Des Israéliens blessés par des attaques de missiles et de drones du Hezbollah en Galilée

Ces bombardements massifs ont eu lieu un jour après que le principal responsable terroriste du Hezbollah a été tué lors d’une frappe de l’armée de l’air israélienne au Liban.

Trois Israéliens ont été blessés, dont un grièvement, dimanche après-midi, lorsqu’un missile antichar du Hezbollah tiré depuis le Liban a touché directement la zone du Moshav Zar’it, en Haute Galilée.

Le centre médical Galilée de Nahariya a déclaré que la victime grièvement blessée, un homme de 31 ans, a été sous sédatif et intubé au centre de traumatologie de l’hôpital, dans un état stable.

Les autres victimes, âgées de 42 et 25 ans, ont été légèrement blessées et subissaient des examens aux urgences, a précisé l’hôpital.

Suite à des informations dans les médias locaux selon lesquelles parmi les blessés figurait un citoyen américain, l’ambassade des États-Unis à Jérusalem a confirmé à JNS avoir « reçu des informations concernant la blessure d’un citoyen américain privé ».

« Nous sommes en train de recueillir des informations supplémentaires et pouvons confirmer que l’individu ne travaille pas pour le gouvernement américain. Cependant, pour des raisons de confidentialité, nous n’avons rien d’autre à partager », a déclaré le porte-parole.

L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué : « Plus tôt dans la journée, deux missiles antichars ont été détectés, qui ont traversé le territoire libanais vers la région de Zar’it. À la suite de ces tirs, un soldat de l’armée israélienne a été légèrement blessé et emmené à l’hôpital pour y être soigné. »

Plus tôt dimanche, un homme de 28 ans a été grièvement blessé par des éclats d’obus lors d’un tir de barrage sur le village de Moshav Kfar Zeitim, en Basse Galilée.

Des dizaines de tirs ont été détectés dans toute la Galilée, déclenchant des incendies dans plusieurs zones près de Tibériade et forçant la fermeture aux visiteurs du parc national d’Arbel près de la mer de Galilée. Un homme a été blessé à Moshav Kfar Zeitim.

Une vingtaine de tirs ont été détectés depuis le Liban vers Israël, certains projectiles ayant été interceptés par le système de défense aérienne de Tsahal, a indiqué l’armée. Aucun dégât n’a été signalé dans l’immédiat.

Le Hezbollah a déclaré que son dernier bombardement était une réponse à l’assassinat d’un de ses principaux terroristes la veille, affirmant avoir tiré « des dizaines de Katiouchas vers la base de Nimra, à l’ouest de Tibériade ».

Meitham Mustafa Altaar a été tué dans une frappe de drone dans l’est du Liban dans la nuit de samedi à dimanche, selon les forces de défense israéliennes.

Il était un membre clé de l’unité de défense aérienne du mandataire terroriste iranien, a déclaré l’armée israélienne.

« Meitham a dirigé de nombreuses activités de l’unité et a participé à la planification et à la mise en œuvre de nombreuses attaques terroristes contre des Israéliens. Meitham s’est également rendu en Iran à plusieurs reprises, où il a acquis des connaissances et a contribué à la constitution de la force du Hezbollah et de son arsenal d’armes iraniennes », a déclaré l’armée, ajoutant que son élimination constituait un coup dur pour les capacités de l’unité de défense aérienne du Hezbollah.

Selon les médias d’État libanais, la frappe du drone a touché la voiture d’Altaar dans la ville de Saath, au nord de Baalbek dans le district de la Bekaa, un bastion du Hezbollah situé à environ 42 miles au nord-est de Beyrouth et à quelque 62 miles au nord de la frontière israélienne.

Le Hezbollah a également confirmé la mort de l’homme de 33 ans, selon Reuters , sans confirmer son rôle dans l’armée terroriste.

En outre, des avions de combat de l’armée de l’air israélienne ont frappé des infrastructures du Hezbollah, notamment un poste d’observation dans la zone du village de Houla et un autre poste d’observation dans la région d’Al-Adisa près de la frontière israélienne, a indiqué l’armée samedi soir.

L’armée israélienne a également tiré samedi des tirs d’artillerie pour éliminer une menace dans les régions de Yaroun, Maroun El Ras et Beyda, dans le sud du Liban.

L’armée terroriste de Téhéran au Liban commet des attaques transfrontalières quasi quotidiennes en soutien au Hamas à Gaza depuis le début de la guerre en octobre dernier.

Un soldat de Tsahal a été tué le 4 juillet lorsque des terroristes du Hezbollah au Liban ont lancé une attaque massive de roquettes et de drones sur le nord d’Israël, frappant directement le plateau du Golan et la Galilée. L’attaque a comporté quelque 200 roquettes et 20 drones suicide.

L’attaque aurait été une réponse à une frappe de Tsahal la veille qui avait tué le commandant en chef du Hezbollah, Muhammad Nimah Nasser .

Nasser, qui commandait l’unité Aziz du Hezbollah, responsable des opérations terroristes à la frontière avec Israël, était l’un des plus hauts dirigeants à avoir été tués depuis le début de la guerre dans le nord le 8 octobre.

Selon Reuters , Nasser avait le même rang et la même importance que Sami Taleb Abdullah , tué par une frappe de l’armée de l’air israélienne le mois dernier.

Confirmant la frappe, l’armée israélienne a déclaré : « Nasser est entré en fonction en 2016 et a dirigé les attaques de roquettes et de missiles antichars depuis le sud-ouest du Liban contre les civils, les communautés et les forces de sécurité israéliennes. Il était l’homologue de Sami Taleb Abdullah, le commandant de l’unité Nasser. Ensemble, ils ont été deux des terroristes les plus importants du Hezbollah au sud du Liban. »

Après la mort d’Abdallah en juin, le Hezbollah a lancé l’une de ses plus grandes séries de roquettes et de drones explosifs vers le nord de l’État juif, déclenchant de grands incendies et blessant légèrement deux civils.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah attaque le nord d’Israël presque quotidiennement, tirant des milliers de drones, de roquettes et de missiles antichars sur des villes israéliennes, tuant plus de 20 personnes et causant des dégâts considérables. Des dizaines de milliers de civils israéliens sont toujours déplacés en raison de la violence.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a promis de poursuivre les attaques jusqu’à ce qu’un « cessez-le-feu complet et permanent » soit conclu à Gaza.

Le 3 juillet, le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant a déclaré aux troupes déployées dans le sud que l’armée israélienne « frappe très durement le Hezbollah chaque jour, et que nous serons également pleinement prêts à entreprendre toute action requise au Liban ou à parvenir à un accord en position de force ».

Les chars quittant actuellement la bande de Gaza « peuvent atteindre le Litani », a-t-il déclaré, en référence au fleuve libanais situé à environ 16 kilomètres au nord de la frontière israélienne.

« Nous préférons un accord, mais si la réalité nous y oblige, nous saurons nous battre », a conclu M. Gallant, selon un compte rendu de son bureau.

Le mois dernier, l’ armée israélienne a officiellement « autorisé et validé » les plans opérationnels d’une campagne visant à repousser le Hezbollah au nord du Litani, conformément à la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU qui a mis fin à la deuxième guerre du Liban en 2006.

Jérusalem envisage de lancer l’opération dès ce mois-ci, a rapporté le quotidien allemand Bild le 2 juillet, citant des sources diplomatiques.

JForum.fr avec jns
De la fumée et du feu s’élèvent après les attaques du Liban sur le ruisseau El Al, sur les hauteurs du Golan, le 5 juillet 2024. Photo de Maor Kinsbursky/Flash90.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires