Essai iranien et raid israélien : la guerre des missiles bat son plein©

0
2339

Essai iranien du Khorramshahr sur plusieurs têtes nucléaires

et révélation d’attaque israélienne en Syrie :

une nouvelle étape dans la guerre des missiles au Moyen-Orient

C’est un tir de missile balistique de moyenne portée Khorramshahr que le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a condamné samedi dernier, pour des essais en Iran, a révélé DEBKAfile. Nos sources militaires ont découvert que ce missile à plusieurs têtes, qui pourrait frapper «n’importe où au Moyen-Orient et même dans certaines parties de l’Europe», a été lancé la veille, le vendredi 30 novembre, à partir d’un site situé dans le sud-est de l’Iran et qu’il a atteint toutes ses cibles prédéfinies. Nos sources identifient cette arme comme une version avancée du missile balistique Khorramshahr d’une portée de 1 800 à 2 000 km. Il peut transporter plusieurs ogives conventionnelles ou nucléaires. L’Iran travaille sur un missile balistique capable de transporter des ogives nucléaires.

Dans sa condamnation samedi, Pompeo a appelé l’Iran à cesser ces tests, le développement de ce missile balistique constituant une violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies. Sa réplique survient au lendemain de la déclaration du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères iranien, Bahram Qasem, disant que : “Le programme de missiles iranien est un programme défensif par nature. Aucune résolution du Conseil de sécurité n’interdit le programme de missiles et les essais de missiles par l’Iran. “

Tôt lundi 3 décembre, le Premier ministre Binyamin Netanyahu s’est rendu à Bruxelles pour une réunion urgente avec le secrétaire d’État américain. Il était accompagné du directeur du Mossad Yossi Cohen et du conseiller pour la sécurité nationale, Meïr Ben Shabbat.

Le Khorramshahr a été développé pour la première fois par l’Iran à partir du missile balistique nord-coréen Hwasong-10. Il a été testé pour la première fois il y a près de deux ans et présenté lors d’un défilé militaire à Téhéran le 22 septembre 2017.

L’essai vendredi de sa version la plus avancée visait à avertir des conséquences pour les Etats-Unis et Israël au Moyen-Orient, si la République islamique ou ses séides libanais, afghans ou irakiens étaient attaqués ou si Téhéran succombait à des sanctions par un effondrement économique ou politique.

La mise à l’essai d’un missile balistique transportant de multiples têtes nucléaires introduit une nouvelle dimension stratégique dans la compétition dans laquelle sont engagés les États-Unis, l’Iran, Israël, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Cela s’est produit par hasard au lendemain du jour où Israël aurait mené une attaque massive de missiles de surface contre des installations militaires iraniennes et pro-iraniennes en Syrie. DEBKAfile a révélé (de source étrangère) qu’Israël avait tiré un missile d’artillerie à moyenne portée LORA, d’une portée de 500 km. Nos sources rapportent maintenant que l’Iran, le Hezbollah et les milices pro-iraniennes qui se battent en Syrie, ont subi des dizaines de victimes, dont au moins 30 morts.

Bien que l’attaque israélienne et le test iranien de Khorramshahr aient eu lieu par hasard en l’espace de 48 heures, cet enchaînement même témoigne d’un changement de rythme dans la course à l’armement israélo-iranienne – l’accent passant du combat aérien à de nouveaux missiles balistiques très sophistiqués.

  ,  ,  ,  , 

Adaptation : Marc Brzustowski

Iran’s multiple-warhead Khorramshahr test and Israel’s reported Syria assault – new stage in Mid East missile war

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.