Quel impact de la COVID-19 sur la communauté juive?

Questions-reponses avec Marina Yudborovsky, responsable du groupe Genesis Philanthropy

Marina Yudborovsky, PDG de Genesis Philanthropy Group (crédit photo: GENESIS PHILANTHROPY GROUP)
Marina Yudborovsky, PDG de Genesis Philanthropy Group (crédit photo: GENESIS PHILANTHROPY GROUP)
Marina Yudborovsky, PDG de Genesis Philanthropy Group, a participé au Forum juif de Kiev, co-organisé par la Confédération juive d’Ukraine et le Jerusalem Post Group. Elle a participé à une table ronde sur le leadership juif dans la lutte contre la COVID-19. Elle a été interviewée par le Post sur la manière dont le COVID-19 a affecté la communauté juive.

Comment le COVID-19 a-t-il endommagé la structure et l’organisation des institutions communautaires juives?

La pandémie n’a épargné aucun domaine de la vie ou segment de l’économie. Le secteur juif à but non lucratif ne fait pas exception. Bien sûr, nous voyons des organisations qui éprouvent des difficultés financières, avec des flux de revenus réduits ou supprimés, des efforts de financement considérablement réduits, ainsi que des mises à pied importantes dans le secteur. Au-delà des implications économiques, la communauté en tant que concept, en tant que lieu et source de communication entre les personnes, a souffert des restrictions de quarantaine partout dans le monde. Ce sont tous des défis difficiles, mais nous constatons également une créativité, une innovation et une persévérance incroyables. Le paysage communautaire sera, bien entendu, modifié par la pandémie, et bien que de nombreux effets soient délétères, certains sont et seront positifs et nous renforceront à long terme.

Plus précisément, comment la pandémie mondiale a-t-elle affecté les activités de Genesis Philanthropy Group?

Tout au long des 13 années de GPG, notre travail s’est consacré au renforcement de l’identité juive parmi les juifs russophones du monde entier, au soutien des organisations juives piliers dans plusieurs pays cibles et au renforcement des relations entre les Juifs d’Israël et ceux de la diaspora. Ainsi, les types de services sociaux et d’aide humanitaire qui ont pu être affectés pendant la pandémie ont toujours été en dehors de notre juridiction.

Cependant, une fois qu’il est devenu clair que le COVID-19 était devenu une pandémie mondiale, avec des implications économiques et communautaires de grande portée, nous savions que nous ne pouvions pas continuer à mener les affaires comme d’habitude. Nous avons pris plusieurs décisions stratégiques à ce stade qui sont devenues l’épine dorsale de notre approche en ces temps difficiles.

Premièrement, nous allions travailler main dans la main avec nos partenaires existants pour déterminer les meilleures étapes pour chaque organisation et programme. Il était clair que les solutions universelles n’allaient pas être efficaces pendant cette crise. Nous avons été heureux de voir bon nombre de nos partenaires accepter avec succès un virage à 180° afin de continuer à fournir un lien pour leur circonscription et nous sommes déterminés à contribuer à ces efforts.

Deuxièmement, nous avons commencé à examiner les subventions d’aide d’urgence liées à la COVID-19. Étant donné que les services sociaux ne sont pas un domaine habituel pour nous, nous avons dû réfléchir en profondeur aux critères de notre aide et à la manière dont nous pourrions tirer parti de l’expertise dont nous disposons pour avoir l’impact le plus positif. Nous avons choisi de nous concentrer principalement sur les lieux géographiques qui ne disposent pas d’une infrastructure philanthropique solide et historiquement enracinée, car elles étaient les plus durement touchées – comme le FSU et dans les petites communautés juives européennes locales. Nous nous sommes concentrés sur la création de partenariats avec de grandes organisations qui avaient une portée et une infrastructure importantes, dans la mesure du possible, et avons orienté nos ressources principalement vers les besoins humanitaires urgents qui découlaient spécifiquement de la pandémie.

En outre, nous avons également alloué des subventions d’aide d’urgence à des institutions qui jouent un rôle essentiel dans les communautés afin de garantir qu’une fois la crise terminée, ces organisations d’infrastructure n’aient pas besoin d’être reconstruites à partir de rien. Dans notre aide, nous avons privilégié l’efficacité, cherchant à aider ceux qui ont un plan clair et une volonté de se restructurer pour s’adapter à ces nouvelles circonstances et affronter la tempête.

Après le COVID-19, le monde juif reviendra-t-il tel qu’il était avant et, ou certaines choses changeront-elles définitivement?

J’attends certainement avec impatience le retour de nombreux aspects de la vie communautaire juive après la pandémie, mais notre communauté a aussi sans aucun doute changé de plusieurs manières permanentes. Nous constatons une valeur et un succès considérables dans certains programmes virtuels. Ils ont pu élargir leur public au-delà de leur géographie locale et mobiliser des conférenciers ou des enseignants du monde entier. Nous bénéficierons de ce type d’innovations programmatiques pour les années à venir. Je pense que nous verrons également plus de consolidation. Pour le monde de la philanthropie juive, en particulier, il est temps de se rendre compte que l’abondance passée de ressources et d’ego, alors que plusieurs opérateurs différents et même concurrents pouvaient travailler dans le même espace et la même zone géographique, pourraient ne jamais revenir. Il est maintenant temps pour l’unité, pour les compromis, pour mettre de côté les égos organisationnels, pour mettre en commun les ressources et partager le travail.

La COVID-19 a-t-il affecté le monde juif de manière positive, et si oui, comment?

Comme je l’ai dit, nous constatons des choses très positives dans certains domaines. Plus largement, la distanciation sociale et l’isolement forcé ont présenté au monde juif une perspective terrifiante de la vie réelle sur un avenir possible – si les tendances actuelles de polarisation et de division au sein de la diaspora et entre la diaspora et Israël ne sont pas inversées, nos communautés risquent de se séparer. Cette prise de conscience que notre prospérité communautaire et notre peuple sont très fragiles génère une nouvelle réflexion et crée un appétit pour le dialogue dans la recherche d’un nouveau consensus juif. Nous le voyons dans la réponse enthousiaste à l’initiative conjointe Our Common Destiny – Genesis Philanthropy Group avec le ministère israélien de la Diaspora sous le patronage du président d’Israël. Ce sont des temps difficiles et incertains, mais les communautés juives du monde entier ont déjà montré un niveau de résilience encourageant. Bien que de nombreux défis restent à relever, nous en sortirons et j’espère que nous aurons beaucoup appris et que nous deviendrons plus forts et plus unis.
Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. Excellent article qui réveille les consciences au sein de notre communauté .

    Je voudrai profiter de cette occasion pour exprimer mon admiration pour les Loubavitch .
    Pluies ou bourrasques ils sont omni présents au sein de nos communautés .

    Expérience , détermination à toute épreuve , don de soi , etc……
    dans un seul but : Vous informer et vous éduquer suivant les lois de la Torah .

    Oui admirables Loubavitch .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.