Qui est Francesca Chaouqui, la consultante à l’origine du nouveau «Vatileaks» ?

5243701_000-dv2171531_545x460_autocrop
Mgr Lucio Angel Vallejo Balda  (à droite) aux côtés de  Francesca Chaouqui. AFP

 
«Ite missa est». Francesca Chaouqui aimerait recevoir l’absolution mais ce n’est pas près d’arriver. Cette consultante externe du Vatican, séduisante et indiscrète, a enfreint la règle du silence dans l’Etat le plus petit et secret du monde, ce qui lui a valu d’être arrêtée dans une affaire aux allures de nouveau «Vatileaks»

Libérée parce qu’elle avait accepté de collaborer avec la justice vaticane, cette belle femme de 33 ans, Italienne d’origine marocaine, a derrière elle un passé de consultante, ayant travaillé dans des cabinets d’audit et dans la communication.

Elle est aussi proche d’un prêtre espagnol, Lucio Angel Vallejo Balda, membre d’une association de prêtres, la «Société de la Sainte-Croix», unie à l’Opus Dei.
Francesca reconnaît qu’elle se sent proche de cette puissante organisation ultra-conservatrice, qui accorde une grande importance aux laïcs, à la sanctification par le travail, à une communication moderne et efficace. C’est Mgr Vallejo Balda, aujourd’hui détenu au Vatican, qui, en 2013, a proposé le nom de Francesca Chaouqui, quand le pape François a formé la commission de huit experts chargé de voir quels remèdes apporter au mauvais fonctionnement économique du Saint-Siège, la COSEA.

Le mandat de la COSEA lui permettait d’enquêter partout, d’ouvrir placards et tiroirs dans toutes les administrations du petit Etat. L’Italo-Marocaine en était la plus jeune membre, et la seule femme. Très vite sa présence active passée sur divers réseaux sociaux n’était pas bien ressentie dans ce monde discret. Sandro Magister, le vaticaniste de L’Espresso très critique du pape François, révélait le premier ce malaise à l’été 2014.

#cosedilavoro me ne mandare 30986 per aiutare @Pontifex_it ?pic.twitter.com/OdlYGpaWV8

— Francesca Chaouqui (@FrancescaChaouq) 13 Novembre 2014

Des photos un peu osées de la belle femme brune dans les bras de son mari avaient paru sur des réseaux sociaux. Mais ce sont surtout des tweets lui seront reprochés. Elle dément les avoir écrits pour la plupart et se dit diffamée.

Tweets controversés
L’un de ces tweets controversés accusait le cardinal Tarcisio Bertone, alors secrétaire d’Etat de Benoît XVI, de corruption. Un autre affirmait que Benoît XVI aurait une leucémie. Tout cela en plein «Vatileaks», alors que le majordome de Joseph Ratzinger, Paolo Gabriele, avait reconnu avoir livré à la presse italienne des documents secrets.

Buon viaggio @Pontifex_it ! pic.twitter.com/X5Sa0Z3KwN

— Francesca Chaouqui (@FrancescaChaouq) 24 Mai 2014

Le fait qu’elle a connu le journaliste du groupe Mediaset Gianluigi Nuzzi, qui avait rassemblé ces documents dans son bestseller «Sua Santita», n’a pas contribué à diminuer la méfiance à son égard.

On parlait dès 2013/2014 d’un «corbeau femme» au Vatican, en estimant que Paolo Gabriele n’avait pu être responsable de toutes les fuites. Sans aucune preuve qu’il s’agisse de la jeune femme. Elle est aussi accusée d’avoir organisé avec Mgr Vellejo Balda une réception luxueuse sur une terrasse proche du Vatican, en avril 2014, jour de la canonisation de Jean Paul II.

Dans les colonnes de La Stampa, Francesca Chaouqui a clamé mardi son innocence en rejetant l’entière responsabilité des faits sur le religieux espagnol. Sur Facebook, Francesca s’est défendue avec virulence. «Je ne suis pas un corbeau. Je n’ai pas trahi le Pape ni donner de papiers à personné. La vérité sortira bientôt, j’ai une totale confiance dans les enquêteurs.Il n’y a rien que je n’aime et que je ne défende plus que l’église. »

#piùdituttoalmondoNon sono un corvo, non ho tradito il Papa. Non ho mai dato un foglio a nessuno. Mai a nessuno….

Posted by Francesca Immacolata Chaouqui on Monday, November 2, 2015

Ce sont, semble-t-il, leurs deux témoignages conjugués sur des documents réservés de nature financière qui ont alimenté deux livres à paraître jeudi : «Avarice» d’Emiliano Fittipaldi de l’hebdomadaire L’Espresso, et «Via crucis» de Gianluigi Nuzzi.

Selon ces deux journalistes, qui se sont exprimés mardi dans les médias, des scandales d’argent détourné, de privilèges, d’opacité, de trous budgétaires, de croissance sans contrôle des emplois et des dépenses sont dénoncés.

Gianluigi Nuzzi a affirmé que ses sources ont souhaité «aider le pape». Cela «n’est absolument pas une façon d’aider la mission du pape», a rétorqué lundi le Vatican.

«Ces publications ne concourent en aucune façon à établir la clarté et la vérité, mais plutôt à générer la confusion et des interprêtations partielles et tendancieuses», ajoutait-il. Le vaticaniste Marco Politi juge de son côté qu’il y «a une grande différence entre Vatileaks 1 et Vatileaks 2». Vatileaks 1 révélait une lutte de pouvoirs alors que Vatileaks 2 parait un ensemble d’initiatives de personnes isolées, estime-t-il.

«Ce sont des actions de mauvaise foi. Dans le passé, remarque le vaticaniste, un tel pouvait dire : je vais dénoncer à l’extérieur parce que personne ne m’écoute à l’intérieur. Aujourd’hui chacun sait que si quelqu’un va voir le pape pour dénoncer une illégalité, celui-ci l’écoute et intervient». Les voies du Vatican sont – il est vrai – souvent impénétrables.

 

Ronan Tésorière (@RonTesoriere) | 03 Nov. 2015, 15h11 | MAJ : 03 Nov. 2015, 16h27

leparisien.fr

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.