La duplicité égyptienne, le silence du monde

par Bassam Tawil

Si les Égyptiens se souciaient réellement des Palestiniens, au lieu de bloquer l’entrée de l’aide dans la bande de Gaza, ils pourraient facilement se coordonner avec Israël via d’autres passages frontaliers. De toute évidence, les Égyptiens préféreraient voir les Gazaouis mourir de faim; alors, la communauté internationale, comme d’habitude, tiendrait seul Israël pour responsable.

Le 12 mai, l’Égypte a annoncé qu’elle soutiendrait la cause de l’Afrique du Sud devant la Cour internationale de Justice (CIJ), où Israël est accusé de « génocide » pour avoir défendu ses citoyens contre les meurtriers et les violeurs du Hamas qui ont envahi les communautés israéliennes le 7 octobre 2023. Cette annonce fait suite à l’opération militaire israélienne en cours contre les terroristes et les bases du Hamas, notamment dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Si les Sud-Africains avaient un peu de décence, ils traiteraient non seulement les Égyptiens d’hypocrites et de menteurs, mais ils porteraient également plainte auprès de la CIJ contre l’Egypte pour son rôle dans la transformation de la bande de Gaza en un dépôt d’armes et pour son rôle dans la privation des droits de l’homme. Les Palestiniens reçoivent de l’aide humanitaire.

La semaine dernière, l’Égypte a refusé de coordonner avec Israël l’entrée de l’aide dans la bande de Gaza depuis le poste frontière de Rafah, apparemment en raison de « l’escalade inacceptable » d’Israël, a rapporté la télévision par satellite Alqahera News, affiliée à l’État égyptien. Le responsable a également déclaré que l’Égypte tenait Israël pour responsable de la détérioration de la situation dans la bande de Gaza.

Les Égyptiens sont en réalité bouleversés parce que les forces israéliennes ont pris le 7 mai le poste frontière de Rafah entre l’Égypte et la bande de Gaza.

Au cours des 15 dernières années, la partie palestinienne du terminal a été contrôlée par le Hamas et utilisée avec profit par les deux parties pour faire passer clandestinement des armes et des terroristes.

Au cours des dernières décennies, l’Égypte a autorisé , moyennant une rémunération considérable, l’entrée clandestine d’armes depuis son territoire vers la bande de Gaza.

« Il n’est pas réaliste d’espérer que l’Égypte mette fin au trafic dans les tunnels situés sous la frontière entre l’Égypte et Gaza, pour des raisons stratégiques, politiques et intérieures », selon un rapport du Centre Begin-Sadate d’études stratégiques de Bar-Gaza. Université Ilan.

Le rapport, bien que publié en 2009, reste toujours aussi pertinent :

« Au niveau stratégique, l’Égypte considère Israël comme un concurrent dans la quête de l’hégémonie au Moyen-Orient et ferme les yeux depuis des années sur l’armement du Hamas via les tunnels. En termes simples, elle avait, et a toujours, un intérêt à saigner Israël…

« La politique à deux visages poursuivie par l’administration Moubarak sert également un objectif utile dans la politique intérieure égyptienne. Contrairement aux Européens et aux autres étrangers, les citoyens égyptiens reconnaissent et comprennent facilement le double jeu de leur gouvernement. Tout le monde au Caire comprend que le gouvernement est faciliter l’armement du Hamas et fermer les yeux sur les tunnels affaiblit l’argument de l’opposition islamique selon lequel le gouvernement coopère avec les sionistes. De plus, limiter la circulation dans les tunnels aggraverait la situation économique à Gaza. Gaza ou les Palestiniens escaladant les barrières pour entrer en Égypte ne font qu’aider l’opposition islamiste.

« Enfin, le double jeu de l’Égypte est également le résultat d’une réalité complexe dans la péninsule du Sinaï. Comme dans d’autres États du tiers monde, le gouvernement égyptien n’a pas le contrôle total de son territoire. Ainsi, un accord international visant à mettre fin à la contrebande d’armes du Sinaï vers Gaza sa mise en œuvre sera confrontée à des problèmes considérables, même si le régime égyptien le souhaite.

« Notamment, la majeure partie de la contrebande vers Gaza est menée par des Bédouins égyptiens qui vivent dans le nord du Sinaï. Ces tribus ne parlent pas l’arabe égyptien, elles ne font pas vraiment partie intégrante de la culture et de la société égyptiennes et n’adhèrent pas aux politiques égyptiennes. Ils gagnent leur vie en faisant passer clandestinement des femmes et de la drogue vers Israël, ainsi que des armes, des munitions et des missiles vers la bande de Gaza.

« Les tentatives égyptiennes visant à étendre l’ordre public aux zones bédouines se sont heurtées à une résistance armée. Chaque fois que le régime égyptien tente de restreindre les activités de contrebande bédouines, il mène une attaque terroriste contre une station balnéaire du Sinaï, comme cela s’est produit à Taba, Charm el-Cheikh. (deux fois), Nueiba et Ras al-Satan. De telles attaques influencent négativement le tourisme en Égypte, une source importante de revenus, et semblent être un moyen efficace de « convaincre » les autorités du Caire de vivre et de laisser vivre.

« La corruption, un élément important dans la manière de faire des affaires égyptienne, facilite également la contrebande d’armes vers Gaza. Les fonctionnaires égyptiens mal payés du Sinaï peuvent difficilement résister à de gros pots-de-vin. Un billet de cent dollars fait des merveilles auprès d’un policier égyptien. à un barrage routier du Sinaï qui intercepte un camion rempli de « tuyaux ». La probabilité que les policiers aux points de contrôle égyptiens cessent d’accepter des pots-de-vin sur les camions transférant des armes à Gaza est très faible – à moins que le gouvernement égyptien ne décide de punir sévèrement un tel comportement. Seule l’exécution de passeurs pourrait avoir un effet dissuasif, mais un comportement aussi déterminé du gouvernement égyptien l’est. également peu probable. »

En fermant les yeux sur son industrie de contrebande largement répandue, l’Égypte a contribué de manière significative à transformer la bande de Gaza dirigée par le Hamas en une base majeure du terrorisme islamiste.

Si les Égyptiens se souciaient réellement des Palestiniens, au lieu de bloquer l’entrée de l’aide dans la bande de Gaza, ils pourraient facilement se coordonner avec Israël via d’autres passages frontaliers tels que le terminal voisin de Kerem Shalom.

Les Égyptiens refusent cependant d’envoyer de l’aide à la bande de Gaza par le poste frontière de Kerem Shalom. Depuis une semaine, les Egyptiens bloquent l’aide à la bande de Gaza en refusant de coordonner l’entrée des camions par les postes frontières de Rafah et Kerem Shalom.

Les Égyptiens semblent jouer la « carte de l’aide humanitaire » pour faire pression sur Israël afin qu’il mette fin à la guerre contre le Hamas. Ils semblent croire, peut-être à juste titre, qu’en bloquant l’aide aux Palestiniens, la crise humanitaire dans la bande de Gaza va s’aggraver et le monde blâmera Israël, et non le Hamas ou l’Égypte, pour les souffrances persistantes de la population. De toute évidence, les Égyptiens préféreraient voir les Gazaouis mourir de faim ; alors, la communauté internationale, comme d’habitude, tiendrait seul Israël pour responsable.

C’est là le vrai problème : où est la demande de la communauté internationale pour que l’Égypte fournisse une aide à la bande de Gaza ? Où sont les publications sur les réseaux sociaux, les manifestations sur les campus universitaires américains et les articles d’opinion condamnant l’Égypte pour avoir délibérément refusé son aide aux Palestiniens de Gaza ?

Pourquoi l’administration Biden ne fait-elle pas pression sur l’Égypte, et pas seulement sur Israël, pour qu’elle autorise l’entrée de l’aide aux Palestiniens à Gaza ?

Au lieu de faire pression sur Israël afin d’éviter de cibler les terroristes du Hamas à Rafah, le président américain Joe Biden aurait pu déjà téléphoner au président égyptien Abdel Fattah al-Sisi pour l’exhorter à aider ses frères palestiniens.

La décision des Égyptiens de se joindre au procès sud-africain contre Israël devant la CIJ, ainsi que leur décision de bloquer l’aide aux Palestiniens, indiquent qu’ils semblent nerveux quant à ce qu’Israël découvrira concernant la contrebande d’armes le long de la frontière égyptienne dans la région de Rafah.

Les Égyptiens peuvent raisonnablement craindre qu’Israël découvre des dizaines de tunnels de contrebande qui ont fonctionné pendant de nombreuses années sous le nez des autorités égyptiennes et ont été utilisés pour élargir les capacités militaires du Hamas dans la bande de Gaza.

Où sont les manifestants pro-palestiniens autoproclamés sur les campus universitaires aux États-Unis qui dénoncent négativement l’Égypte, qui bloque activement l’aide alors qu’Israël tente de l’obtenir ?

L’Égypte impose en effet un blocus à la bande de Gaza depuis 15 ans. L’Égypte autorise uniquement les Gazaouis qui versent des pots-de-vin exorbitants à entrer sur son territoire et exclut tous les autres, y compris ceux qui souhaitent fuir la bande de Gaza. Où sont les messages sur les réseaux sociaux disant « F*** Egypt ? » Où sont les manifestants qui appellent à arrêter les milliards d’aide à l’Égypte ?

Bien entendu, ils n’existent pas. Les manifestations n’ont jamais pour but d’aider les Palestiniens. Il s’agit toujours uniquement d’attaquer les Juifs.

Les manifestants anti-israéliens sur les campus américains savent-ils que la moitié de la ville de Rafah est située en Égypte ? Savent-ils que les Égyptiens ont littéralement démoli des milliers de maisons du côté égyptien de la frontière pour des « raisons de sécurité » ?

C’est la même Égypte qui a chassé des milliers de Palestiniens de Rafah après avoir démoli leurs maisons et qui bloque désormais l’aide aux Palestiniens, qui a pieusement décidé de se joindre au procès sud-africain contre Israël devant la CIJ.

Selon un rapport de Human Rights Watch (HRW) , le 29 octobre 2014, cinq jours après qu’un groupe terroriste islamiste, Ansar Beit al-Maqdis, ait attaqué un point de contrôle près de Rafah, le Premier ministre égyptien Ibrahim Mehleb a publié un décret ordonnant « l’expulsion et « l’isolement » d’une zone tampon s’étendant entre cinq et sept kilomètres de la frontière avec Gaza et incluant l’ensemble de Rafah.

Le rapport de HRW notait :

« Le décret de Mehleb couvrait une zone beaucoup plus vaste que ce que les responsables gouvernementaux avaient précédemment décrit dans des déclarations publiques sur les démolitions de maisons, que l’armée avait menées tout au long de 2013 et 2014. Une carte contenue dans le décret délimitait une zone qui s’étendait le long de la frontière entière de 13 kilomètres. [de l’Égypte] avec Gaza et englobait environ 79 kilomètres carrés de territoire égyptien. Le décret [du Premier ministre] ordonnait que les personnes forcées de partir reçoivent une « indemnisation appropriée » et un logement alternatif [vraisemblablement fourni par l’Égypte] ».

Entre 2013 et 2014, selon HRW, l’armée égyptienne a démoli au moins 540 bâtiments. La plupart se trouvaient à moins de 500 mètres de la frontière, mais certains se trouvaient à plus d’un kilomètre de la frontière. Entre le 25 octobre 2014 et le 15 août 2015, l’analyse des images satellite a montré que les autorités ont démoli au moins 2 715 bâtiments supplémentaires.

Au total, l’armée égyptienne a détruit au moins 3 255 bâtiments résidentiels, commerciaux et communautaires, dont des écoles, des mosquées et des hôpitaux. Tous les bâtiments détruits montraient des signes évidents d’avoir été délibérément démolis à l’aide d’une combinaison de machines lourdes et de détonations incontrôlées d’explosifs puissants.

Le rapport de HRW révèle :

« Le début des démolitions a commencé en juillet 2013, mais les journalistes n’ont commencé à en parler qu’en septembre, les décrivant comme le début possible d’une zone tampon. Les responsables égyptiens cités dans ces médias ont affirmé que la zone tampon protégerait la sécurité nationale de l’Égypte en empêchant des groupes armés basés à Gaza de faire entrer clandestinement des combattants et des armes dans le Sinaï et d’y alimenter l’insurrection… »

Cependant, selon les familles qui ont parlé avec HRW, les autorités égyptiennes n’ont pas consulté les habitants de Rafah avant de promulguer le décret d’expulsion le 29 octobre 2014, et n’ont pas averti en temps voulu que les résidents seraient forcés de partir. Sur 11 familles interrogées, seules cinq ont été prévenues de l’expulsion imminente. Ces familles ont déclaré avoir été prévenues par des patrouilles de l’armée qui leur ont indiqué qu’elles avaient entre 36 et 48 heures pour partir. Les autorités n’ont jamais distribué d’avis écrit, ont-elles déclaré . Six autres familles ont déclaré n’avoir reçu aucune notification ou n’avoir entendu parler de l’expulsion que par les médias ou par leurs voisins.

Un habitant a déclaré qu’il avait tenté de discuter avec un groupe de voisins de la manière d’organiser une action collective contre les expulsions, mais une autre personne ayant des liens avec les autorités l’a averti que s’ils le faisaient, ils pourraient être arrêtés et accusés d’être des terroristes et perdre leur chance d’être indemnisés. Deux résidents ont déclaré avoir entendu parler d’autres résidents arrêtés pour des accusations de terrorisme.

Um Mohamed, qui vivait avec ses trois enfants dans un immeuble de trois étages appartenant à la famille de son mari, a déclaré qu’elle était assise chez un parent à près de 250 mètres de la frontière dans l’après-midi du 27 octobre 2014, lorsqu’un policier l’accompagnait par 10 soldats ont frappé à la porte de la maison d’un voisin.

Um Mohamed a déclaré que le policier avait dit à la femme âgée qui avait ouvert la porte qu’ils allaient faire sauter sa maison le lendemain. Lorsque la vieille femme a répondu que sa famille avait vécu là toute sa vie, le policier a répondu : « Ça y est, nous n’avons pas le temps de parler. Déplacez vos affaires à partir de ce moment. »

Um Mohamed a déclaré qu’ils ont dit à l’officier qu’il n’y avait pas de couverture de téléphonie mobile, que les autorités désactivent régulièrement dans le cadre de leurs efforts anti-insurrectionnels, et qu’ils ne savaient pas comment ils pourraient dire à leurs proches masculins de venir déplacer leurs affaires. « Pas de problème, nous allons le faire exploser avec tout ce qu’il y a à l’intérieur, vous n’avez rien à prendre », a-t-il déclaré .

La femme âgée a dit une prière et a répondu : « Vous nous expulsez de notre patrie. »

« Va chercher une autre patrie. Je ne veux plus entendre un mot. Je serai là demain pour faire sauter la maison », a déclaré l’officier. Quelques jours plus tard, les autorités égyptiennes ont coupé l’alimentation en électricité, en eau et la ligne téléphonique de la maison, a expliqué Um Mohamed, et les magasins du quartier ont fermé leurs portes. Cinq jours plus tard, l’armée est venue lui annoncer qu’elle allait démolir sa maison. Deux jours plus tard, ils l’ont fait .

Ceci n’est qu’un autre exemple de la façon dont, lorsque les Palestiniens sont victimes des mesures d’oppression prises à leur encontre par leurs frères arabes, le monde s’en fiche du tout. Il y a une dizaine d’années, lorsque l’Égypte a démoli des dizaines de maisons et de bâtiments à Rafah dans le cadre d’une campagne de lutte contre le terrorisme, personne n’a dit un mot contre les Égyptiens – ni même pris la peine de regarder.

Maintenant qu’Israël tente de démanteler un groupe terroriste dont l’objectif principal est l’élimination d’Israël, l’administration Biden et de nombreux membres de la communauté internationale se déclarent soudainement « indignés ».

S’ils veulent vraiment aider les Palestiniens, ils pourraient commencer par porter plainte contre l’Égypte et les États arabes de la région qui, pendant de nombreuses décennies, ont tourné le dos aux Palestiniens et ont payé des milliards à leurs gouvernements pour continuer à les maltraiter.

Bassam Tawil est un Arabe musulman basé au Moyen-Orient.

JForumfr avec  www.gatestoneinstitute.org
Sur la photo : des soldats de l’armée égyptienne montent la garde au passage de Rafah, à la frontière égyptienne avec la bande de Gaza, le 20 octobre 2023. (Photo d’Ali Moustafa/AFP via Getty Images)

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
marco darmon

MOI QUI A FAIT LA GUERRE DU KIPPOUR D OC 1973 COMME TANKISTE ..J AI ETE CONTRE LA CESSION DIU SINAI A SADATE ET QUE BEGIN A ACCEPTER DE SADATE L AUTONOMIE DES PALESTINIENS DROLE DE PM NATIONALISTE ALORS IL AURAIT DU ENVOYER PAITRE SADATE ET ANNEXER LE SINAI ET GAZA ET SI ISRAEL AVAIT GARDER LE SINAI ET GAZA CROYEZ MOI L EGYPTE ET MEME LA JORDANIE SERAIENT TOUTS PETITS CES ENCULES D ARABES QUE LE LIKOUD A VENDU SON AME EN RENDANT LE SINAI ET ALORS QUE TOUT LE LIKOUD A ETE CONTRE RENDRE LE SINAI CE SONT LES VOIX TRAVAILLISTES MAPAI ET MAPAM QUI OTN APPORTE LES VOIX POUR RENDRE LE SINAI ..VOILA CE QU EST LA GAUCHE ELLE SAIT QUE FAIRE DES CADEAUX AUX ARABES ET LE RESULTAT EST ISRAEL EST SALI PAR CES PAYS LA …
SI BIBI A DES COUILLES IL DEVRAIT LEUR DIRE L ACCORD SADATE BEGIN EST CADUC ET COMME VOUS NE RESPECTEZ PAS LES ACCORDS SIGNES ALORS NOUS ISRAEL NOUS DEMANDONS LA RESTITUTION DU SINAI C EST TOUT …RAPPELEZ VOUS EN 1988 MOUBARAK DEVENU PRESIDENT APRES QUE SADATE A ETE ASSASSINE IL DEMANDE A SHIMON PERES «  » LE TRAITRE QUI ADORE LES ARABES «  » DEVENU PM PAR ROTATSIA AVEC SHAMIR VICE PM ET MOUBARAK DEMANDE A PERES LA PARTIE EILATH >>TABA QUI DEVAIT DEVENIR LA NOUVELLE FRONTIERE D ISRAEL AVEC L EGYPTE ET CE MOUBARAK NE RESPECTANT PAS LES ACCORDS SIGNES DIT A SHIMON PERES QUE CELA DOIT REVENIR A L EGYPTE …IL SE FAIT PAS CHIER CELUI LA MAIS POURQUOI PAS SHAMIR NE LUI A PAS DIT ..PAS QUESTION …DE RENDRE CELA ET COMME DAB ….SHIMON PERES POUR PAS ALLER A LA HAYE …LUI FAIT CADEAU DE CETTE ROUTE LA QUEL HONTE CETTE GAUCHE ET LIKOUD ..QUI ONT FAIT QUE DES CADEAUX AUX ARABES ALORS IL FALLAIT ETRE INTRANSIGEANT ET DUR FAUCON CONTRE CES ARABES …ILS ONT VENDU ISRAEL AUX ARABES QUE CA SOIT LA GAUCHE ET LIKOUD ET IL NE FAUT PLUS AVOIR CONFIANCE EN CES PARTIS TRAITRES MAIS PLUTOT A DES DURS COMME BEN GVIR ET SMOTRIC …HEUREUSEMENT QU ILS SONT LA POUR PAS QUE BIBI CEDE A GANTZ GALLANT ..ET EIZENCOTT QUI CONTINUENT A VOULOIR FAIRE DES CADEAUX AUX ARABES ..EGYPTE JORDANIE ..OLP HAMAS TOUS DES TRAITRES ET LA SEULE QUI VOULAIT RIEN RENDRE ET TOUT ANNEXER A ETE GOLDA MEIR QUI AURAIT DU QUITTER LE MAPAI ET CREER UN PARTI ANNEXIONNISTE ET IDEM AVEC LE LIKOUD QUI ONT TRAHI ET VENDU L IDEOLOGIE DU HEROUTH DU GRAND ISRAEL BIBLIQUE EN FIN DE C/O LE LIKOUD A FAIT TOUT LE CONTRAIRE DE LEUR IDEOLOGIE ..C EST A DIRE DONNER DONNER ET DONNER COMME LA GAUCHE DE BEN GOURION …RABIN ..PERES …BARAK ..LAPID …LE DERNIER EN DATE A FAIT CADEAU D UN CHAMP DE GAZ AU LIBAN HEZBOLLAH QUI SE TROUVAIT EN PLUS DANS LA ZONE ISRAELIENNE DE LA MER §§

SI BIBI CEDE ALORS IL DOIT DEGAGER C EST TOUT ET LAISSER SA PLACE A UN DUR BEN GVIR QUI DOIT DEVENIR PM POUR REMPLACER ..BIBI DEVENU UNE COLOMBE AVEC LES ARABES ALORS AVEC CES GENS LA IL FAUT ETRE DUR ET INTRANSIGEANT ….
SI L EGYPTE NE RESPECTE PAS LES ACCORDS SIGNES ALORS QU ILS RENDENT LE SINAI C EST TOUT …QUEL ERREUR QU A FAIT LE PM FAUX NATIONALISTE BEGIN ET TOUT CA PARCE QU IL A PRIS 2 GENERAUX VENUS DE LA GAUCHE ….MOSHE DAYAN ET ARIK SHARON QUI ONT DU LUI DEMANDER DE FAIRE CE CADEAU LA AU LIEU D ETRE INTRANSIGEANT QU IL AURAIT DU ETRE §§§ …ET LE RESULTAT EST QU ISRAEL A ETE AFFAIBLI PAR LA CESSION DU SINAI A L EGYPTE VAINCU ET DU MONT DU TEMPLE A LA JORDANIE VAINCU ET RABIN PERES EUX ONT PACTISER AVEC LE FATAH ETC VOILA A CAUSE DES FAIBLESSES D ISRAEL ET FORCER PAR LES ENCULES DE USA QUI PRENNENT LA DEFENSE PLUTOT DES ARABES VAINCUS ET JAMAIS D ISRAEL VAINQUEUR ..DONC C EST A ISRAEL DE SE DESENGAGER DES USA EN CREANT SUR PLACE TOUTES LES ARMES POSSIBLES ET MEME L AVIONIQUE QU ISRAEL PEUT DEVELOPPER LE LAVI COMME ISRAEL EST LA START UP DES NEW TECHNOLOGYS …

AM ISRAEL CHAI ET ISRAEL DOIT ETRE INTRANSIGEANT ET DUR FACE AUX ARABES ET FACE AUX USA ET AU MONDE ….

Dernière modification le 29 jours il y a par marco darmon