PARIS (France), 1 juin 2010 (AFP)

L’Union européenne doit se charger de l’enquête internationale sur l’intervention israélienne contre une flottille chargée d’aide humanitaire à Gaza et « participer à la sécurisation » de son port pour permettre son ouverture, a suggéré mardi un ministre français. Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Pierre Lellouche, interrogé par la chaîne de télévision LCI, a rappelé que « l’ONU demande une commission d’enquête internationale » après l’opération commando de lundi contre la flottille pro-palestinienne qui a fait au moins neuf morts.

« Les Européens pourraient en prendre la responsabilité. Je pense que la France devrait soutenir quelque chose de ce genre, il faut voir avec l’ONU comment coordonner cette action », a-t-il dit. S’exprimant par la suite à la tribune de l’Assemblée nationale, M. Lellouche a jugé aussi « le moment venu pour l’UE de jouer tout son rôle et pas seulement celui de bailleur de fonds ».

« L’Europe pourrait prendre toute sa place dans la sécurisation des installations portuaires » de Gaza afin de permettre une levée du blocus israélien « qui n’est pas tenable », a-t-il proposé. Pour M. Lellouche, « l’UE ne manque pas de moyens pour peser sur le règlement » du conflit israélo-palestinien »: elle représente « la moitié du total de l’aide internationale au peuple palestinien » et « est liée par un accord d’association avec Israël dont l’approfondissement » est conditionné à la reprise du processus de négociations. Sur le plan politique, l’UE travaille –avec la contribution de la France– « au règlement final de Jérusalem capitale des deux Etats, au mécanisme de compensation pour les réfugiés ainsi qu’à la force d’interposition à laquelle l’Europe doit être amenée à participer » en cas de règlement de paix », a-t-il rappelé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.