Erdogan cherche à étendre ses bénéfices en Libye en Algérie

La Turquie est en train de persuader l’Algérie de signer un pacte de défense avec le gouvernement libyen d’accord national (GNA) à Tripoli, après avoir capturé la base aérienne stratégique de Watiya, auparavant aux mains des forces du général Khalifa Haftar (LNA), selon les sources de DEBKAfile au Moyen-Orient. Dimanche, les 1 200 à 1 500 mercenaires russes combattant pour Haftar ont été transportés par avion à Jufra dans le sud de la Libye pour se regrouper et planifier leurs prochaines étapes, après que le GNA et les troupes soutenues par la Turquie ont détruit les défenses aériennes de l’ANL à Watiya, y compris en s’emparant de la batterie russe Pantsir-1 postée là-bas.

La Russie, qui soutient la bataille qui dure depuis un an, menée par le général pour conquérir Tripoli, a répondu en transférant une demi-douzaine d’avions de guerre de Syrie en Libye pour permettre à l’ANL de continuer à bombarder les forces du GNA et les actifs turcs. Erdogan a répliqué par une menace de faire venir des avions de combat de l’armée de l’air turque pour bombarder les troupes d’Haftar. Jusqu’à présent, les Turcs utilisaient des drones-tueurs.

Le contrôle du GNA sur al-Watiya ne met pas seulement un terme à l’utilisation par Haftar de l’installation pour monter des raids aériens sur les forces du GNA à Tripoli. Il fournit également à la Turquie une base stratégique pour le renforcement d’une présence militaire en Libye et sur son littoral méditerranéen. Les partisans de Haftar, la Russie, l’Égypte et les Émirats arabes unis pourraient avoir des doutes sur la façon d’aider le général libyen à quitter son bastion oriental pour s’emparer de la capitale.

En décembre, Erdogan a signé un pacte de coopération militaire avec le premier ministre du gouvernement de Tripoli, Fayez al-Sarraj, reconnu par l’ONU pour avoir contré l’offensive montée par le général Haftar.

L’Algérie a toujours résisté aux aventures étrangères et s’est tenue à l’écart des troubles en Libye – même lorsque Mouammar Kadhafi a été renversé, déclenchant ainsi la guerre civile qui fait toujours rage.

Le président turc a vu une opportunité dans l’ouverture apparente du nouveau président algérien Abdelmadjid Tebboune, à l’idée d’abandonner sa doctrine traditionnelle de non-intervention sous feu Boutefliqa. L’article 95 du nouveau projet de loi de réforme constitutionnelle que Tebboune a institué au début du mois, permet à l’armée algérienne d’intervenir pour la première fois hors de ses frontières. Les menaces qui pèsent sur cet immense pays largement désertique, riche en pétrole, émanent de ses voisins volatils du Sahel, d’une part, et de la Libye, d’autre part.

Si Erdogan réussit à attacher l’Algérie au GNA libyen, qui est déjà lié au char turc, il sera en mesure de modifier l’équilibre des pouvoirs dans une vaste région volatile. Ses gains militaires en Libye le mettent déjà en position d’avoir un impact sur la sécurité de ses voisins nord-africains – notamment l’Egypte – ainsi que sur la navigation méditerranéenne entre ce continent et le sud de l’Europe, et les projets pétroliers offshore entre les deux.

Le président turc a sérieusement besoin de succès dans ses aventures à l’étranger pour booster sa fortune défaillante chez lui. L’économie est en chute libre, et ses anciens amis ont pu constituer un groupe d’opposition qui pourrait sérieusement défier son parti lors des élections de l’année prochaine. Lorsqu’il a parlé par téléphone avec le président Donald Trump la semaine dernière, Erdogan s’est vanté que le conflit libyen n’était plus ce genre de petites patates chaudes qu’on s’échange entre forces locales et des partis mineurs comme les Émirats arabes unis, mais un jeu dirigé par de grands joueurs comme Vladimir Poutine, son allié intermittent, et lui-même.

Erdogan seeks to extend his Libya gains into a foothold in Algeria

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.