MAINE-ET-LOIRE: UNE PROFESSEURE AGRESSÉE À L’ARME BLANCHE DANS SON LYCÉE, UN ÉLÈVE DE 18 ANS INTERPELLÉ

Un lycéen de 18 ans a été interpellé ce lundi après avoir agressé à l’arme blanche son enseignante, dont la vie n’est pas en danger, dans son lycée à Chemillé-en-Anjou (Maine-et-Loire), a-t-on appris auprès des autorités.

Une nouvelle agression en milieu scolaire. Ce lundi 27 mai au matin, un adolescent de 18 ans a agressé au couteau une de ses enseignantes avant de prendre la fuite. Les faits se sont déroulés au lycée de Chemillé-en-Anjou, à une quarantaine de kilomètres au sud d’Angers.

Dans un communiqué commun, le préfet du Maine-et-Loire, le ministère de la Justice et l’Académie de Nantes ont confirmé l’agression.

Ainsi, selon les premiers éléments d’enquête, l’agression aurait eu lieu vers 9h45 ce lundi. L’adolescent aurait par la suite «rapidement quitté les lieux en passant par une fenêtre, abandonnant son arme» avant d’être interpellé par les forces de l’ordre et placé en garde à vue pour tentative de meurtre.

Dans leur communiqué, les autorités ont précisé que l’élève mis en cause était «totalement inconnu des services de police, de gendarmerie et de justice.» Il a également été ajouté qu’il n’avait pas été «signalé défavorablement au sein de l’établissement».

LA VICTIME, PROFESSEURE D’ANGLAIS

CNEWS, a rencontré Angélique, la mère du jeune homme suspecté d’être à l’origine de l’agression. Cette dernière a confirmé que son fils Damien s’était procuré un couteau il y a quelques jours. Néanmoins, elle ne s’explique pas son geste, décrivant l’adolescent comme «calme et gentil», et qui «n’a jamais eu de problème».

La professeure victime de cette attaque au couteau a été blessée au niveau du visage, cependant, les autorités ont indiqué que son pronostic vital n’était pas engagé.

La ministre de l’Éducation nationale, Nicole Belloubet, a réagi sur X à cette nouvelle agression en milieu scolaire, indiquant que la victime enseignait l’anglais.

«Profondément choquée et indignée, j’adresse mes pensées à la victime et à l’ensemble de la communauté éducative», a déclaré la ministre.

Chaque année, 12 % du personnel de l’Education nationale déclare être victime de menaces ou d’insultes dans l’exercice de son métier, tandis que 0,6 % déclare subir des violences physiques de la part des élèves ou parents d’élèves selon l’enquête Cadre de vie et sécurité (CVS) de l’Insee.

JForum.fr avec CNEWS et  www.ladepeche.fr
Le lycée polyvalent de l’Hyrôme, où a eu lieu l’agression. Le lycée polyvalent de l’Hyrôme, où a eu lieu l’agression.

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires