Greffe de veine vivante: Une première en Israël

0
603

Avi Yavetz, à gauche, a reçu une veine de son fils Snir, à droite, au centre médical de l’Université Hadassah à Jérusalem, lors de la toute première greffe de veine vivante. Photo: courtoisie

Un chirurgien du centre médical de l’Université Hadassah à Jérusalem procède à une greffe de veine sans précédent afin de sauver la vie d’un Israélien de 60 ans, Avi Yavetz.

Vous avez entendu parler de greffes de cœur, de greffes de rein et de greffes de moelle osseuse. Aujourd’hui, les médecins du centre médical de l’Université Hadassah à Jérusalem ont ajouté un nouveau type: la greffe de veine. Et cela a sauvé la vie de l’Israélien Avi Yavetz, âgé de 60 ans.

Yavetz souffre d’une maladie vasculaire périphérique (PVD), un trouble de la circulation sanguine qui provoque le rétrécissement et l’obstruction des vaisseaux sanguins à l’extérieur du cœur. Dans l’une de ses jambes, les veines et les artères étaient obstruées et le sang ne coulait pas. Une amputation était une quasi-certitude – un événement malheureusement trop fréquent chez les patients souffrant de PVD.

Yavetz avait une artère et des veines à l’intérieur de la jambe qui pourraient rétablir le flux sanguin. Mais il lui manquait une veine assez grande pour relier l’artère aux plus petites veines; à cause de ses chirurgies passées pour son PVD, aucune de ses veines n’était en assez bon état.

Et si un membre de sa famille pouvait faire un don de veine? C’est la “folle idée” qui a été transmise au professeur Ron Carmeli, chef du service de chirurgie vasculaire à Hadassah.

Les quatre enfants de Yavetz ont rapidement proposé de fournir une veine à leur père. Carmeli a ensuite retiré une longue veine allant de l’aine de Snir Yavetz, âgée de 27 ans, à son pied, avant de l’implanter chirurgicalement dans l’aîné Yavetz.

Snir, à gauche, et son père, Avi Yavetz, ont participé à la toute première greffe de veine vivante. Photo: courtoisie

La greffe de veine a déjà été pratiquée auparavant, mais uniquement à partir d’un cadavre. “Un don d’une personne vivante – et d’un autre membre de la famille dans notre cas – est le premier du genre”, a déclaré Carmeli.

Deux semaines plus tard, la veine fonctionne et la jambe de Yavetz “est à l’abri de l’amputation”, a déclaré Carmeli.

Yavetz n’est pas complètement sorti du bois. «Le traitement de ce patient est identique à celui de chaque patient transplanté, à l’instar de celui qui a subi une transplantation du foie et du rein», souligne Carmeli. Yavetz devra prendre des médicaments pour prévenir le rejet du nouvel organe et faire l’objet d’une surveillance étroite.

Mais si les résultats restent bons, Carmeli est optimiste. “Je suis sûr que cette avancée en sauvera beaucoup d’autres à l’avenir.”

www.israel21c.org

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.