Frappes : Pourquoi mettre fin à la politique de l’ambiguïté?

3
2362

Pourquoi Israël a finalement choisi de mettre fin à son ambiguïté concernant les frappes en Syrie

Analyse : Lorsque le chef du gouvernement revendique clairement la responsabilité d’Israël (malgré les réticences du chef de l’armée) pour avoir attaqué des cibles iraniennes à l’étranger, ils envoient un message clair.

C’était un week-end de révélations. Le chef d’état-major sortant de l’armée israélienne, Gadi Eisenkot, a finalement confirmé lors de ses entretiens d’adieu que l’armée israélienne avait attaqué des milliers de cibles en Syrie. Dimanche dernier, le Premier ministre a révélé qu’Israël était responsable de l’attaque de vendredi soir à Damas. C’est un coup calculé. La décision israélienne de mettre fin à l’ambiguïté de ses attaques en Syrie repose sur des événements survenus en Iran même, où un débat animé a lieu depuis près d’un an sur le degré d’implication de la République islamique dans des conflits extérieurs à ses frontières – conflits, cela signifie aussi des dépenses énormes.

 

Les partisans de l’ingérence iranienne dans l’ensemble du Moyen-Orient, y compris l’assistance au Hezbollah, au Jihad Islamique Palestinien et au Hamas, sont les ayatollahs conservateurs et les membres des gardes de la révolution. Ce groupe comprend également Qassem Suleimani, chef de la force d’élite Qods au sein des gardiens de la révolution, directement subordonné au chef suprême (spirituel et politique) Ali Khamenei. Le chef suprême soutient les actions de Suleimani et approuve les budgets d’exportation de la révolution islamique, qui est la mission de la force Qods.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, a confirmé les frappes aériennes israéliennes de vendredi en Syrie, à droite (Photo: Amit Shaabi)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, a confirmé les frappes aériennes israéliennes de vendredi en Syrie, à droite (Photo: Amit Shaabi)

 

L’opposition iranienne aux opérations militaires et aux activités des insurgés à l’étranger comprend le président Hassan Rouhani et un groupe distingué d’ayatollahs qui le soutiennent, parmi lesquels des conformistes iraniens. Rouhani fait valoir que l’Iran doit se concentrer sur les développements militaires et la préparation d’affrontements qui renforceraient l’Iran de manière stratégique, à condition que ces activités se déroulent à l’intérieur des frontières iraniennes et non à l’extérieur.

Ce camp dirigé par Rouhani affirme en outre que la construction d’un axe principal – y compris les milices en Irak, le Hezbollah au Liban et les Palestiniens – constitue non seulement une perte de temps, mais qu’elle détourne des ressources devant renforcer la stratégie iranienne réelle.

 

Akram al-Kaabi, à gauche, à la tête d'une milice chiite irakienne, avec le commandant de la Force Qods, Qassem Suleimani

Akram al-Kaabi, à gauche, à la tête d’une milice chiite irakienne, avec le commandant de la Force Qods, Qassem Suleimani

 

En tant que tel, Rouhani soutient le programme de missiles balistiques de l’Iran et en principe le programme nucléaire militaire, mais exige une réduction drastique de l’implication au Liban, en Syrie, en Iraq, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. En raison de l’opposition de Rouhani à ces activités, les budgets alloués au Hezbollah, au Hamas et au Jihad islamique palestinien ont été réduits, notamment après l’entrée en vigueur des sanctions américaines imposées par le président américain Donald Trump. Ces sanctions, qui vont jusqu’à la décision de Trump d’abandonner l’accord nucléaire négocié par Obama, comprennent notamment une interdiction partielle des exportations de pétrole iranien ainsi que des transactions financières et commerciales mondiales avec l’Iran.

Il est important de noter que ce débat interne est un facteur majeur expliquant pourquoi Israël a soudainement choisi de mettre fin à l’ambiguïté de ses opérations contre l’Iran en Syrie, au transfert d’armes de haute qualité au Hezbollah et à l’avancement des missiles de précision et des roquettes en Syrie. et le Liban.

Dans une interview accordée au New York Times, Gadi Eisenkot, chef d’état-major sortant, a déclaré qu’Israël avait perpétré des milliers d’attaques de ce type, la plupart par des moyens aériens, ainsi que par des unités spéciales et des missiles de surface. Le Premier ministre Benjamin Netayahu a répété ce message lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement dimanche, en partie peut-être parce qu’Israël veut s’assurer que les dirigeants iraniens sont pleinement conscients des pertes et des dommages qu’ils subissent en Syrie à cause de Suleimani et des ressources qu’ils ont dépensées en vain en essayant de s’y retrancher.

Entretien du secrétaire général du Jihad Islamique Palestinien, Ziad al-Nakhala, avec le président iranien Hassan Rouhani

Entretien du secrétaire général du Jihad Islamique Palestinien, Ziad al-Nakhala, avec le président iranien Hassan Rouhani

 

Israël dispose d’un avantage en matière de renseignement et aérien dans la région, ce qui a empêché Suleimani de s’installer en Syrie. En fait, il a gaspillé des dizaines voire des centaines de millions de dollars dans cette aventure. Cependant, rien de tout cela n’a nui à sa réputation en Iran, ce qui lui permet toujours de poursuivre ses projets de faire de l’Iran et de l’islam chiite la véritable puissance du Moyen-Orient.

L’Iran a déjà réduit certains de ses budgets aux supplétifs étrangers, y compris le Hezbollah, et le débat à l’intérieur du pays se poursuit. Pendant ce temps, Israël essaie de montrer la vérité à tous les camps iraniens. Israël a intérêt à faire comprendre aux Iraniens que ces efforts de Suleimani – qu’Israël a déjoués ces dernières années – coûtent des sommes énormes, ce qui fait terriblement défaut au bien-être de la population.

En tant que tel, Israël a décidé qu’il était temps de mettre fin à sa politique d’ambiguïté afin que les Iraniens sachent enfin pourquoi les hauts responsables des gardiens de la révolution reviennent chez eux dans des cercueils.

Ron Ben-Yishai | Publié: 01.13.19, 17:33

https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5446006,00.html

3 COMMENTS

  1. Dieu benisse israel et maudisse ceux qui en veulent aux juifs .
    Qu’ont-ils fait les juifs sinon que de reussir ?
    Qu’allah protege israel et maudisse l’iran ce pays avec ses ayatollah de merde qui ont le culot de clamer haut et fort qu’ils veulent rayer israel de la carte .
    Qu’allah maudisse tous les antisemites et particulierement les juifs anti-semites .
    Amen .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.