Gantz n’a pu tenir sa promesse

0
693

Gantz n’a pas pu tenir sa promesse d’être le prochain Premier ministre. Netanyahu en tête du bloc majoritaire

“Je serai le premier ministre de tous et de chacun”, a promis le dirigeant bleu-blanc Benny Gantz dans son discours de victoire après avoir provisoirement dominé le Likoud de Binyamin Netanyahu avec 37 sièges sur 36 ou 33, ainsi que le prédisait les sondages à la sortie de deux chaînes de télévision. L’enthousiasme de Gantz et de ses disciples était prématuré. Un décompte de 20% de suffrages juste après minuit a donné au Likoud 34 sièges sur les 30 de Bleu et Blanc, alors que le total de 97% enregistré mercredi a enregistré une égalité de 35.

Bien que le Likoud et les Bleus-Blanc puissent, s’ils unissent leurs forces, commander une confortable majorité des 120 membres de la Knesset – ce serait un événement marquant de l’histoire politique d’Israël – la réalité est pour l’instant que le bloc du centre-droit contrôlé par Netanyahu rassemble 8 à 10 sièges de plus que les partis de centre-gauche désireux et capables de soutenir la candidature de Gantz au poste de Premier ministre.

Les quatre dirigeants de Bleu et Blanc, Benny Gantz, Yair Lapid, Moshe Ya’alon et Gaby Ashkenazi, ont réussi un exploit en créant un nouveau parti politique en trois mois et en faisant campagne avec suffisamment de succès pour remporter plus d’un million de voix. Dans le même temps, l’opposant qu’ils juraient de détruire affrontait la campagne, boitant fortement sous le fardeau de trois accusations de corruption menaçant au-dessus de sa tête. Pourtant, Binyamin Netanyahu, grâce à un flair politique exceptionnel, a en fait amélioré la note du Likoud, passée de 27 à 30, et les voix se sont multipliées au fur et à mesure que le scrutin réel était pris en compte. Son discours de victoire après celui de Gantz a été accueilli avec des applaudissements hystériques, en particulier lorsqu’il a félicité les nouveaux députés du Likoud.

Benny Gantz, pour pouvoir le battre pour le poste de Premier ministre, devrait faire beaucoup de braconnage dans le camp de droite pour gagner une coalition majoritaire. Il aurait eu besoin de détourner des fidèles de Netanyahu, tels que l’ancien ministre des Finances, Moshe Kahlon, l’ancien ministre de la Défense, Avigdor Lieberman et au moins un parti ultra-religieux. Cependant, Bleu-Blanc a échoué dans sa campagne électorale visant à vaincre la «droite douce» qui finit par rester fidèle au Likoud et à obtenir l’essentiel de son soutien en cannibalisant pratiquement le parti des vétérans du parti travailliste, qui avait déjà été réduit de moitié.

Netanyahu, pour sa part, ne doit pas perdre de temps, avant de mettre en place un gouvernement de coalition stable, composé de partis de droite et de partis religieux – une tâche ardue, tout en se préparant à se défendre lors d’une audience devant le procureur général prévue pour juillet, dans l’espoir de se dégager des affaires en suspend contre lui. Trois partis religieux ont annoncé mardi soir qu’ils étaient sans réserve derrière lui ; Kahlon et Lieberman, qui espère récupérer le portefeuille de la défense, seront également aux côtés de Netanyahu lorsqu’il établira son cinquième gouvernement de coalition.

   ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Gantz can’t deliver on his promise to be next prime minister. Netanyahu leads majority bloc

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.