Entre Israël et l’Iran, Liraz Charhi franchit les lignes rouges

L’actrice et chanteuse israélienne d’origine iranienne, remarquée dans la série d’agents secrets « Téhéran », créée à Tel-Aviv mais suivie clandestinement en Iran, a bravé les interdits pour réaliser son nouvel album. En farsi et surtout en compagnie de musiciens iraniens.

Par  Publié hier à 12h44

Le 6 juin 2019, la chanteuse se produisait sur la scène du festival de Roskilde, au Danemark.

Elle incarne l’un des protagonistes de la série israélienne Téhéran, actuellement diffusée sur la plateforme Apple TV+, dans un rôle taillé sur mesure pour elle, qui parle hébreu mais aussi farsi en raison de ses origines iraniennes. L’actrice et chanteuse Liraz Charhi incarne une agente du Mossad, les services secrets israéliens, chargée d’épauler sur le terrain une de ses collègues, une pirate informatique envoyée dans la capitale iranienne afin de neutraliser un radar aérien et permettre aux avions israéliens de bombarder une centrale nucléaire.

« Elle se demande si elle est israélienne ou iranienne, ou les deux. C’est le dilemme de mon personnage, et c’est l’histoire de ma vie », dit la musicienne de 42 ans, née en Israël et dont les parents ont quitté l’Iran un peu avant la révolution islamique de 1979, à une époque où l’Etat hébreu et l’Iran entretenaient d’étroits liens diplomatiques et économiques.

lemonde.fr


Une chanteuse israélienne publie un album réalisé en secret avec des musiciens iraniens

avatarpar Shiryn Ghermezian

La couverture du nouvel album de Liraz Charhi «Zaan». Photo: Capture d’écran.

Une chanteuse israélienne d’origine perse devrait sortir le mois prochain un album qu’elle a réalisé en secret avec des musiciens iraniens, a rapporté jeudi The Guardian.

Liraz Charhi est également actrice et joue le rôle d’espionne du Mossad dans la série de thrillers israéliens intitulée «Téhéran»Son deuxième album en langue farsi «Zan» (qui signifie «femmes») sortira le 13 novembre.

L’album «est composé de morceaux d’électro-dance qui font revivre et remixent une époque des années 1970 dont on se souvient comme d’une scène pop iranienne animée», selon The Guardian.

Liraz Charhi, 42 ans, a déclaré dans une interview qu’elle avait contacté des artistes iraniens en ligne, y compris des chanteurs, des compositeurs et des joueurs d’instruments de musique à cordes de tradition bağlama. Beaucoup étaient impatients de travailler avec elle, même si certains ont demandé à utiliser un pseudonyme. D’autres ont d’abord exprimé leur intérêt, mais ont ensuite abandonné le projet après plusieurs mois et ont même changé leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Liraz Charhi a communiqué avec ses partenaires en utilisant des applications de messagerie instantanée cryptées, telles que Telegram, et de l’argent câblé via des pays tiers, notamment le Royaume-Uni et la Turquie. Bien qu’elle ne soit jamais allée en Iran, elle a rencontré certains des artistes incognito en Europe.

Elle a expliqué qu’en réalisant l’album, elle craignait de mettre en danger la vie des musiciens en Iran, pays qui a adopté en mai une loi criminalisant différents types de coopération avec l’Etat juif.

«Techniquement, c’était très difficile», a déclaré Charhi. «Mais émotionnellement, c’était beaucoup plus difficile. J’ai ressenti, nuit après nuit, que je faisais une mauvaise chose (dangereuse) et que ces personnes pouvaient être arrêtées.

Un compositeur iranien qui a écrit et chanté des morceaux de l’album, qui porte le nom artistique de Raman Loveworld, a déclaré qu’il était conscient des risques qu’il prenait en travaillant avec Liraz Charhi. «Je sais qu’il est dangereux de travailler sur ce projet. Mais nous ne sommes que des gens normaux », a-t-il déclaré.

Liraz Charhi a ajouté: «Mon plus grand rêve était d’écrire de la musique iranienne avec des Iraniens. Mission accomplie. »

Les parents de la chanteuse sont nés en Iran et ont émigré en Israël en 1970, lorsque les deux pays entretenaient des relations solides, avant la révolution islamique de 1979.

Elle a dit : «Mes parents ont en quelque sorte lutté pour être israéliens pendant qu’ils laissaient leurs racines derrière eux. Ils ont continué d’agir comme des Iraniens. Pour moi, cela a laissé un grand vide dans mon cœur – un grand point d’interrogation. Qui suis je? D’où suis-je venue?

Liraz Charhi a grandi en parlant hébreu à l’école et en farsi à la maison. Elle a découvert l’Iran du milieu du XXe siècle grâce aux chansons et aux histoires de ses parents. Elle a ensuite été exposée à une culture plus iranienne grâce à ses interactions avec la grande communauté expatriée iranienne de Los Angeles, où elle a déménagé pour poursuivre sa carrière d’actrice.

Israeli Singer to Release Album Made in Secret With Iranian Musicians

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.