Conflit Diplomatique entre les Ministres Israéliens sur les Relations avec la France

Les relations diplomatiques entre Israël et la France sont récemment devenues le théâtre d’une vive confrontation entre deux ministres israéliens de premier plan, révélant des divergences marquées au sein du gouvernement. Yoav Gallant, ministre de la Défense, et Israel Katz, ministre des Affaires étrangères, se sont publiquement opposés sur la question du rôle de la France dans la gestion des tensions entre Israël et le Hezbollah.

Le premier acte de cette confrontation a été déclenché par Yoav Gallant, qui a ouvertement critiqué la France sur les réseaux sociaux, l’accusant de mener une « politique hostile envers Israël » et de minimiser les atrocités commises par le Hamas lors de l’attaque du 7 octobre dans le sud du pays. Il a ainsi rejeté catégoriquement la proposition d’Emmanuel Macron, formulée en marge du G7 en Italie, de créer un triumvirat composé des États-Unis, de la France et d’Israël, chargé d’élaborer une feuille de route pour désamorcer les tensions avec le Hezbollah. Selon Gallant, seuls les États-Unis sont légitimes pour discuter des questions de sécurité israéliennes au Liban.

Quelques heures après cette déclaration incendiaire, Israel Katz a publiquement désapprouvé son collègue. Dans un communiqué, il a salué l’aide militaire de la France, rappelant son soutien lors de l’attaque des 350 missiles et drones iraniens en avril, ainsi que les sanctions françaises contre le Hamas et l’Iran. Katz a également souligné les efforts français dans la lutte contre l’antisémitisme et la protection de la communauté juive. Ce contre-feu diplomatique visait à souligner l’importance de la France comme allié stratégique d’Israël.

Pour de nombreux observateurs, l’origine de cette discorde réside dans une décision récente du ministère français de la Défense, qui a interdit la participation de 74 entreprises israéliennes à l’exposition d’armement Eurosatory, en raison de soupçons de crimes de guerre dans la bande de Gaza. Cette interdiction a provoqué la colère des industriels israéliens du secteur de la défense, qui voyaient dans cet événement une opportunité majeure pour promouvoir leurs systèmes de défense, particulièrement en pleine expansion du marché des armes, exacerbée par la guerre en Ukraine et les tensions au Moyen-Orient.

Pour aggraver la situation, un tribunal de Bobigny, saisi par des organisations pro-palestiniennes, a interdit l’accès à l’exposition à tout représentant de firmes israéliennes ou à toute personne liée à ces entreprises. Cette décision a été perçue comme une mesure supplémentaire pour marginaliser les acteurs israéliens dans le domaine de l’armement.

En conclusion, cette confrontation entre Gallant et Katz révèle non seulement les tensions internes au sein du gouvernement israélien mais aussi les défis diplomatiques posés par les relations avec la France. Tandis que l’un voit en la France un obstacle à la sécurité nationale, l’autre la considère comme un partenaire essentiel. Cette divergence reflète les complexités de la diplomatie israélienne dans un contexte international de plus en plus polarisé.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Franck DEBANNER

Quand on est ministre, surtout ministre bien informé, il est indispensable de ne pas réagir comme le pékin lambda, qui écrit des commentaires, ici, ou ailleurs.

Paradoxe : – le gauchiste GALANT vitupère contre « la France », alors que le « droitier » KATZ, calme le jeu, non sans arguments factuels.

Les assidus à l’étude du Talmud, sourient de ces contradictions apparentes. 🙂 🙂