Et l’Europe de continuer de s’accrocher aux Palestiniens…

Par Eldad Beck, Israel Hayom 26/8/2020

Si seulement les Européens abandonnaient leur obsession anti-israélienne, ils pourraient voir les grands avantages qui peuvent résulter de l’accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis.

Lorsque le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi tiendra sa première réunion avec ses homologues de l’Union européenne à Berlin ce jeudi, il aura une image non filtrée de la position des Européens sur l’accord de paix naissant entre Israël et les Émirats arabes unis.

La plupart des réactions officielles à cette évolution spectaculaire – tant de la part de l’Union européenne que des différentes nations européennes – étaient au mieux tièdes et manquaient d’un véritable enthousiasme digne de ce moment historique.

Ainsi, les déclarations selon lesquelles l’UE s’est toujours efforcée de promouvoir les liens entre Israël et les pays arabes, et considère cet accord de paix comme une contribution à la stabilité du Moyen-Orient, semblent peu fiables et cachent à peine la déception dans les allées du pouvoir de l’UE en ce qui concerne la paix entre Israël et les Émirats arabes unis.

L’UE a toujours eu des doutes sur cette évolution importante au Moyen-Orient, qui n’est même pas mentionnée explicitement dans la liste des sujets dont M. Ashkenazi et ses collègues de l’UE doivent discuter.

Le Conseil des affaires étrangères de l’UE et les ministères des Affaires étrangères de plusieurs pays membres européens – dont Berlin et Bruxelles – trouvent la nouvelle réalité qui se crée au Moyen-Orient difficile à digérer.

La diplomatie européenne préfère s’accrocher à ses vieilles conceptions, selon lesquelles le conflit israélo-palestinien est au cœur de tous les troubles de la région, et seule une solution à deux États permettra d’y mettre fin.

Contrairement à un nombre croissant de personnes au Moyen-Orient, les Européens ne sont pas prêts à accepter l’idée que la traditionnelle résistance des Palestiniens à tout accord est à l’origine de leurs problèmes et que ce sont les Palestiniens qui ont empêché tous les peuples de la région de régler leurs propres problèmes.

Le monde arabe en a assez des Palestiniens, mais l’UE n’a pas d’autre carte en matière de politique au Moyen-Orient, si ce n’est son soutien aveugle aux Palestiniens. En effet, le seul point positif que l’UE a trouvé dans l’accord israélo-émirati est le report des projets d’Israël d’appliquer sa souveraineté à certaines parties de la Judée et de la Samarie.

N’oubliez pas que certains ministres des Affaires étrangères de l’UE ont caressé l’idée d’appliquer des sanctions à Israël s’il procédait à une « annexion ». Et aujourd’hui, les États-Unis et les Émirats ont réussi à trouver une idée complètement différente et beaucoup plus efficace qui favorisera une paix véritable et retardera la «punition européenne ».

Les Européens ne peuvent qu’espérer que le « plan d’annexion » sera entièrement annulé, sachant que cela n’arrivera que s’il y a un autre président à la Maison-Blanche, et s’ils soutiennent ceux qui, au sein du gouvernement israélien, veulent empêcher toute déclaration de souveraineté.

Il y a trois ans, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a eu besoin du soutien des amis d’Israël dans l’UE pour recevoir une invitation à une réunion des ministres européens des affaires étrangères qui avait été organisée dans le dos de Federica Mogherini, alors chef de la politique étrangère de l’UE. Aujourd’hui, Ashkenazi reçoit un accueil chaleureux de la part de l’actuel président de l’UE, l’Allemagne.

Certains pays membres de l’UE, dont l’Allemagne, ont défendu l’idée d’une normalisation progressive entre Israël et les États du Golfe. Cependant, il est douteux qu’ils aient jamais pensé à un accord de paix entre une puissance économique comme les Émirats arabes unis et une puissance technologique comme Israël. La coopération entre les deux pays pourrait faire tomber les frontières, dans tous les sens du terme.

Cela pose un autre problème aux Européens : tout le monde dans l’UE n’est pas heureux de voir Israël se joindre à la concurrence pour le marché émirati, sans compter que la coopération susmentionnée pourrait réduire l’efficacité de la pression économique que l’UE espérait utiliser pour peser sur Israël. Plus important encore, l’accord entre Israël et les Émirats arabes unis renforce le front contre l’Iran et l’accord nucléaire de 2015, auquel les Européens s’accrochent aussi désespérément.

Si seulement l’Union européenne abandonnait son obsession anti-israélienne, elle réaliserait les grands avantages qui peuvent découler de l’accord entre les Israéliens et les Émiratis, en particulier en ce qui concerne la menace turque, qui s’accroît chaque jour. Peut-être que les vrais amis d’Israël à Athènes, Vienne, Prague et Budapest parviendront enfin à libérer l’Europe de sa vision figée. EB

Eldad Beck

Traduction et adaptation : MABATIM.INFO

2 Commentaires

  1. Si Ysraël n’existait pas, les faklestiniens n’existeraient pas non plus…
    Les Juifs(Ysraël) sont le reproche permanent de cette Europe, celle-là qui a produit, au cours des siècles, la virulence antisémite et son paroxysme extrahumain, la Shoah…
    Ah, si on pouvait en finir, avec cet Ysraël…
    Mais invincible, voilà que le bon vieux scénario est toujours disponible !
    Et, se disent-ils, si on fâchait Dieu et Son peuple ?
    Ça a déjà marché, non ?!
    Implantons la débauche en Terre Sainte ! La première destination mondiale LGBT…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.