Les Opérations Conjointes de Tsahal en Action lors de la Contre-Invasion de Gaza

Alors que l’armée israélienne, Tsahal, poursuit son engagement à Gaza, l’unité d’opérations spéciales conjointes au sein de l’armée de l’air se démarque par ses performances exceptionnelles. Cette unité a mené plus de 10 000 frappes aériennes tout au long de l’opération, marquant un niveau sans précédent de coordination entre les forces aériennes et terrestres.

Ce groupe unique est spécialement formé pour travailler en collaboration directe avec les forces terrestres, une approche novatrice qui a changé la donne dans la conduite des opérations militaires. Alors que la coordination entre les forces aériennes et terrestres était historiquement un défi, cette unité a réussi à élever cette collaboration à de nouveaux sommets.

Dans le passé, la coordination en temps réel entre les forces aériennes et les troupes au sol, en particulier dans des zones urbaines denses, était limitée en raison de préoccupations liées aux dommages collatéraux. Cependant, l’unité d’opérations spéciales conjointes de Tsahal a surmonté ces obstacles en combinant un entraînement intensif avec les forces terrestres avant le conflit et en utilisant des munitions de précision avancées.

Cette approche a permis à l’unité, composée initialement d’hélicoptères mais évoluant avec le temps pour inclure des drones et d’autres types d’aéronefs, de frapper avec une précision précise à moins de 150 mètres des forces terrestres de Tsahal. Le résultat est une capacité à neutraliser les menaces ennemies tout en minimisant les risques pour les civils et les forces israéliennes.

Des récits de sauvetages réalisés par cette unité spéciale témoignent de son impact sur le terrain. Dans un cas, le bataillon 551 de Tsahal était piégé par les forces du Hamas à Beit Hanoun, au nord de Gaza. Malgré les tentatives infructueuses de l’infanterie de Tsahal pour s’approcher des positions ennemies, l’unité spéciale est intervenue, éliminant la menace.

Une autre situation critique s’est produite à Jabaliya, où l’unité 401 était embusquée par un piège complexe du Hamas. Les forces israéliennes étaient piégées, avec des soldats blessés, et l’évacuation était incertaine. En une heure, l’unité spéciale a attaqué le Hamas à plusieurs reprises, mettant fin à l’embuscade et évacuant les soldats blessés en toute sécurité.

Ces tactiques éprouvées dans le nord de Gaza suscitent des questions sur leur applicabilité dans le sud, où la densité urbaine est encore plus prononcée. Un haut responsable de Tsahal affirme que les mêmes tactiques, affinées au fil d’années d’entraînement et d’exercices communs, sont prêtes à relever les défis actuels, soulignant l’importance cruciale de la coordination interarmées dans la réussite des opérations de Tsahal à Gaza. Le lieutenant-général Herzi Halevi, chef d’état-major de Tsahal, souligne que la victoire à Gaza dépend en grande partie de cette collaboration harmonieuse entre les différentes branches de l’armée israélienne.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
hervé

Mal brunot, qui semble être mal dans sa peau depuis qu’il a été otage du hezb. au liban (Dieu sait qu’est-ce que les terroristes lui ont injecté) a du mal à camoufler sa détestation d’Israël, est-il anti Juif? Pourtant d’après le Pasteur Martin Luther King, qui est anti Sioniste est sans aucun doute anti Sémite.

Damran

Ce qu’il y de formidable avec tous les zexperts qui squattent les plateaux de télé, c’est qu’ils ne comprennent rien à la situation de Gaza, et encore moins aux stratégies de combat de Tsahal, c’est trop compliqué pour eux.
Leurs commentaires sont toujours dirigés contre Bibi qui n’aurait pas de plan pour l’après-guerre, mais qui est systématiquement accusé de mener Israël à la débâcle.
A l’époque, un reporter était qualifié de reporter, aujourd’hui, il a gagné des galons et il est nommé grand reporter pour des raisons qui nous échappent.
Parmi ces zexperts en courants d’air, il y a l’inénarrable Georges Malbrunot qui a du mal à cacher sa détestation d’Israël et qui raconte des inepties indignes d’un prétendu grand reporter.
Comment ne pas citer Bernard Guetta que la gardienne de notre immeuble pourrait remettre à sa place tant il est complètement à la masse.
Dommage que ces zexperts ne soient pas plus souvent confrontés à l’excellent Olivier Rafovitz qui pourrait les remettre à leur place en quelques phrases….