif de mise à jour de la précision des missiles du Hezbollah a ralenti. 250 mises à niveau sur 14 000

Le programme iranien pour le Hezbollah, visant à convertir 14 000 Zelzal 2 à moyenne portée en missiles à guidage de précision est en difficulté. Mais 250 représentent toujours une menace.

Le vendredi 15 février, le réseau Al Mayadin du Hezbollah a publié un extrait vidéo inattendu, illustrant un incident survenu il y a quatre ans. Ses forces ont tiré le 28 janvier 2015 sur une patrouille frontalière de Tsahal, tuant deux soldats israéliens et blessant sept autres. Selon des sources militaires de DEBKAfile, cette publication survient quelques heures à peine après que la 401 e brigade blindée de l’armée israélienne a achevé un exercice de soutien de l’armée de l’air centré sur la réplique à une invasion du Hezbollah et la poursuite des membres du commando au Liban.

Le groupe terroriste libanais a découvert trois révélations glaçantes dans cet exercice et s’est donc inspiré d’un événement passé pour mener de nouvelles provocations. L’exercice israélien comportait une unité blindée d’élite ; il utilisait le char de combat principal de l’armée, le Merkava Mark 4 (M4) “Windbreaker” (brise-vent), qui possède une forte capacité de défense antimissile et est souvent considéré comme le meilleur char du monde ; et, enfin, l’exercice s’est achevé lorsque l’armée israélienne a poursuivi l’ennemi au Liban en traversant la frontière. Ces éléments ont révélé au Hezbollah que l’ère de l’ancien chef d’état-major de l’armée israélienne, Gady Eisenkot, était révolue et que son successeur, le lieutenant général Aviv Kochavi, envisageait de manière réaliste d’envoyer une unité de combat israélienne d’élite au Liban et de mener la bataille de l’autre côté de la frontière lors d’un futur conflit.

Le public israélien en sait très peu à ce sujet. Le 6 décembre 2018, Binyamin Netanyahu, qui remplit les fonctions de Premier ministre et de ministre de la Défense, a déclaré : “Cette organisation terroriste avait prévu de se munir de milliers de roquettes [de précision], mais pour l’instant, elle n’a engrangé que quelques points.” Le major général Tamir Hayman, chef des renseignements militaires (AMAN), a déclaré ce qui suit: « Le Hezbollah n’a pas la capacité industrielle de conversions de ses missiles avec guidage de précision».

Ni l’un ni l’autre n’ont répondu aux questions clés : «Le Hezbollah a-t-il acquis des missiles de précision ou pas? Et si oui, combien?

DEBKAfile offre des réponses à partir de ses propres sources et des sources militaires et de renseignement occidentales. On estime que le Hezbollah a mis à niveau 90 à 250 missiles à moyenne portée pour des frappes de haute précision. Cela ne suffit pas pour mener la guerre à grande échelle par des tirs de missiles contre Israël,telle que programmée par l’Iran et le Hezbollah. En supposant que le Hezbollah ne parvienne pas à lancer 10% de ce nombre (pour les autres armées, 4% est la norme), et que l’armée de l’air israélienne pilonne certains de ses lanceurs mobiles, «seulement» 50 sur 250 environ atterriront dans leur rayon d’action prévu et atteindront leurs cibles. Même dans ce cas, les retombées de ces frappes seraient effrayantes, étant donné que le cœur du pays d’Israël est densément peuplé.

L’Iran et le Hezbollah ont donc décidé de limiter le programme de mise à niveau aux 14 000 missiles de moyenne portée Zelzal-2 contenus dans l’arsenal du Hezbollah. Mais cet objectif aussi a rencontré des obstacles majeurs. Ils avaient besoin de construire des usines pour découper une section du missile de 16 mètres de long afin de permettre de transplanter un équipement de commande et de navigation GPS et un système de contrôle, tout en attachant de petites ailettes au corps du missile pour pouvoir changer de direction après le lancement. Ce processus transforme le Zelzal 2 en un Fatteh110 virtuel, d’une portée de 300 km.

Ces composants sont fabriqués dans des usines iraniennes sous la supervision de l’Université Imam Hussein de Téhéran. Tous les efforts sont faits pour les faire passer au Hezbollah par voie aérienne, maritime ou par les camions qui se rendent entre le Liban, l’Irak et l’Iran. On estime que, bien que l’Iran ait produit 4 000 de ces composants, pas plus de 500 à 1 000 d’entre eux sont parvenus aux entrepôts du Hezbollah au Liban ; le reste a été détruit par les opérations aériennes et secrètes israéliennes frappant la Syrie et le Liban.

Une autre difficulté à laquelle est confronté le projet est la nécessité de disposer de grandes salles pour abriter les missiles et leurs unités de ré-assemblage. Cependant, dès que certaines de ces usines ont commencé à fonctionner en Syrie et au Liban, elles ont été rasées par les attaques israéliennes. D’autres restent vides après que les équipements et les composants ont été détruits par Israël en route depuis l’Iran. C’est ce à quoi le général Hayman faisait allusion en affirmant que le Hezbollah n’avait pas la capacité industrielle de convertir ses missiles en armes à guidage de précision.

Le Hezbollah a eu recours à de petits ateliers dispersés pour compléter ce processus, au détriment de la production et de la qualité du produit. Les estimations de coûts sont également pertinentes. La conversion d’une fusée coûte environ 10.000 $ pièce. L’ensemble du projet de modernisation de Zelzal défini par le Hezbollah nécessiterait un total de 140 millions de dollars.

   ,  ,  ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Hizballah’s missile precision crash project slowed. 250 upgraded out of 14,000

1 COMMENT

  1. Esperons que tsahal ne prendra plus de gants pour riposter, eperons aussi que Gantz ne sera pas premier ministre, car on a vu comment il bridait l’aviation dans le conflit avec Gaza

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.